1 min de lecture Eric Woerth

Affaire Bettencourt : Woerth contre-attaque et nie les faits

"Il n’y a aucune preuve contre moi d’une quelconque culpabilité. Je conteste tous les faits qui me sont reprochés". L'ex-ministre et trésorier de l'UMP, Eric Woerth, 57 ans, dans un entretien au Figaro.fr, a décidé de réagir suite à sa double mise en examen jeudi dans l'enquête sur l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt.

Eric Woerth a été mis en examen en février 2012 pour trafic d'influence passif et pour "recel à raison d'une présumée remise de numéraire" qui lui aurait été faite par Patrice de Maistre.
Eric Woerth a été mis en examen en février 2012 pour trafic d'influence passif et pour "recel à raison d'une présumée remise de numéraire" qui lui aurait été faite par Patrice de Maistre. Crédit : AFP / Archives

"Un dossier à charge contre moi"

"Depuis le début, tout ce dossier est à charge contre moi, et je le vis comme une profonde injustice. Mais je n'ai pas peur, car j'ai la conscience tranquille". Dans un entretien au Figaro.fr, l'ancien ministre Eric Woerth a déclaré qu'il "conteste tous les faits" qui lui sont reprochés dans l'affaire Bettencourt.

M. Woerth, ancien ministre et ancien trésorier de l'UMP, a été mis en examen à deux reprises cette semaine par les juges d'instructions bordelais: la première fois mercredi pour trafic d'influence passif et la deuxième jeudi pour "recel à raison d'une présumée remise de numéraire" qui lui aurait été faite par Patrice de Maistre, l'ancien homme de confiance de Liliane Bettencourt.

"On exige de moi d’apporter la preuve de ce qui n’existe pas"

L'ancien ministre a été mis en examen après deux jours d'audition à Bordeaux pour "trafic d'influence passif" et "recel" de 150 000 euros qui auraient financé la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. "Le juge fait son métier et je n'ai rien à dire là-dessus. Mais il met en relation des faits qui n'ont rien à voir entre eux. Depuis un an et demi, je démens avec force avoir reçu la moindre espèce. On exige de moi d’apporter la preuve de ce qui n’existe pas. C'est mission impossible. Essayez, vous verrez!", explique M. Woerth.

Claire Thibout, l'ancienne comptable des Bettencourt, a toujours affirmé qu'en janvier 2007, Patrice de Maistre, lui aussi mis en examen, lui avait demandé 150.000 euros en liquide qu'il destinait à M. Woerth, pour, avait-elle compris, le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Sommes qui sont bien supérieures au seuil légal pour un tel financement.

Elle ne lui en avait remis que 50.000, mais une allusion de M. de Maistre concernant l'avantage d'avoir des comptes en Suisse avait fait penser à la comptable qu'il avait pu trouver la somme restante sur des comptes de Mme Bettencourt dans ce pays.

Sur ses relations avec Patrice De Maistre, gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, l'ancien ministre du Budget s'explique également, notamment sur les rapports qu'ils entretenaient avec De Maistre : "Nous avons pris, de façon assez banale, des cafés, ensemble. Nous avons discuté de la campagne, de sa vie professionnelle, etc. Il souhaitait aussi me sensibiliser à la problématique des PME".

"Je n'ai demandé à personne d'embaucher ma femme"

Et, quand on l'interroge sur l'embauche de sa femme par Patrice de Maistre dans la société de gestion de la fortune de Liliane Bettencourt et sur la remise de la légion d'honneur à ce même de Maistre, Eric Woerth se défend vivement. "J'ai soutenu la demande de Patrice de Maistre, comme je le fais régulièrement pour d'autres, en tant que député, explique le maire de Chantilly. Par ailleurs, il faut savoir que ma femme fait le même métier depuis vingt-cinq ans et quelle ne cherchait pas de travail. La banque qui l'employait lui proposait même d'autres perspectives très bien rémunérées. Je répète que je n'ai jamais demandé à quiconque d'embaucher ma femme. Elle aurait détesté que je me mêle de sa carrière"

Il compte participer à la campagne 2012

Eric Woerth affirme être soutenu par les membres de la majorité : "Nicolas Sarkozy et François Fillon m'ont téléphoné avant les auditions, et je reçois de nombreux messages de soutien de tous ordres."

Sur son avenir politique, il essaie de relativiser ("d'autres élus, de droite comme de gauche, sont passés par là") et affirme vouloir repdnre sa place une fois l'affaire terminée. En attendant ? "Je vais participer à la cam­pagne de Nicolas Sarkozy comme parlementaire et membre du comité de riposte de l'UMP."

Notre belle famille.

Éric Woerth mis en examen pour trafic d'influence passif





Lire la suite
Eric Woerth Info Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants