2 min de lecture Faits divers

Affaire Laetitia : Tony Meilhon décrit une enfance violente et douloureuse

Le meurtrier présumé de Laetitia Perrais est revenu mercredi sur son enfance douloureuse, ses rapports violents avec son beau-père et sa mère qui le battait.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le meurtrier présumé de Laetitia Perrais en janvier 2011 à Pornic, Tony Meilhon, accusé de l'avoir enlevée, tuée et démembrée, s'est expliqué mercredi sur son enfance douloureuse, lors de la première journée d'audience de son procès.

Après le rappel de la séparation mal vécue de ses parents, du fait notamment de violences de son père sur sa mère, Tony Meilhon a souligné ses rapports violents avec son beau-père et sa mère, de sa petite enfance à son départ de chez lui, placé à la demande de sa mère alors qu'il avait onze ans. Benjamin d'une famille de quatre enfants, Tony Meilhon semble garder un bon souvenir de son père, aujourd'hui décédé, les violences de ce dernier ne s'étant exercées qu'envers sa mère et son grand-frère.

Outre un beau-père qui le bat, Tony Meilhon raconte une mère - qui a demandé à se porter partie civile contre lui - qui lui "mettait des baffes et se faisait mal à la main, puis a pris un martinet", puis "des coups de lattes, puis elle appelait mon frère qui faisait de la boxe". Il égrène les souvenirs douloureux: la mort de son chat tué par son beau-père ou sa mère, son grand-frère boxeur qui le bat, vend du haschich et lui en fait fumer, et les foyers de plus en plus violents: "C'est là que j'ai appris à voler une voiture, à braquer un magasin."

Ce que j'ai fait, c'est refaire ce que j'ai subi

Tony Meilhon
Partager la citation


"Ce que j'ai fait, c'est refaire ce que j'ai subi, la violence, je l'ai subie et je l'ai retranscrite, éduqué dans un milieu comme ça, il n'est pas illogique que j'en ressorte de la même sorte", a-t-il affirmé posément.

À lire aussi
Mulhouse dans le Haut-Rhin Haut-Rhin
Alsace : un jeune motard se tue en voulant éviter un contrôle de gendarmerie

"Je reconnais mon cerveau reptilien", a-t-il ajouté, surprenant le président par le terme employé. "J'agis souvent sous l'impulsion, sous l'effet de la colère, il m'arrive de dire des choses horribles aux tout proches de ma famille, je suis impulsif." "Je vais arrêter de me faire passer pour une victime: c'est moi qui fait les violences, mais c'est une cause à effet", a-t-il dit. Tony Meilhon doit s'expliquer jeudi sur les années postérieures à ses 16 ans, son premier séjour en prison.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Info Ouest
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants