1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : la chicha augmente-t-elle les risques de contamination ?
2 min de lecture

Coronavirus : la chicha augmente-t-elle les risques de contamination ?

FACT CHECKING - Le professeur Didier Raoult critique les dangers de la chicha et sa responsabilité dans les contaminations. Mais qu'en est-il ?

La chicha, bien plus nocive que la cigarette
La chicha, bien plus nocive que la cigarette
Crédit : TOPSHOTS/AFP PHOTO/BULENT KILIC BULENT KILIC / AFP
Coronavirus : la chicha augmente-t-elle les risques de contamination ?
02:46
Coronavirus : la chicha augmente-t-elle les risques de contamination ?
02:46
micro générique
Jean-Mathieu Pernin - édité par Jérémy Billault

La chicha coupable de la seconde vague épidémique en France ? Pas sûr que l'Histoire retienne cette hypothèse, mais elle est avancée par Didier Raoult. Dans une vidéo publiée sur le compte YouTube de l’IHU Méditerranée dont Didier Raoult est le directeur, le microbiologiste évoque la situation covid dans le monde et un moment s’attarde sur, selon lui, ce possible objet propagateur de coronavirus.

La chicha, l’autre nom du narguilé est une pipe à eau qui sert à fumer un tabac mélangé à l’aide d’un embout que l’on fait tourner entre consommateur. Donc en effet, cette pratique n’est pas la plus covid compatible.

C’est ce que dénonce Didier Raoult après l’étude d’un cluster où les gens avaient fumé la chicha. En décembre et janvier dernier le Haut conseil à la santé publique avait mis en garde concernant les fumeurs et le covid.

"Aucun lien de causalité"

Pas de risque d’attraper le virus par la fumée recrachée, mais ce sont les regroupements entre fumeurs et le masque enlevé qui entraînent un risque de contamination. C’est davantage le partage et la salive qui peuvent être contaminant.

À lire aussi

On ne peut pas vraiment dire que la chica a de l'influence sur l'épidémie, puisqu’il n’y a aucune étude sur le sujet et c’est bien pour ça que Raoult compte en lancer une. Le Parisien/ Aujourd’hui en France a interrogé Eric Billy, chercheur en immuno-oncologie , sur le sujet.

D’après lui, "aucun lien de causalité" , entre la consommation de chicha et la hausse des contaminations. "Effectivement il a pu y avoir des cas de transmission par le partage de chicha, mais ça reste minime. Cela dépend de beaucoup de facteurs et notamment si l’embout de la chicha est nettoyé ou pas…"

Près de la moitié des jeunes l'ont déjà testée

Pour autant ce n’est pas la chicha elle-même et sa pratique qui a accéléré cette contamination chez les moins de 40 ans. Cet été, il y a davantage d’interaction, de regroupements, de gestes barrières moins respectés, de "allez on s’fait la bise, ça fait tellement longtemps", de vie en groupe plutôt qu’une consommation massive de chicha.

Les bars à chicha ont poussé partout où il y a avait de la place. Une étude remontant à 2017 réalisée pour la journée mondiale sans tabac montre que 49,9 % des jeunes français auraient déjà expérimenté la chicha. Un chiffre en baisse mais le phénomène chicha existe en France et les lieux de consommation sont fermés depuis fin octobre.

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/