1. Accueil
  2. Actu
  3. Santé
  4. Journée nationale de l'infertilité : "Lettre à ma fille, née d'une PMA"
2 min de lecture

Journée nationale de l'infertilité : "Lettre à ma fille, née d'une PMA"

Jessica, 38 ans, est l'heureuse maman d'une petite fille, née d'une PMA il y a 5 ans. Six mois après sa naissance, la jeune mère a pris la plume pour expliquer à son enfant les conditions de sa naissance.

Une maman et son enfant (photo d'illustration)
Une maman et son enfant (photo d'illustration)
Crédit : Unsplash/Aditya Romansa
Arièle Bonte
Journaliste

Il y a 10 ans, Jessica a appris qu'avoir un bébé ne serait pas si simple. Finalement, après cinq années de traitements et d'essais, la jeune femme donne naissance à Elsilina, une petite fille. "J'ai rédigé six mois après la naissance de ma fille un témoignage que seul mon mari a lu jusqu'à présent. Je l'ai conservé pour ma fille, pour qu'elle sache", confie Jessica à GirlsÀ l'occasion de la journée nationale de l'infertilité, ce vendredi 4 septembre, nous avons décidé de vous transmettre - tels quels - ces "mots d'amour à un bébé, des mots de remerciements pour un service PMA" (Procréation médicalement assistée) :

"Un jour, on se dit prêt, on imagine, on se prend à rêver d’un petit être blond aux cheveux bouclés, au nez retroussé. Tout nous apparaît possible, fonder une famille devient notre priorité. Les mois passent, les pleurs s’intensifient, la douleur, l’envie, la jalousie ; voir une femme enceinte ou un bébé devient pénible. C’est le cycle de la vie, la fin d’une génération. Cela aurait dû être notre tour et pourtant les premiers examens sont sans appel !

Les années s'enchaînent, nous vieillissons et pourtant malgré ce cauchemar, ce combat, notre couple se construit, se bat, nous luttons pour notre bonheur. Les petits riens du quotidien, les attentions sans rien attendre en échange nous aident à affronter les médecins, les examens, les résultats…

Et enfin, l’appel tant espéré… un embryon s’est accroché !

Jessica, maman d'une petite fille de 5 ans, née d'une PMA

Jusqu’au jour où nous rencontrons cette équipe : notre dernière chance. Nathalie, Florence, Carine nous redonnent l’espoir… Notre calvaire, notre fardeau est lourd ! Leur présence, leur attention, leurs paroles de réconfort, tout cela favorise et relativise la procédure.

À lire aussi

Bien entendu, il faut gérer les sautes d’humeur, les traitements, les absences au travail, la fin de l’espoir. Un jour, on se dit que le temps est écoulé, qu’on n’a pas plus envie de se battre. On se retrouve à deux, unis, à vieillir ensemble, plus amoureux que jamais, mais avec une blessure difficile à cicatriser.

Et enfin, l’appel tant espéré… un embryon s’est accroché ! On pleure, on rit, le bonheur se déverse… Il nous faut du temps pour réagir. On y croit vraiment à l’échographie de contrôle, ce 1er juillet 2011 où pour la première fois, nous avons vu ce minuscule embryon, mais surtout entendu les battements du cœur d’un petit être qui ne demandait qu’à vivre.

Grâce à toute l’équipe, nous profitons chaque jour du cadeau qu’ils nous ont offert.

Jessica

Cela fait maintenant plus de 6 mois que nous ne sommes pas retournés dans les locaux de la PMA, mais ce lieu est chargé d’histoires pour nous. Grâce à toute l’équipe, nous profitons chaque jour du cadeau qu’ils nous ont offert ; cadeau inestimable que personne d’autre, pas même les gens qui vous aiment le plus au monde, ne peuvent vous donner.

La vie va se transmettre, le temps marque son empreinte, envoler les grandes peines, beauté de l’amour et succès de l’espoir. Aujourd’hui peu importe comment a démarré sa vie… elle est nous."

La rédaction vous recommande
Sur les thématiques :

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/