1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Appendicite, vésicule biliaire... Des pathologies ont disparu des radars
1 min de lecture

Appendicite, vésicule biliaire... Des pathologies ont disparu des radars

Par peur d'être contaminé par le coronavirus, certains malades nécessitant un suivi médical, ne se rendent pas dans les hôpitaux. "Le 'restez chez vous' ne s'applique pas à des patients qui ont besoin de soin" précise Martin Hirsch, directeur de l'AP-HP.

L'hôpital Bichat, à Paris.
L'hôpital Bichat, à Paris.
Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Appendicite, vésicule biliaire... Des pathologies ont disparu des radars
01:40
Odile Pouget - édité par Marie Gingault

Trop de patients qui ne souffrent pas du coronavirus refusent de se rendre à l'hôpital par peur de se faire contaminer. Ce qui peut constituer une "perte de chance", alerte L'AP-HP qui rappelle qu'il n'y a rien à craindre, les parcours étant sécurisés dans les hôpitaux.


En effet, certaines pathologies ont disparu des radars des hôpitaux depuis le coronavirus. Les opérations de l'appendicite se sont littéralement effondrées, 32 interventions contre 120 l'année dernière à la même période. "Ça fait une chute de 74%", précise le Pr Yann Parc, président des chirurgiens de l'AP-HP qui s'étonne également de la baisse vertigineuse de la Cholécystite, l'inflammation de la vésicule biliaire : "Il n'y a aucune explication logique à cette réduction, on espère simplement que les gens qui ont eu ces pathologies ont trouvé un moyen de se guérir, que pour l'instant on ne connait pas".

L'autre inquiétude concerne les nouveaux patients atteints d'un cancer du côlon et qui n'ont pas pu passer leurs examens : "Les plateaux techniques de colposcopie ont été vidés de leurs respirateurs, vidés de tous leurs moyens. Par conséquents on a donc à peu près 5.000 nouveaux cas de cancer qui n'ont pas été diagnostiqués, qui vont bientôt arriver et peut-être avec des formes compliquées, donc on sait qu'il va falloir les prendre en charge" souligne Yann Parc.

Le "restez chez vous" ne s'applique pas à des patients qui ont besoin de soins

Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP

De son côté Martin Hirsch, le directeur général de l'AP-HP lance un appel : "Le 'restez chez vous', ne s'applique pas à des patients qui ont besoin de soins, venez à l'hôpital. Il y a des pathologies où il y a plus de risque à s'abstenir qu'à venir. C'est un vrai message de santé publique". 

À lire aussi

Parcours sécurisés, consultations par téléphone, réorganisation des services :  l'AP-HP affirme tout mettre en oeuvre pour que personne ne renonce aux soins. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/