1 min de lecture Santé

Grains de beauté : "Il ne faut jamais hésiter à aller voir un dermatologue", dit le docteur Saldmann

Pris à temps, les traitements contre les grains de beauté problématiques fonctionnent à tous les coup, assure le docteur Saldmann.

Frédéric Saldmann RTL en pleine forme Frédéric Saldmann iTunes RSS
>
Grains de beauté : "Il ne faut jamais hésiter à aller voir un dermatologue", dit le docteur Saldmann Crédit Image : Maxime Villalonga | Crédit Média : Frédéric Saldmann | Durée : | Date : La page de l'émission
Dr Frédéric Saldmann
Frédéric Saldmann

Le mois de novembre et la faible exposition au soleil peuvent faire perdre de vue la nécessité de prendre soin de sa peau et de surveiller ses grains de beauté. Pourtant, il n'est pas idiot, même en hiver, de se préoccuper de ses grains de beauté, estime le docteur Frédéric Saldmann.

Pour le médecin, un grain de beauté, "à la fois ce n'est rien, mais ça peut aussi être un mélanome, un cancer de la peau". Pour surveiller ses grains de beauté, il est nécessaire de s'inspecter soi-même. Et si l'on ne peut pas voir ceux qui constellent le dos, on peut demander, si l'on vit avec quelqu'un, à cette personne de le faire pour soi. 

Dans les choses qui peuvent alerter : la couleur du grain de beauté, l'irrégularité des bords ou d'éventuels saignements. "N'hésitez pas à aller voir votre dermatologue pour être tranquille", préconise le docteur Saldmann.

Mieux vaut prévenir que guérir

Si le médecin a un doute devant un grain de beauté, il fera une biopsie après un prélèvement. "Quand le grain de beauté est retiré tout de suite, ce n'est rien du tout, rassure le docteur Saldmann. Mais si vous laissez un mélanome, cela peut métastaser et faire un cancer généralisé". 

À lire aussi
Changement d'heure : quels appareils doivent être réglés dimanche 31 mars ? changement d'heure
Changement d'heure : quels sont les appareils à mettre à jour manuellement ?

Selon une étude britannique, le fait d'avoir plus de onze grains de beauté sur le bras droit peut être un seuil critique. "C'est un chiffre d'alerte pour augmenter la surveillance", résume Frédéric Saldmann.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Médecine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants