1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Michel Cymes : "La bigorexie, ou quand le sport rend accroc"
2 min de lecture

Michel Cymes : "La bigorexie, ou quand le sport rend accroc"

ÉDITO - Le journaliste nous livre ses conseils contre une addiction pas comme les autres, celle au sport.

Michel Cymes : "La bigorexie, ou quand le sport rend accroc"
00:02:18
Michel Cymes : "La bigorexie, ou quand le sport rend accroc"
00:02:20
Michel Cymes & Loïc Farge

"Faites du sport !" Voilà une incitation sans cesse clamée pour garder la forme et préserver votre capital santé. Mais aujourd'hui, c'est un virage à 180 degré qui est opéré, avec ce message : "Attention au sport !". Ce revirement, un tantinet imprévisible, mérite une explication. Il vise les personnes atteinte de bigorexie. Derrière ce terme barbare se cache l'addiction au sport.

Il arrive que certains vivent le sport comme une drogue. Ce qui passe a priori pour un comportement sain peut un jour se retourner contre eux. Ainsi une personne adepte de la course à pied et du lever de fonte a été stoppée net dans son élan par une hernie discale. Dès lors, elle a du subir une infiltration et son médecin lui a imposée un mois de repos complet.

Et là, on a l'image du lion en cage. En comparaison, c'est de la roupie de sansonnet. Il faut voir comment le corps d'un drogué du sport peut réagir. En fait, il a réagi comme un drogué tout court. Il est en manque, irritable, anxieux, il se découvre tout un tas de bobos et voit son moral dégringoler. Un drogué de sport mis au repos forcé peut ressembler à fumeur qui n'a pas sa cigarette, à un junkie sans sa seringue ou à un alcoolique privé de sa bouteille.

Quand on abuse le corps finit toujours par vous rappeler à l'ordre, et il le fait sans ménagement

Michel Cymes

Le mot important, c'est "addiction". Et quand il y a sevrage, il y a mal-être. Pour revenir à l'exemple pris ci-dessus, l'individu mis au repos forcé expliquait même qu'il dormait beaucoup moins bien et qu'il ne supportait plus son odeur corporelle (il avait l'impression qu'elle avait changé entre-temps). Cette histoire nous enseigne qu'à toute chose malheur est bon.

À lire aussi

Il a fallu une blessure pour que cette personne se rende compte qu'elle était addict au sport. Elle va s'y remettre bien sûr, c'est même recommandé, mais en levant un peu le pied. Car il en va du sport comme de tout le reste : quand on abuse le corps finit toujours par vous rappeler à l'ordre, et en général il le fait sans ménagement.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.