1 min de lecture Santé

Diphtérie : Michel Cymes conseille de ne pas mésestimer les risques

REPLAY - La diphtérie, maladie potentiellement mortelle et extrêmement contagieuse, ferait d'importants dégâts s'il n'y avait pas de vaccin pour s'en protéger.

Ca va beaucoup mieux - Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Diphtérie : Michel Cymes conseille de ne pas mésestimer les risques Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes et Loïc Farge

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, près de 50.000 personnes attrapaient la diphtérie dans l'année. Mais on s'est mis à vacciner les gens sans vraiment leur demander leur avis, parce que c'était devenu obligatoire. Le nombre de cas a chuté vertigineusement. En quelques années, on s'est retrouvé avec quelques centaines de cas seulement. Et depuis, cela n'a cessé de diminuer. De nos jours en France, les diphtéries sont exceptionnelles. En 2016, par exemple, on a compté cinq cas en tout et pour tout. 

Difficile donc de contester l'efficacité du vaccin. Il suffit de regarder la courbe de l'impact épidémiologique du vaccin. Elle a dégringolé de 99,98% depuis la fin de la guerre. Les quelques personnes qui empêchent le score parfait sont tout simplement des cas importés (des personnes venues d'un autre pays et qui n'étaient pas, ou mal vaccinées). Pour être efficace, le vaccin demande que le patient reçoive plusieurs doses.

Quand les choses se compliquent, le cœur ou les nerfs peuvent être touchés

Michel Cymes
Partager la citation

La diphtérie reste une maladie potentiellement mortelle. Surtout quand elle touche les enfants. En 1945, elle a quand même tué 3.000 personnes. Cette infection est due à une bactérie qui répond au nom de "Corynebacterium diphtheriae". En général, ça commence par une angine. Quand les choses se compliquent, le cœur ou les nerfs peuvent être touchés. 

Mais c'est surtout une maladie particulièrement contagieuse. Elle se transmet par contact direct et par voie aérienne, par les malades et par les porteurs sain.  Autrement dit : vous pouvez avoir affaire à quelqu'un qui a l'air en bonne santé, et qui vous contamine ni vu, ni connu. Chez les petits, il suffit qu'il y en ait un pour jouer avec le doudou d'un enfant frappé par la bactérie pour être à son tour touché.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Maladie Vaccin
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants