1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Sans gluten, sans lactose : les nouvelles modes alimentaires décryptées
1 min de lecture

Sans gluten, sans lactose : les nouvelles modes alimentaires décryptées

REPLAY - La spécialiste du comportement Pascale Hebel analyse les différentes modes alimentaires apparues ces dernières années.

Les Français font de plus en plus attention à leur santé à travers leur alimentation (illustration)
Les Français font de plus en plus attention à leur santé à travers leur alimentation (illustration)
Crédit : Thinkstock
Sans gluten, sans lactose : les nouvelles modes alimentaires décryptées
04:27
James Abbott
James Abbott

Le magazine Capital, en partenariat avec RTL, publie ce mois-ci un grand dossier sur les dernières tendances que l'on peut retrouver dans nos assiettes. L'économiste Pascale Hebel, directrice du département "consommation" du Credoc qui observe nos conditions de vie, explique pourquoi la mode du "sans", comme le sans gluten, sans viande, sans lactose, prend le dessus. "Il y a un petit côté restriction car les Français ont pris conscience qu'il y a un lien entre leur alimentation et leur santé, souligne-t-elle. C'est assez nouveau, ça date d'une trentaine d'années."

La spécialiste du comportement rappelle que les Français sont en retard par rapport à de nombreux pays européens, notamment la Grande-Bretagne. "Le sans-viande et le sans-gluten sont des mouvements qui viennent d'Angleterre, ils pèsent beaucoup plus qu'en France, affirme Pascale Hebel. Seuls 0,5% de Français sont végétariens. Pour le sans-gluten, c'est plus difficile à calculer."

Les gens se sont dit 'je vais essayer de défendre l'agriculture'

Le mouvement sans-gluten s'est particulièrement accentué ces dernières années. "C'est un effet 'rumeur', on écoute ce que disent les autres et il y a notamment le tennisman Novak Djokovic fait de la pub sur le sujet, décrypte-t-elle. Finalement c'est vrai de cela donne envie à tout le monde d'essayer."

Le "manger local" s'est également développé depuis le début de la crise économique, les "locavores" sont de plus en plus nombreux. "Les gens se sont dit 'je vais essayer de défendre l'agriculture', analyse Héléne Pascale Hebel. Ce n'est pas forcément plus cher, on a surtout voulu défendre l'emploi en France avec des pré-occupations environnementales."

À écouter aussi

L'art de vivre "à la Française" a-t-il pour autant complètement disparu au détriment de ces régimes "santé" ? "Il y a ce courant de faire attention à la nutrition, mais il y a eu un retour du plaisir durant la crise car lorsque l'on a des problèmes dans la vie, manger pour se faire plaisir est ce qu'il y a de plus facile."

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/