1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Antibiorésistance : l'incroyable efficacité de remèdes moyenâgeux
4 min de lecture

Antibiorésistance : l'incroyable efficacité de remèdes moyenâgeux

Grâce à des recettes ancestrales, la médecine moderne fait un bond en avant dans la lutte contre les bactéries résistantes aux antibiotiques.

Laboratoire médical (illustration)
Laboratoire médical (illustration)
Crédit : Pixnio
Antibiorésistance : l'incroyable efficacité de remèdes moyenâgeux
03:22
Antibiorésistance : l'incroyable efficacité de remèdes moyenâgeux
03:22
Yann Bouchery - édité par Valentin Deleforterie

"Per Horus et per Ra et per Solem Invictus" ... Personne n'a oublié cette formule magique prononcée dans le film Les Visiteurs. Il s’agit de l'incantation grâce à laquelle Godefroy de Montmirail et Jacquouille remontent les couloirs du temps, non sans avoir absorbé une potion dont la composition affole encore nos papilles... Souvenez-vous : venin de vipère, poudre de limace et œuf de caille.

Aujourd’hui la réalité rejoint quasiment la fiction dans au moins un domaine : celui de la lutte contre les bactéries résistantes aux antibiotiques. Elles sont de plus en plus nombreuses, de plus en plus coriaces. Ce fléau tue chaque année 700.000 personnes dans le monde et les scientifiques explorent toutes les pistes pour s'en débarrasser.

60 équipes se consacrent à ce dossier en ce moment à l’Institut Pasteur. Alors, quitte à chercher dans toutes les directions, à l’Université de Warwick en Grande-Bretagne, des microbiologistes ont eu l’idée de tester des remèdes ancestraux et de vérifier leur efficacité

Un collyre bien particulier

Ils se sont ainsi penchés sur un manuscrit anglo-saxon du Xème siècle, intitulé Le Leechbook de Bald, qui propose un collyre destiné à traiter les orgelets. Je vous en livre la recette.

À lire aussi

Prenez des quantités égales d'ail et d'oignon, pilez les bien ensemble. Prenez des quantités égales de vins et de sels de biles de bovins. Mélangez le tout dans un vase en laiton, laissez reposer pendant neuf nuits. Essorez à travers un chiffon. Mettez-le dans une corne et appliquez la nuit sur l’œil avec une plume. Je vous déconseille évidemment de faire ça chez vous. Mais les chercheurs britanniques ont testé le procédé selon les principes rigoureux de ce siècle ... Et le résultat se révèle spectaculaire.

En laboratoire, le remède a été mis en présence des pires pathogènes comme le staphylocoque doré responsable de tant d’infections et de septicémies. Oh miracle, sa population résistante a été réduite d’un facteur 10.000. Un vrai carnage selon nos amis d’Outre-Manche.

Plus fort encore, la potion a été confrontée non pas à des cellules isolées mais à des agrégats de bactéries comme des biofilms qui colonisent les plaies, les cathéters, et qui représentent jusqu’à 80% des infections à l’hôpital. Là encore, la mixture agit sur la plupart d’entre eux en diminuant les cellules viables d’un facteur 100 à 1 million selon les espèces.

Des essais sur l'homme à venir

Est-ce le fruit du hasard, un simple coup de chance ? Probablement pas, puisque l’absence d’un seul ingrédient réduit singulièrement l’efficacité du traitement. En attendant les expérimentations se poursuivent afin de s’assurer de l’innocuité du remède moyenâgeux.

Les Britanniques viennent de démontrer sur des cellules de peau humaines et des cornées de souris que le fameux collyre était très peu irritant. Des essais sur l’homme pourraient même avoir lieu en 2021. À terme, l’idée serait de pouvoir intégrer les molécules actives de la potion dans la composition d’une pommade ou par imprégnation sur des pansements.

Bref, de l’ail, de l’oignon, du vin et de la bile de bovin ... "Nouveaux antibiotiques, la piste des potions médiévales", c’est à lire dans le magazine Science et Vie.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/