1 min de lecture Transports

Air France défend la prime versée à son ex-PDG

400.000 € contre un "engagement de non concurrence". C'est le marché qu'a passé la direction d'Air France-KLM avec son ex-PDG Pierre-Henri Gourgeon. Le syndicat Unsa avait, jeudi, vivement critiqué le versement de cette prime à l'ancien dirigeant, alors que l'entreprise vit une période compliquée sur le plan économique. Mais la compagnie a réagi vendredi, en expliquant que ce marché avait été conclu dans l'intérêt du groupe, puisque Pierre-Henri Gourgeon s'est engagé à ne pas offrir ses services à la concurrence durant "trois ans".

L'ancien patron d'Air France-KLM, Pierre-Henri Gourgeon
L'ancien patron d'Air France-KLM, Pierre-Henri Gourgeon Crédit : AFP / E.Piermont
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Bénédicte Tassart

Les syndicats étaient au courant, selon la direction

"Lors du changement de gouvernance en octobre dernier, le conseil d'administration d'Air France-KLM, sur proposition du comité de rémunération, a décidé d'imposer à Pierre-Henri Gourgeon un engagement de non concurrence pour une période de trois ans", a expliqué un porte-parole de la compagnie dans une mise au point écrite.
  
"En contrepartie de cet engagement, le conseil d'administration du 17 octobre 2011 a décidé d'allouer à Pierre-Henri Gourgeon une indemnité d'un montant de 400.000 euros, soumise au régime de droit commun des conventions réglementées prévu aux articles L. 225-38 et suivants du Code de commerce". Il souligne que "ceci a été fait dans l'intérêt du groupe", et que le versement de la somme a "d'ores et déjà décidé et effectué il y a plusieurs mois".
 
Le syndicat Unsa aérien d'Air France s'est élevé jeudi contre ce projet de résolution devant être soumis au vote et prévoyant une prime de "non-concurrence" de 400.000 euros pour l'ancien directeur général. Le porte-parole du groupe relève que ces éléments ont été "à l'époque (c'est à dire il y a 7 mois) immédiatement portés à la connaissance du conseil d'administration d'Air France, lequel compte 6 représentants de salariés".
  
Cette prime est connue depuis longtemps et fait partie d'une indemnité de départ dont le montant total s'élève à 1,4 million d'euros, souligne l'entourage de Pierre-Henri Gourgeon. "Cette clause a véritablement été prise dans l'intérêt du groupe", poursuit-on, soulignant que Pierre-Henri Gourgeon avait depuis son départ "déjà décliné deux propositions de travail" en raison de cette clause.
  
La convention ayant été conclue en complète transparence et dans l'intérêt du groupe, si l'Assemblée générale venait à désapprouver cette clause la semaine prochaine, cela ne changerait rien. "Il s'agit plus d'une ratification que d'une décision", a expliqué l'entourage de l'ancien dirigeant.

(avec AFP)

Lire la suite
Transports Avions Social
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants