1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Michel Cymes : "La protéine FKBP52, une piste contre l'Alzheimer"
1 min de lecture

Michel Cymes : "La protéine FKBP52, une piste contre l'Alzheimer"

ÉDITO - Le médecin se penche sur une piste de recherche dans la lutte contre la maladie d'Alzheimer, qui touche 850.000 personnes en France.

Michel Cymes : "La protéine FKBP52, une piste contre l'Alzheimer"
02:17
Michel Cymes : "La protéine FKBP52, une piste contre l'Alzheimer"
02:20
Michel Cymes & Loïc Farge

Malgré les dizaines - peut-être les centaines - de laboratoires qui, à travers le monde, s'intéressent à Alzheimer, on ne dispose toujours pas de traitement ni de véritable test pour savoir si on développera ou pas un jour cette maladie neurodégénérative. On sait que cette maladie est liée à la formation de plaques dans le cerveau et à des amas d'une protéine anormale (la protéine tau). On ne trouve pas ces amas uniquement dans l'Alzheimer, mais également dans d'autres maladies appelées tauopathies.

Parmi les axes de recherche, certains s'intéressent à une autre protéine. C'est le cas du professeur Baulieu, connu pour avoir mis au point notamment la pilule abortive. Il se penche sur la FKBP52. Chez les personnes décédées de la maladie d'Alzheimer, on a mis en évidence une baisse du taux de cette protéine (elle peut aller jusqu'à 75%).

Le professeur Baulieu et son équipe se sont donc très logiquement posés deux questions. D'abord, essayer de comprendre quel est le lien entre cette baisse de FKBP52 et la formation de ces plaques ou les amas de protéine tau, responsables de la maladie. Réponse : on ne sait pas très bien comment les deux sont liés, mais on a réussi sur un poisson-zèbre, qui développe le même type de maladie, à le "guérir" en lui donnant cette fameuse protéine.

Une question de dosage

Deuxième question : est-ce qu'en dosant cette FKBP52 chez une personne on ne pourrait pas prédire l'apparition d'un Alzheimer ? Là aussi c'est ce que propose l'équipe du professeur Baulieu : doser la protéine dans le liquide céphalo-rachidien avant même l'apparition des premières symptômes. Le problème, c'est que ça nécessite une ponction lombaire, un geste qui n'est pas anodin.

À lire aussi

On attend donc avec impatience le jour où se dosage pourra être fait par une simple prise de sang. Pour le moment, c'est une voie de recherche parmi d'autres. À force de chercher, on va bien réussir à trouver un moyen de traiter cette terrible maladie.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/