2 min de lecture Baccalauréat

Bac : dis moi ton prénom, je te dirai ta mention

Le spécialiste des prénoms Baptiste Coulmont révèle que 20% des Diane et des Adèle ont obtenu la obtenu la mention "Très Bien" en 2013. A l'inverse, les Sephora et les Kimberly ont de moins bons résultats.

665.000 candidats ont tenté d'obtenir leur bac cette année.
665.000 candidats ont tenté d'obtenir leur bac cette année. Crédit : AFP / Archives
micro générique
La rédaction numérique de RTL

On ne parle plus que de Baptiste Coulmont, ce spécialiste de la sociologie des prénoms, qui a pointé la relation entre les prénoms des candidats au bac général et les mentions récoltées. Ce maître de conférences à l'université Paris-8 a, en effet, épluché les résultats du baccalauréat 2013, et s'est notamment intéressé aux prénoms qui avait obtenu la mention "Très bien".

Les très fort taux de mention Très Bien

Le prénom indique - de manière imparfaite et floue - l'origine sociale de celles et ceux qui le portent

Baptiste Coulmont
Partager la citation

20% des Diane et des Adèle ont obtenu cette mention. Plus généralement, les candidats ayant eu les plus fort taux de mention Très Bien étaient ceux qui portaient des prénoms rares et sophistiqués, comme Ulysse, Guillemette, Quitterie, ou encore Madeleine, Anne-Claire, Ella, Sibylle, Marguerite, Hannah...

La rédaction vous recommande

Les très faibles taux de mention Très Bien

Pour Baptiste Coulmont, les prénoms d’origine maghrébine ou anglo-saxonne viennent s’opposer à des prénoms dits "bon chic bon genre".

Ainsi, les Asma, Sephora, Hakim, Kimberley, Assia, Cynthia, Brenda, Christian, Bilal, Brian, Melvin, Johann, Eddy, et Rudy, sont moins de 2 % à avoir obtenu la mention TB.

Le dessin d'un "espace social"

À lire aussi
Un jeune homme passe le baccalauréat, le 17 juin 2019 rentrée scolaire
Les infos du 12h30 - Baccalauréat : ce qui va changer dès cette rentrée au lycée

Baptiste Coulmont explique en outre qu'observer les résultats à cet examen en fonction des prénoms des candidats "permet de dessiner un espace social".Celui-ci est d'ailleurs éloquent. On retrouve les "prénoms choisis par des parents des classes intellectuelles, de la bourgeoisie ou du salariat d'encadrement d'un côté, et ceux choisis par des parents des classes populaires de l'autre", note-t-il.

Le sociologue ajoute également que le prénom "indique - de manière imparfaite et floue - l'origine sociale de celles et ceux qui le portent", avant de conclure sur son blog que : "parmi les élèves entrés en sixième en 1995, 71,7% des enfants d'enseignants ont finalement décroché en 2010 un bac général, 68,2% des enfants de cadres supérieurs, 20,1% des enfants d'ouvriers qualifiés, 13% des enfants d'ouvriers non qualifiés, et 9,2% des enfants d'inactifs".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Baccalauréat Le Prénom Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants