2 min de lecture Santé

Michel Cymes : "Comment notre cerveau se bat contre les régimes"

Si on perd quasi-systématiquement cette guerre contre les kilos superflus, c'est parce que le général cerveau mène la contre-attaque.

CYMES_245300 Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes
>
Michel Cymes : "Comment notre cerveau se bat contre les régimes" Crédit Image : Romain Boé / SIPA / RTL | Crédit Média : RTLNet | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes et Loïc Farge

Un régime, c'est une promesse à laquelle on veut systématiquement croire. La presse santé l'a d'ailleurs bien compris, elle qui a échéances régulières propose le régime-sans-ceci ou le régime-sans-cela, le régime-nouveau ou le régime-venu-d'ailleurs. Malheureusement, avec les régimes, la déception est souvent à la mesure de l'espoir suscité. On commence par perdre des kilos. Et une fois qu'on croit l'affaire réglée, on les reprend illico. Parfois même, on reprend plus que ce qu'on a perdu. Et c'est reparti pour un tour !

Si on perd quasi-systématiquement cette guerre contre les kilos superflus, c'est parce que le général cerveau mène systématiquement la contre-attaque. Au début d'un régime, le cerveau est un peu surpris. Personne ne l'a prévenu. On le prive de sa ration quotidienne de gras, de sucre et de sel. Très bien, il ne dit rien. Il s'adapte. Ensuite il met en place tout un système de défense. Parce que pour le cerveau, le gras est rassurant : il considère que tant qu'on peut stocker, il faut le faire en prévision des temps difficiles.

Le cerveau est une sorte d'épargnant. Nous avons tendance à mettre des sous sur un livret d'épargne. Le cerveau, lui, s'organise pour mettre du gras de côté. Il met cela dans un coffre-fort, qui se trouve en général dans le ventre des hommes ou dans les fesses des femmes. Pour mener cette guerre, le général cerveau n'est pas seul. Il dispose de toute une armée parfaitement entraînée : l'organisme.

À lire aussi
Économie : Doctolib lève 150 millions de fonds et compte doubler son effectif d'ici trois ans Santé Connectée
Santé : Doctolib, la start-up française qui vaut désormais un milliard d'euros

Ne brusquez pas votre organisme !

Pour l'organisme, régime = danger. Il comprend vite qu'on va lui demander de faire autant avec moins. Le régime, c'est les 40 heures payées 35. Très rapidement, l'organisme s'organise pour brûler moins de calories. Il fonctionne à l'économie. C'est très injuste pour les anciens obèses qui sont obligés de manger moins que des gens qui font le même poids mais qui, à leur différence, n'ont jamais été en surpoids.

Il faut d'abord essayer d'agir en amont. Cela se traduit dès le plus jeune âge par une alimentation équilibrée et de l'exercice physique. Mais si on a raté le coche, on oublie les mesures radicales. Il faut éviter de brusquer l'organisme. Il faut y aller petit à petit, discrètement, sournoisement. Chaque jour, mangez un tout petit peu moins et bougez un tout petit peu plus. Si vous faites les choses en douceur et par étapes, vous verrez que le cerveau sera beaucoup plus docile.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Régime Alimentation
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790933473
Michel Cymes : "Comment notre cerveau se bat contre les régimes"
Michel Cymes : "Comment notre cerveau se bat contre les régimes"
Si on perd quasi-systématiquement cette guerre contre les kilos superflus, c'est parce que le général cerveau mène la contre-attaque.
https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/michel-cymes-comment-notre-cerveau-se-bat-contre-les-regimes-7790933473
2017-11-13 10:46:59
https://cdn-media.rtl.fr/cache/0GUDBbZNwDpRIk6ULU49zQ/330v220-2/online/image/2017/1017/7790561939_michel-cymes.jpg