Taxe à 75% : le président de l'OM se voit comme "un commerçant dans Robin des Bois qui se fait racketter"

INVITÉ RTL - Le président de l'OM Vincent Labrune dénonce la taxe à 75% qui doit toucher les clubs en 2014. Selon lui, cette taxe est "injuste" et "absurde".

Vincent Labrune, président de l'Olympique de Marseille
Crédit : AFP/B.Horvat
Vincent Labrune, président de l'Olympique de Marseille

La grève annoncée par les clubs professionnels de football le 30 novembre contre l'application de la taxe à 75% sème le trouble. Invité du Club Liza sur RTL lundi soir, Vincent Labrune, président de l'Olympique de Marseille, a longuement défendu sa position. "Je ne suis pas contre, d'une façon générale, payer des taxes et des impôts. Il y a un effort de solidarité nationale à faire, dont acte. Mais cette taxe, dans sa mouture actuelle, elle est non seulement injuste mais elle est aussi absurde", juge le président du club phocéen.

8 millions d'euros d'impôts

"A Marseille, on vient nous dire aujourd'hui qu'il faut qu'on s'acquitte au premier trimestre 2014 de la somme de 8 millions d'euros. Ça n'a pas de sens. On sera dans l'obligation de nous séparer évidemment d'un certain nombre de joueurs et c'est quand même l'inverse de ce que l'on a envie de faire", avance-t-il.

Les joueurs qui gagnent plus d'un million d'euros ne paieront rien

Vincent Labrune

"Je n'en peux plus de cette démagogie générale qui laisse à penser que ce sont les joueurs qui gagnent plus d'un million d'euros qui vont s'acquitter de cette taxe. Ils ne paieront rien", s'emporte Vincent Labrune avant d'attaquer la ministre des Sports, Valérie Fourneyron, qui "vient comparer la gestion des clubs de football aux prémices de la crise financière, qui dit que c'est une bulle qui va exploser en comparant les dirigeants de clubs de foot à Lehman Brothers". "Je le vis à titre personnel très mal. Je ne me sens pas du tout, et mes confrères présidents non plus, dans la peau de Lehman Brothers… Je me vois plutôt dans la peau du petit commerçant dans Robin des Bois qui vient se faire racketter par le shérif de Nottingham…", lance le président de l'OM.

Solidarité

"Il n'y a pas un secteur qui est plus solidaire à la cause nationale que le football professionnel. A titre personnel, je n'ai de leçon de solidarité à recevoir de personne. C'est quelque chose qui me choque. Il n'y a pas de raisons qu'on ne participe pas encore plus à l'effort national, mais qu'on le fasse dans un cadre précis, dans un calendrier établi et qu'on puisse agir en tant que gestionnaires et chefs d'entreprise responsables", conclut-il.

La rédaction vous recommande
par Bixente Lizarazu
Suivez Bixente Lizarazu sur :
Vous aimerez aussi
Commentaires Avec Bell & Ross

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous