1 min de lecture Économie

2012, un mauvais cru pour les tour-opérateurs français

Les voyagistes français ont fait une mauvaise année 2012, en raison de la crise et d'un redémarrage lent des destinations vers les pays qui ont vécu le printemps arabe. Ils constatent également que les clients organisent de plus en plus seuls leurs voyages. Et 2013 ne s'annonce guère mieux pour 2013...

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

Juillet "catastrophique", août bon

"Ce n'est pas une bonne année, même si cela aurait pu être encore pire", a déclaré le président de l'association professionnelle Ceto, René-Marc Chikli, en présentant le bilan mardi à Bordeaux. "Le pire" remonte au retournement brutal du marché lors de l'exercice 2008-2009, a-t-il rappelé.

Entre novembre 2011 et fin octobre 2012, les 70 membres du Ceto ont fait voyager 7,28 millions de clients, soit 25.000 clients de moins qu'un an plus tôt à périmètre comparable, pour un volume d'affaires de 5,28 milliards d'euros (-0,8%). La recette unitaire moyenne a baissé de 10 euros, à 726 euros. L'année 2012 a été marquée par un mois de juillet "catastrophique", suivi d'un bon mois d'août.

Côté destinations, après une année 2011 noire liée au printemps arabe, la Tunisie, première destination étrangère des Français, "est un peu repartie cet été, on a limité la casse", a expliqué René-Marc Chikli, en déplorant toutefois "un problème de qualité" sur place. Le Moyen-Orient, par exemple, a perdu beaucoup de clients sur l'exercice (-17,3%). Et l'Europe du Sud et occidentale, où s'effectuent l'essentiel des voyages, a un peu reculé également (-1,3%).

Inquiétudes

Les tour-opérateurs s'inquiètent aussi pour l'avenir. Les prises de commandes pour l'hiver 2012-2013 sont en recul de plus de 10% en nombre de clients, et de 7% en chiffre d'affaires, touchant à la fois le moyen-courrier et le long-courrier. "On est en difficulté. On entre dans un exercice aussi mauvais que celui de 2008-2009. L'espoir est de rattraper des parts sur le moyen-courrier", a estimé le président du Ceto, en soulignant que les clients "se décident tard". En attendant, les tour-opérateurs ajustent leur offre pour "limiter les risques".

Sur l'exercice 2011-2012, clos fin octobre, les voyages à forfait (avion et séjour), qui concentrent 60% de l'activité des tour-opérateurs, ont continué de perdre du terrain, avec 168.000 clients en moins (-3,8%) à périmètre comparable, soit 4,25 millions au total, pour un volume d'affaires en baisse de 2,6% à 4,13 milliards d'euros.

La France reste la première destination des voyages organisés, avec 742.000 clients, devant la Tunisie (413.200) puis le Maroc (338.000).

(Avec AFP)

Lire la suite
Économie Culture-loisirs Tourisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7755742416
2012, un mauvais cru pour les tour-opérateurs français
2012, un mauvais cru pour les tour-opérateurs français
Les voyagistes français ont fait une mauvaise année 2012, en raison de la crise et d'un redémarrage lent des destinations vers les pays qui ont vécu le printemps arabe. Ils constatent également que les clients organisent de plus en plus seuls leurs voyages. Et 2013 ne s'annonce guère mieux pour 2013...
https://www.rtl.fr/actu/2012-un-mauvais-cru-pour-les-tour-operateurs-francais-7755742416
2012-12-11 14:05:00