1 min de lecture Médecine

Cancer : les nouveaux traitements sont des "révolutions", pour ce cancérologue

INVITÉ RTL - Les tests génétiques ou l'immunothérapie sont l'avenir de la lutte contre le cancer. Dans de nombreux cas, ces techniques pourraient éviter la chimiothérapie aux patients.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
De nouveaux traitements moins invasifs contre le cancer Crédit Image : Fred Scheiber/20 minutes/SIPA | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et La rédaction numérique de RTL

La conférence annuelle contre le cancer à Chicago a annoncé une nouvelle ère dans la lutte contre la maladie. En effet, 70% des femmes atteintes du cancer du sein pourront éviter la chimiothérapie grâce à un test génétique. 

"En connaissant les gènes de la cellule cancéreuse (...) on peut prédire ce que la cellule cancéreuse va faire : va-t-elle rechuter, va-t-elle revenir sous forme de métastase ou va-t-elle guérir et ne plus jamais faire parler d'elle ? Des scientifiques ont compris quel gêne il fallait étudier dans l'ensemble des gènes d'une cellule cancéreuse (...) Si on les étudie malade par malade, on arrive à classer le risque de manière extrêmement précise entre 0 et 100", explique David Khayat, cancérologue, président de l'Institut International de Cancérologie

Ainsi, si le risque est faible, c'est-à-dire inférieur à 10, la patiente n'aura pas besoin de chimiothérapie. "Dans 99.3% des cas, quand on a dit la malade ne rechutera jamais, elle n'a jamais rechuté", souligne le médecin. En revanche, si le risque est supérieur à 25, la chimiothérapie est nécessaire. Si on connaît ce test depuis une dizaine d'années, "la nouveauté (...) c'est cette zone grise entre 10 et 25" car une étude a montré qu'"entre 0 et 25, il n'était pas nécessaire de faire une chimiothérapie", continue David Khayat.

Nouveaux traitements contre le cancer du poumon

L'autre bonne nouvelle concerne les patients atteints d'un cancer du poumon qui avait "de très mauvais pronostics". Mais les scientifiques se sont aperçus que "dans 20-25% des cas, on peut éviter la chimiothérapie en donnant des comprimés au malade (...) si l'étude des gènes de la cellule du cancer du poumon montre que le cancer va être sensible à une thérapeutique ciblée", explique le cancérologue. Dans 15-20% des cas, l'immunothérapie peut-être utilisée à la place de la chimiothérapie. 

À lire aussi
150.000 Français souffrent de la maladie de Parkinson médecine
Essai clinique sauvage : "Ça fait quelques années qu'ils le préparaient", dit un médecin

Pour David Khayat, ces évolutions sont des "révolutions", "on est dans l’intimité de la cellule cancéreuse", se réjouit-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médecine Cancer Sciences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793641114
Cancer : les nouveaux traitements sont des "révolutions", pour ce cancérologue
Cancer : les nouveaux traitements sont des "révolutions", pour ce cancérologue
INVITÉ RTL - Les tests génétiques ou l'immunothérapie sont l'avenir de la lutte contre le cancer. Dans de nombreux cas, ces techniques pourraient éviter la chimiothérapie aux patients.
https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/cancer-les-nouveaux-traitements-sont-des-revolutions-pour-ce-cancerologue-7793641114
2018-06-05 11:27:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/6EMx0F7mAhuMvgqc7L2BqA/330v220-2/online/image/2018/0605/7793644241_des-chercheurs-etudient-des-cellules-cancereuses.jpg