1 min de lecture Justice

La justice maintient Christian Iacono en prison

Accusé à tort de viol, l'ex-maire de Vence reste incarcéré. La commission de révision des condamnations pénales a en effet décidé de ne pas suspendre sa peine. Condamné à neuf ans de prison pour le viol de son petit-fils, qui a depuis retiré ses accusations, Christian Iacono a déposé une requête en révision de son procès. La justice a décidé qu'il resterait derrière les barreaux en attendant le résultat. Selon son avocat, la commission de révision a par ailleurs ordonné "un supplément d'information". Ces nouvelles investigations doivent permettre à la commission de révision de voir plus clair dans ce dossier et de déterminer s'il existe des éléments suffisamment probants pour libérer Christian Iacono.

micro générique
La rédaction de RTL et La rédaction numérique de RTL

"Décision incompréhensible et inhumaine"

"C'est anormal, je ne comprends pas", a réagi lundi Cécile Esmengiaud, la fille de Christian Iacono, en apprenant que son père allait rester en prison.

"Cette décision est incompréhensible et inhumaine. On n'en restera pas là", a-t-elle ajouté. "La juge d'application des peines monte un dossier pour aménager sa peine et on va redemander une suspension de peine".

"Il faut qu'il soit libéré, il faut pas le laisser en prison. Il va s'effondrer. C'est un homme qui aujourd'hui est malade", a-t-elle confié, visiblement abattue par ce nouveau revers.

"On est en train de tuer petit à petit un homme qui crie son innocence depuis onze ans. On est très en colère, jusqu'où vont-ils aller ? Ça les arrangerait bien qu'il meure en prison !", a lâché la jeune femme, pour qui "la justice ne veut pas reconnaître ses erreurs et se remettre en question".

Ecroué depuis le 9 janvier

L'ancien maire de Vence est écroué depuis le 9 janvier à la maison d'arrêt de Grasse. Il a déposé une requête en suspension de peine, ainsi qu'une requête en révision, mais cette dernière ne sera pas examinée avant plusieurs mois.

Christian Iacono, 76 ans, a été condamné en 2009, puis en appel en février 2011, à neuf ans de prison pour le viol de son petit-fils Gabriel, aujourd'hui âgé de 20 ans.

Mais en mai 2011, l'affaire avait rebondi : Gabriel était alors revenu sur ses accusations, maintenues pendant onze ans et portant sur des faits qui se seraient déroulés entre 1996 et 1998 dans la villa de Christian Iacono à Vence, alors que l'enfant avait entre cinq et huit ans.

En dépit de ces rétractations, la Cour de cassation, qui ne tranche que d'éventuels points de droit mais n'aborde pas le fond du dossier, a rejeté en novembre 2011 le pourvoi de Christian Iacono.

Le parquet général n'a alors eu d'autre choix que de faire exécuter la peine du condamné, devenue définitive. Le 9 janvier, l'ancien élu, qui a toujours clamé son innocence, a donc été incarcéré.

Lors de l'audience du 16 janvier devant la commission de révision, le parquet général a recommandé le rejet de sa requête en suspension de peine, estimant que les rétractations de Gabriel n'étaient étayées par aucun élément objectif.

(Avec AFP)

Lire la suite
Justice Prisons Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants