3 min de lecture Bien-être

Don du sang : 4 idées reçues à combattre

Pendant les vacances, le nombre de donneurs diminue alors que la demande ne faiblit pas. Le don du sang souffre encore de certains préjugés mais cet acte simple sauve la vie de nombreux malades.

Interventions chirurgicales, accouchements, accidents, etc de nombreux malades ont besoin de sang.
Interventions chirurgicales, accouchements, accidents, etc de nombreux malades ont besoin de sang.
Johanna Amselem
Journaliste

Comme chaque année l’Établissement français du sang (EFS) lance de nombreuses campagnes de don pendant les vacances. L’objectif ? Mobiliser la population afin d’augmenter le nombre de dons et de récolter la quantité de sang nécessaire à aider tous les malades. Le sang est un produit irremplaçable et fondamental dans de nombreuses situations : secours immédiat (accidents), interventions chirurgicales, accouchements, cancers ou maladies hématologiques. L’EFS rappelle que 10.000 dons par jour sont réalisés, un geste qui permet de soigner un million de malades par an. Afin d’encourager les dons, l’EFS fait le point sur certaines idées reçues et rétablit la vérité.

Idée reçue n°1 : pour donner son sang, mieux vaut être à jeun

C’est l’inverse ! Pour éviter de faire un malaise, il est conseillé d’avoir pris un repas léger sans trop de matière grasse et d’être correctement hydraté en évitant, évidemment, les boissons alcoolisées. Après le don, le donneur ne ressent pas de fatigue s’il prend la collation systématiquement proposée. Le corps est capable de régénérer le sang en seulement quelques heures.

Idée reçue n°2 : je ne donne pas mon sang car cela prend trop de temps

Le don est rapide. En effet, l’acte en lui même dure une dizaine de minutes. En y ajoutant l’entretien préalable puis la collation, il faut compter au total environ 45 minutes. Dans de nombreux centres, il est aussi possible de venir en fin de soirée en sortant de son travail. De plus, certains employeurs autorisent une pause à leurs employés sur présentation d’un justificatif à demander lors du don.

À lire aussi
Un réveil (Illustration) santé
Pourquoi s'étirer est indispensable au réveil

Idée reçue n°3 : je peux attraper des maladies

Lors d’un don du sang l’ensemble du matériel est stérile. Aiguilles, cotons, tubes, poches... : tout est emballé et à usage unique. Il n’y a pas plus de risque de contracter une maladie à ce moment là que lors d’une prise de sang classique.

Idée reçue n°4 : j’ai voulu le faire, j’ai été refusé, donc je ne pourrai jamais

Les refus sont souvent liés à des contre-indications temporaires. Des vacances à l’étranger (hors de l'Union européenne) trop récentes, la prise de certains médicaments, une anesthésie ou une hospitalisation, certaines maladies, des relations sexuelles non protégées, il est donc alors envisageable que quelques mois après le don soit de nouveau possible. Pour le savoir, retournez dans un centre et évoquez votre nouvelle situation avec le médecin. De plus, les femmes peuvent donner 4 fois par an et les hommes 6 fois.

Services
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bien-être Sang Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7779354629
Don du sang : 4 idées reçues à combattre
Don du sang : 4 idées reçues à combattre
Pendant les vacances, le nombre de donneurs diminue alors que la demande ne faiblit pas. Le don du sang souffre encore de certains préjugés mais cet acte simple sauve la vie de nombreux malades.
https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/don-du-sang-4-idees-recues-a-combattre-7779354629
2015-08-19 10:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/z84OdU599Eyr8P0jpLwgxw/330v220-2/online/image/2015/0809/7779354801_sang.jpg