1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Confinement dans la Nièvre : "On n'est pas encore saturé", estime le maire de Nevers
2 min de lecture

Confinement dans la Nièvre : "On n'est pas encore saturé", estime le maire de Nevers

INVITÉ RTL - Alors que la situation épidémique s'aggrave en France, plusieurs départements dont la Nièvre, pourraient rejoindre la liste des départements confinés. Denis Thuriot, le maire de Nevers souhaite encore attendre avant de prendre une telle décision.

Denis Thuriot, le maire de Nevers dans le centre de la France, le 4 avril 2017.
Denis Thuriot, le maire de Nevers dans le centre de la France, le 4 avril 2017.
Crédit : THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Le Rhône, l'Aube et la Nièvre pourraient rejoindre la liste des départements confinés
11:54
Julien Sellier - édité par Camille Guesdon

La progression des courbes épidémiques est alarmante. Jamais elles n'ont semblé aussi verticales et leur aggravation est rapide sur tout le territoire français à cause des variants. Ce matin, 42 départements dépassent le seuil d'alerte. Dès ce week-end, l'Aube, le Rhône, la Nièvre devraient être reconfinés à leur tour. La confirmation doit tomber ce soir lors de la conférence de presse du ministre de la Santé.

Dans le département de La Nièvre, un habitant sur 300 est actuellement malade. Les contaminations ont été multipliées par deux en 15 jours seulement. Selon Denis Thuriot, maire (LaREM) de Nevers, son département a des chiffres élevés mais a un plus faible taux par rapport à l'Aube et le Rhône : "Nous avons pris avec le préfet de la Nièvre des mesures dimanche dernier dont il est difficile d'évaluer le résultat aujourd'hui. A savoir le port du masque tout le temps et partout sur l'ensemble de la ville de Nevers (...) L'interdiction de vente de boissons à emporter, et puis une forte incitation au télétravail dans les administrations et les entreprises".

"On a encore des facultés d'hospitalisation"

Denis Thuriot veut attendre de voir si ces mesures mises en place ont un effet avant de reconfiner la Nièvre. Pour le maire de Nevers "ce qui inquiète c'est l'augmentation des contaminations en une semaine avec pratiquement +44%. Par contre on a encore des facilités et des facultés d'hospitalisation (...) on n'est pas encore saturé, donc c'est pour ça qu'il faut toujours essayer de prendre les bonnes mesures, les plus appropriées et parfois de manière progressive".

Après un an de restrictions sanitaires, est-ce que ces nouvelles mesures peuvent encore être acceptées ? Selon le maire de Nevers "il faut tenir" et compter sur l'accélération de vaccination annoncée à partir d'avril. Il admet que la situation est compliquée pour les Nivernais avec l'arrivée des beaux jours. Cependant, leur protection est la priorité pour Denis Thuriot. Dans la Nièvre, près de 12% des habitants ont reçu une première injection. C'est plus que la moyenne nationale. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/