1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Habitudes alimentaires : "Inspirez-vous de la femme senior Bac+4 !", recommande Cymès
2 min de lecture

Habitudes alimentaires : "Inspirez-vous de la femme senior Bac+4 !", recommande Cymès

REPLAY - Le genre, l'âge et le niveau d'études influent sur le contenu de notre assiette. À ce titre, les femmes instruites de plus de 65 ans devraient nous inspirer.

Des fruits et des légumes sur un étal à Rungis, le 11 décembre 2015
Des fruits et des légumes sur un étal à Rungis, le 11 décembre 2015
Crédit : AFP / Éric Piermont
Habitudes alimentaires : "Inspirez-vous de la femme senior Bac+4 !", recommande Cymès
02:47
Habitudes alimentaires : "Inspirez-vous de la femme senior Bac+4 !", conseille Michel Cymes
02:43
Michel Cymes & Loïc Farge

Rendons hommage à la femme senior et Bac+4 : elle est exemplaire. C'est une référence pour 65 millions de Français. Elle doit nous inspirer. L'Agence nationale de sécurité sanitaire, qui s'est penchée sur nos habitudes alimentaires, en a d'abord conclu que les femmes mangent plus équilibré que les hommes. Autre enseignement : entre 65 et 80 ans, on a un comportement beaucoup plus vertueux qu'entre 18 et 45 ans quand il est question de se mettre à table. Ensuite, si vous être Bac+4 ou plus, vous avalez moins de cochonneries que si vous n'avez pas fait d'études supérieures.

Les femmes mangent différemment des hommes. Elles préfèrent les volailles à la viande rouge, les yaourts au fromage. Elles se nourrissent plus volontiers de soupes, de compotes, de jus de fruits ou de thé, quand les hommes se gavent de patates, de desserts, de charcuteries, de sodas ou d'alcools.

En ce qui concerne l'âge, on s'est aperçu de la grande sagesse qui saisit les Français quand ils partent à la retraite. À partir de 65 ans, ils s'efforcent de déjeuner à des heures plus régulières. Ils ont aussi un intérêt particulier pour tout ce qui peut être cultivé dans le jardin ou "fait maison". Résultat : une alimentation plus saine, loin de toutes les transformations industrielles.

La recommandation des "cinq fruits et légumes par jour" est loin d'être suivie

Michel Cymes

Quid de l'influence des études supérieures ? Dans l'étude de l'Agence nationale de sécurité sanitaire, c'est un critère de plus en plus évident. Il a certes toujours existé, mais c'est devenu un marqueur assez clair. Quand on a fait des études, on mange plus de fruits et on boit deux fois moins de boissons sucrées que ceux qui n'en ont pas faits. Il faut sans doute voir dans ces observations le résultat des messages de prévention relayés depuis des années : certains les reçoivent et les appliquent mieux que d'autres.

À lire aussi

Reste que la recommandation des "cinq fruits et légumes par jour" est loin d'être suivie. Apparemment en France on a du mal à compter jusqu'à cinq. Cet été, le Crédoc a publié une étude concluant qu'un quart seulement des Français mangeaient leur cinq portions quotidiennes de fruits et légumes. Conséquence : nous manquons de fibres. C'est bien dommage, car ces dernières préviennent des problèmes intestinaux, aident à lutter contre le cholestérol et protègent contre certains cancers. D'où nos hommages renouvelés à la femme senior Bac+ 4.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/