1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Michel Cymes : "Les règles d'or pour éviter les pièges du tatouage"
1 min de lecture

Michel Cymes : "Les règles d'or pour éviter les pièges du tatouage"

ÉDITO - Un bon tatoueur, un tatoué raisonnable et une peau qui supporte la manipulation : voilà les ingrédients d'un tatouage réussi.

Michel Cymes : "Les règles d'or pour éviter les pièges du tatouage"
02:41
Michel Cymes : "Les règles d'or pour éviter les pièges du tatouage"
02:42
Michel Cymes & Loïc Farge

On n'est pas obligé d'être footballeur professionnel pour être tatoué : 10% des Français le seraient, selon une étude de l'Ifop parue en 2010. Attention, cela peut parfois mal tourner. Pour faire un tatouage, il faut un tatoueur, un tatoué et une peau qui supporte la manipulation. Cela fait trois occasions de collectionner les problèmes si on ne fait pas les choses dans les règles de l'art.

On ne s'attardera pas sur la dimension artistique du tatoueur (tous les goûts sont dans la nature !), mais de grâce, prenez un professionnel reconnu. Un tatouage, ce n'est pas une plaisanterie. Cela se traduit par une plaie. Il doit être réalisé avec du matériel stérile qui ne servira qu'une seule fois. Pour l'avoir ignoré, bien des candidats au tatouage ont contracté le virus du sida ou de l'hépatite. Autres consignes à respecter : pas de tatouage sur une lésion, ni à proximité d'un grain de beauté (s'il y a de l'encre autour, on ne pleut plus le surveiller correctement).

Des gestes incontournables

Avoir un bon tatoueur est une chose, bien suivre les consignes en est une autre que les clients oublient parfois. Quand on se fait tatouer, il y a certains gestes incontournables. Il faut, par exemple, désinfecter à l'eau et au savon deux ou trois fois par jour. Il ne faut pas s'exposer au soleil, ne pas se baigner (ni dans la mer, ni à la piscine), mettre des vêtements suffisamment amples pour ne pas entraver la cicatrisation qui peut prendre jusqu'à un mois.

Parfois il y a un bon tatoueur, un tatoué raisonnable, mais une peau récalcitrante. Cela ne prévient pas toujours : il suffit que vous ayez du mal à cicatriser ou que votre organisme ne tolère l'encre utilisée pour que vous vous retrouviez avec des démangeaisons ou la peau qui enfle. En général, ce sont les encres de couleur qui posent problème.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/