1 min de lecture Faits divers

Merah tué par le RAID après plus de 32 heures de résistance

Après une résistance de plus de 32 heures, Mohamed Merah est mort. Le suspect retranché dans son appartement à Toulouse a été tué jeudi lors d'une intervention des hommes du RAID. Des rafales de tirs très nourries (près de 300 cartouches tirées de part et d'autre !) et des détonations ont été entendues pendant cinq minutes peu après 11h30. Deux policiers ont été blessés lors de cet assaut. L'individu, qui s'était retranché dans la salle de bains, a été retrouvé mort sur le sol. Il a été "tué" par des tireurs du RAID au moment où il sautait du balcon de sa fenêtre en continuant à tirer. Plus tôt sur RTL, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant avait clairement redouté un décès de l'homme de 23 ans qui aurait tué sept personnes depuis le 11 mars à Toulouse et Montauban, alors que les autorités souhaitaient le prendre vivant pour pouvoir l'interroger et le juger. Nicolas Sarkozy a félicité les forces de l'ordre.

Mohamed Merah, français d'origine algérienne de 23 ans, a succombé après un échange nourri de tirs avec les policiers de l'unité d'élite du RAID
Mohamed Merah, français d'origine algérienne de 23 ans, a succombé après un échange nourri de tirs avec les policiers de l'unité d'élite du RAID Crédit : AFP / Pascal Pavani
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Patrick Tejero

Le récit de l'assaut selon les informations de Julien Dumond, journaliste de RTL sur place

"Il est sorti comme un diable de la baignoire", a dit un membre du RAID à Julien Dumond.

Des grenades ont été lancées par les hommes du RAID pour faire réagir Mohamed Merah. En l'absence de réaction, ils ont avancé prudemment. Ensuite, il les a laissés venir au plus près de lui jusqu'à sortir de sa boite, à faire feu à nombreuses reprises. Mohamed Merah a tiré en sortant de la salle de bains.

Il se dirige jusqu'au balcon. Des policiers du RAID avaient pris position à cet endroit-là pour permettre à une autre équipe de rentrer par une fenêtre. Il a tiré quasiment à bout touchant sur ces fonctionnaires. Entre la salle de bains et le balcon il y a moins d'une dizaine de mètres. Les fonctionnaires du RAID ont dû reculer tout en tirant. Mohamed Merah n'a à priori pas été touché à ce moment-là.

Il retourne vers le balcon. Les snipers font feu sans encore une fois le toucher. Il recule. Quelques secondes après il ressort avec son Colt 45 (arme automatique) et fait feu à de très nombreuses reprises. C'est là que la fusillade a été la plus forte. Les hommes du RAID constatent alors que Mohamed Merah gît au sol au pied de ce balcon légèrement surélevé, tué par un des nombreux tirs de riposte des fonctionnaires.

"Il a été retrouvé mort au sol"


"C'est au moment où un moyen d'investigation a été introduit dans la salle de bains que le tueur est sorti de la salle de bains en tirant avec une extrême violence. Les rafales ont été fréquentes, très dures. Un fonctionnaire du RAID qui a pourtant l'habitude me disait qu'il n'avait jamais vu un assaut de cette violence", a déclaré Claude Guéant lors d'un point avec la presse.

Des rafales de tirs très nourries et des détonations avaient été entendues pendant cinq minutes jeudi peu après 11h30 près de l'appartement où était retranché depuis 32 heures Mohamed Merah et où les hommes du RAID sont entrés. Le forcené portait un gilet par balles, ce qui explique pourquoi il a pu résister à certains des tirs des policiers.

L'avocat de Mohamed Merah depuis des années, qui était jeudi matin près de l'appartement du suspect, a estimé juste après les faits que cette issue était "le résultat logique de la stratégie adoptée" par la police. "Sa mort est le résultat logique de la stratégie adoptée, on l'a enfermé de plus en plus radicalement dans son autisme, dans sa coupure d'avec la réalité, rien n'a été fait pour l'aider à rétablir un lien, un dialogue", a considéré le magistrat.

Dans un communiqué, Nicolas Sarkozy dit avoir "une pensée toute particulière pour les personnes assassinées et blessées" par Mohamed Merah.

Merah s'était vanté d'avoir été formé par Al-Qaïda

Alors que la position de Mohamed Merah s'était radicalisée depuis mercredi soir, et qu'il avait déclaré, selon le ministre, "vouloir mourir les armes à la main", le ministre de l'Intérieur Claude Guéant s'était étonné jeudi matin sur RTL qu'il n'y ait eu aucune réaction du jeune homme après les diverses détonations que les policiers d'élite ont fait retentir près de son appartement depuis mercredi soir pour l'affaiblir.

Ce face-à-face est l'un des plus longs qu'aient connus les policiers du RAID après celui de la maternelle de Neuilly, en mai 1993. Les hommes du Raid avaient fini par donner l'assaut à l'école où un ancien militaire, Erick Schmitt, alias "Human Bomb", retenaient en otages des enfants et une institutrice depuis 46 heures. Le preneur d'otages avait été tué. Il n'y avait pas eu d'autre victime.

Avant de mourir dans l'assaut donné par le Raid, Mohamed Merah s'était signalé en s'épanchant beaucoup auprès de ses interlocuteurs policiers. Il s'était vanté d'avoir été formé par Al-Qaïda, d'avoir accepté une mission pour le réseau en France, "toujours agi seul" et mis "la France à genoux".

Merah a revendiqué le meurtre d'un rabbin et de trois enfants dans une école juive de Toulouse lundi dernier ainsi que ceux de trois militaires la semaine précédente.

Les tueries ont provoqué une vive émotion en France et mis la campagne pour l'élection présidentielle entre parenthèses

Revivez les dernières heures du siège du domicile de Mohamed Merha

Voir le déroulé de la journée de mercredi

Mohamed Merah, dans une vidéo de 2010 (Document France 2)


Lire la suite
Faits divers Violence Décès
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants