1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Michel Cymes revient sur 4 idées reçues sur la musculation
2 min de lecture

Michel Cymes revient sur 4 idées reçues sur la musculation

Si on fait du sport, on peut manger n'importe quoi ? La musculation n’a aucun effet sur le poids ? Ces lieux communs qui ont la dent dure.

Un homme et une femme dans une salle de sport (illustration)
Un homme et une femme dans une salle de sport (illustration)
Crédit : iStock
Michel Cymes - édité par Samuel Vivant

À l'approche de l'été, les corps s'exhibent à la plage et, presque fatalement, une idée court-circuite l'esprit de futurs vacanciers. Pourquoi ne pas se mettre à la musculation ? La pratique - en vogue - fait l'objet de nombreux lieux communs à désamorcer pour partir sur de bonnes bases. 

Première idée reçue : "Un homme svelte de 75 kg a de la chance : il est absolument dépourvu de gras". Faux ! 75 kg, ça veut dire 10 kg de graisse, tout de même. Soit 70.000 calories. Une bonne centaine d’heures de jogging à un rythme médian serait nécessaire pour les éliminer. Et en cas d'obésité, le stock est encore plus important : un homme gras de 100 kg peut posséder jusqu’à 30 à 40 kg de graisse, soit… 210.000 calories.

Précision : on distingue la graisse viscérale et la graisse sous-cutanée. La sous-cutanée, comme son nom l’indique, elle est entre la peau et les muscles. La viscérale est plus sournoise : elle vient se loger entre les viscères et les organes. C’est ce qui explique que certaines personnes ont des ventres imposants : elles ont du gras sous la peau certes, mais aussi à l’intérieur du corps, autour des intestins, de l’estomac et - plus grave - autour du cœur.

"La musculation n’a aucun effet sur le poids ?"

Deuxième idée reçue : "S’ils mangent peu, les sédentaires ont quand même tendance à faire du gras ?". C'est vrai. En fait, c’est le muscle qui est grand consommateur d’énergie et le sportif, plus musclé que le sédentaire par définition, brûle plus de calories et même lorsqu’il est au repos. 

À écouter aussi

C’est ce qu’on appelle le métabolisme de base. Le sédentaire qui ne développe pas sa masse musculaire puisqu’il ne fait pas de sport, a plutôt tendance à stocker le gras plutôt qu’à le brûler.

Troisième idée reçue : "La musculation n’a aucun effet sur le poids ?". C’est faux, évidement. Mais ça dépend de ce que l'on entend par "effet sur le poids". C’est perdre du poids ou perdre du gras au profit du muscle ?

"Si on fait du sport, on peut manger n'importe quoi"

L’idéal est de marier une activité d’endurance comme le jogging, le vélo ou la natation pour remettre en marche le métabolisme, et une activité de renforcement musculaire pour développer cette fameuse masse musculaire. Mais on peut aussi imaginer aller à la salle et faire 45 minutes de renforcement musculaire suivies de 45 minutes vélo, avec un bon rythme.

Quatrième idée reçue : "Si on fait du sport, on peut manger n'importe quoi". Là encore, c’est une intox. L’activité physique doit toujours être accompagnée d’une bonne hygiène alimentaire pour répondre aux contraintes de la performance et à celle de la récupération. Et c’est à cette condition que l'on perd du poids. 

Maintenant, un marathonien qui est en pleine saison, qui est au poids de forme et qui s’entraine donc beaucoup "brulera" à peu près tout ce qu’il ingurgitera. Le tout est d'entrer dans un cercle vertueux. En pratiquant l'exercice, on développe la masse musculaire et ainsi les dépenses énergétiques. Mais il ne faut pas non plus oublier de bien se reposer : cela permet une consommation calorique continue.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/