1 min de lecture Autorité de la concurrence

40,6 millions d'euros d'amende pour Sanofi

Le groupe pharmaceutique a été sanctionné par l'autorité de la Concurrence car il aurait dénigré les génériques du médicament Plavix. Et cela, pour "favoriser ses propres produits".

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

L'autorité de la Concurrence a sanctionné le groupe pharmaceutique Sanofi-Aventis à hauteur de 40,6 millions d'euros. Son tort ? Avoir dénigré les génériques de Plavix, le quatrième médicament le plus vendu au monde. L'entreprise conteste les faits qu'on lui reproche. "Sanofi n'a jamais remis en cause la bioéquivalence des génériques de Plavix."

L'autorité de la Concurrence avait été saisie par Teva Santé, le 3ème fabricant de génériques en France, une filiale de l'israélien Teva Pharmaceutical Industries, leader mondial des génériques.

Le groupe pharmaceutique a, selon l'autorité, "mis en place auprès des professionnels de la santé (médecins et pharmaciens d'officine) une stratégie de dénigrement à l'encontre des génériques de Plavix afin de limiter leur entrée sur le marché et de favoriser ses propres produits", le princeps de Plavix (anti-thrombotique), ainsi que son propre générique Clopidogrel-Winthrop.

"Un doute sur la qualité des génériques"


Après l'expiration en juillet 2008 en Europe du brevet qui protégeait ce "blockbuster", utilisé pour la prévention des récidives des maladies cardiovasculaires graves, Sanofi a mis en œuvre une stratégie de communication dont l'objectif était "d'enrayer le processus de substitution générique", juge l'autorité.

À lire aussi
Le siège de Engie à La Défense le 27 novembre 2017 justice
Engie condamné à près de 900.000 euros pour démarchage abusif

Cette stratégie a joué à deux niveaux, "au stade de la prescription, en obtenant des médecins qu'ils apposent, sur l'ordonnance, la mention 'non substituable'", et au stade de la substitution elle-même, "en incitant à substituer Plavix par son propre générique", au détriment des génériques concurrents.

Ce discours "a instillé un doute sur la qualité et la sécurité des génériques, sans se fonder sur le moindre fait avéré, puisque rien ne permet de démontrer que les génériques concurrents de Plavix sont moins sûrs que le princeps", souligne encore l'Autorité de la Concurrence.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Autorité de la concurrence Info Plavix
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants