1 min de lecture Benoît Vallet

Bébés morts à Chambéry : plus aucun risque sur les poches de nutrition

INVITÉ RTL - Benoît Vallet, directeur général de la Santé, estime que le danger a été écarté et confirme les soupçons qui portent sur le laboratoire Marette.

Le laboratoire Marette, à Courseulles-sur-Mer, ici le 6 janvier 2014, a fourni des poches alimentaires à l'hôpital de Chambéry.
Le laboratoire Marette, à Courseulles-sur-Mer, ici le 6 janvier 2014, a fourni des poches alimentaires à l'hôpital de Chambéry. Crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Invité de RTL, Benoît Vallet, directeur général de la Santé, a pu donner quelques précisions concernant l'affaire des poches alimentaires contaminées suspectées d'avoir provoqué la mort de trois bébés à l'hôpital de Chambéry : "L'institut Pasteur a permis de caractériser le germe qui était recherché depuis plusieurs semaines. C'est un germe difficile à caractériser car jamais identifié dans ce type de contexte. On ne le connaissait pas en tant que responsable pathogène dans des situations cliniques".

La qualification de "contamination massive" utilisée par l'institut Pasteur pour qualifier le germe découvert dans six poches alimentaires sorties de l'usine Marette s'explique par un environnement propice au développement des bactéries : "Ce germe, qui est une entérobactérie, dans un contexte qui est celui d'une poche nutritive, devient extrêmement dangereux puisque c'est un milieu qui favorise son développement".

>
Benoit Vallet : "Plus aucun risque sur les poches de nutrition" Crédit Image : Damien Rigondeaud / RTL.fr | Crédit Média : RTL | Date :

Existe-t-il dès lors un risque de contamination élargie et la bactérie se balade-t-elle dans la nature ? "Aujourd'hui, nous pouvons être rassurants quant au fait que de nombreux enfants recevant des poches nutritives ne sont pas en situation d'exposition à ce germe en particulier, ni à un autre, les poches étant préparées dans des conditions de stérilité", assure Benoît Vallet. Le directeur général de la Santé affirme, de plus, qu'il n'y aucun manque de poches alimentaires dans les hôpitaux français.

L'implication du laboratoire Marette, dont l'activité a été suspendue, semble, elle, très probable. "Le faisceau d'arguments converge vers Marette. Compte tenu du fait que le germe a été découvert dans des poches non utilisées et dans plusieurs poche, l'argument de la source de production devenait très très fort", explique-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Benoît Vallet Laboratoire Marette Poches alimentaires
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants