1 min de lecture Épidémie

Coronavirus : "Pas à l'abri d'avoir quelque chose de plus méchant", dit Benjamin Roche

INVITÉ RTL - Benjamin Roche, directeur de recherche à l'IRD à Montpellier, craint que la fréquence des pandémies s'accélère.

Julien Sellier L'invité de RTL Petit Matin Julien Sellier
>
Coronavirus : "Pas à l'abri d'avoir quelque chose de plus méchant", dit Benjamin Roche Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
RTL Petit Matin - Julien Sellier
Julien Sellier et Emmanuelle Brisson

Sur le plan de l'environnement, si nous n'agissons pas sur la biodiversité, "la fréquence des pandémies que nous connaissons aujourd'hui risque d'être soutenue voire même même de s'accélérer", explique Benjamin Roche, directeur de recherche à l'IRD à Montpellier. "On a mis en évidence qu'il était possible d'avoir une pandémie similaire à celle du Covid-19, si jamais on ne changeait rien" poursuit-il.

Pouvons-nous dire que ces virus seront plus mortels et plus transmissibles ? "Nous ne sommes pas à l'abri d'avoir quelque chose de plus méchant que le Covid-19." Accélérer la recherche c'est "le mot d'ordre" pour mieux combattre ces virus, car "jusqu'à maintenant les grands programmes de recherche qu'il y avait, étaient pour découvrir ce que l'on appelle la virosphère, c'est-à-dire la diversité des virus un peu partout dans le monde. Il faut savoir qu'aujourd'hui il y a entre 500.000 et 800.000 virus pouvant affecter l'homme qu'on ne connait même pas. C'est une estimation bien sûr, mais cela montre qu'on a vraiment un manque de connaissances en France là-dessus. Mais la crise de la Covid-19 nous montre que continuer d'inventorier n'est plus suffisant. Il faut vraiment passer à une étape supérieure, qui consiste à développer des stratégies de prévention des pandémies car le rythme s'accélère."

Concrètement, à la question "pouvons-nous arrêter le commerce d'animaux sauvages ?" la réponse est "oui" ou du moins le limiter et "améliorer le traçage de ce commerce." "Cela dépend d'une volonté politique." Benjamin Roche poursuit : "si on a un traçage plus efficace, on pourrait déclencher des alertes beaucoup plus rapidement et potentiellement couper la source de propagation plus tôt.

Quand la pandémie de Covid 19 a éclaté, "les chercheurs savaient que c'était quelque chose qui allait arriver", continue-t-il. "L'idée aujourd'hui c'est que cette pandémie puisse servir de leçon et montrer qu'il y a urgence pour lutter contre le virus" car il y a un cercle vicieux entre les catastrophes économiques et sanitaires.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Coronavirus Environnement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants