2 min de lecture Marseille

Bactérie mortelle à Marseille : "Il n'y a pas lieu de paniquer", estime un médecin

DÉCRYPTAGE - La bactérie "Clostridium difficile 027", détectée dans plusieurs établissements des Bouches-du-Rhône, pourrait être à l'origine du décès de trois personnes.

Les couloirs du CHU de Caen (Basse-Normandie), en septembre 2012 (photo d'illustration).
Les couloirs du CHU de Caen (Basse-Normandie), en septembre 2012 (photo d'illustration). Crédit : AFP / CHARLY TRIBALLEAU
Eléonore Taicher Journaliste RTL

Une bactérie mutante aurait déjà provoqué trois décès à Marseille depuis le mois de mars, a annoncé La Provence mercredi 2 octobre. Une quarantaine de personnes sont actuellement contaminées. Cette souche mutante de la bactérie Clostridium Difficile provoque de sévères diarrhées, parfois mortelles.

Le chef de service de gastroentérologie de l'hôpital Robert Boulin de Libourne (Gironde), Christian Baldit, revient pour RTL.fr sur cette épidémie. Il explique qu'il n'y a "rien de nouveau", et qu'elle est connue depuis 1978.

A l'origine, la prise d’antibiotiques

La bactérie Clostridium Difficile est présente naturellement en faible quantité dans les intestins, et n'est pas dangereuse du fait de cette présence réduite. Mais la prise d'antibiotique change la donne. "Ils détruisent la flore normale, ce qui laisse proliférer un clone de la Clostridium Difficile qui a, dès lors, le terrain libre", détaille Christian Baldit.

À lire aussi
La ville de Marseille dans les Bouches-du-Rhône Marseille
Marseille : mort d'une mère de famille dans un parc, la PJ saisie

Or, quand ce clone, qui porte le nom de Clostridium Difficile 027, est présent en grande quantité, il secrète des toxines entraînant des diarrhées, voir une une colite pseudomembraneuse, c'est-à-dire une atteinte visible de l'intestin. Il devient ainsi la "première cause de diarrhées infectieuses nosocomiales chez l’adulte, et plus particulièrement chez les personnes âgées de plus de 65 ans", explique le site sante.gouv. fr.

"Depuis 2004, il y a eu des épidémies sévères de la 027 au Canada, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Belgique, aux Pays-bas, et en France. Au premier trimestre 2006, une épidémie s'était d'ailleurs propagée dans un hôpital de Valencienne", rappelle Christian Baldit.

Pour éviter sa propagation : l'isolement

Dans les établissements de santé, il existe plusieurs mesures pour prévenir la transmission d'un patient à un autre, comme des règles d'isolement, car l'épidémie se propage par simple contact.

Mais cette propagation n'est pas forcément le signe d'une négligence de la part du personnel hospitalier. Pour Christian Baldit, "le problème se situe en amont, au moment du diagnostic. Tant qu'il n' a pas été fait, aucune mesure particulière n'est prise et c'est là que la bactérie se propage de personne à personne."

Il n' y a pas lieu de craindre qu'elle se propage à toutes les Bouches-du-Rhône

Christian Baldit, gastroentérologue
Partager la citation

Quand une épidémie survient, une grosse mobilisation est nécessaire dans les établissements de santé, "pouvant aller jusqu’à l’arrêt des admissions et la fermeture partielle ou totale de certains services, pouvant impacter l’offre de soins dans la région", relate Metronews.

Christian Baldit se montre toutefois rassurant : "Il n' y a pas lieu de craindre qu'elle se propage à toutes les Bouches-du-Rhône et ensuite à toute la France". "D'abord, il existe un traitement contre cette maladie - d'autres antibiotiques -, et les mesures de précaution prises dès le début du phénomène limitent sa propagation", conclut-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Marseille Info Médecine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7765128056
Bactérie mortelle à Marseille : "Il n'y a pas lieu de paniquer", estime un médecin
Bactérie mortelle à Marseille : "Il n'y a pas lieu de paniquer", estime un médecin
DÉCRYPTAGE - La bactérie "Clostridium difficile 027", détectée dans plusieurs établissements des Bouches-du-Rhône, pourrait être à l'origine du décès de trois personnes.
https://www.rtl.fr/actu/bacterie-mortelle-a-marseille-il-n-y-a-pas-lieu-de-paniquer-dit-un-medecin-7765128056
2013-10-04 20:29:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/TKMdfszqkarhndzJwmMVwQ/330v220-2/online/image/2013/1004/7765128219_les-couloirs-du-chu-de-caen-basse-normandie-en-septembre-2012-photo-d-illustration.jpg