Roselyne Bachelot : "Le départ de Jean-Pierre Escalettes est inéluctable"

La ministre de la Santé et des Sports répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie jeudi matin. Roselyne Bachelot a jugé "inéluctable" le départ de Jean-Pierre Escalettes de la présidence de la Fédération française de football (FFF) après la participation désastreuse des Bleus au Mondial. "Dans les circonstances actuelles, je crois que chacun doit tirer les leçons de ce qui s'est passé (...) Les joueurs ne doivent toucher aucune rémunération, prime... ça, c'est fait", a-t-elle rappelé. Elle a également indiqué qu'elle abandonnait l'idée de mener un audit sur les Bleus puisque "une commission parlementaire veut se saisir de cette affaire".

>
La ministre de la Santé et des Sports répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie Crédits Média : Jean-Michel Aphatie | Durée : | Date :
1/

Envoyez-nous vos photos/vidéos et devenez Témoins RTL

Logo Témoins

Ecouter aussi :

- Equipe de France : Thierry Henry a été reçu à l'Elysée
- Nicolas Sarkozy réclame des états généraux du football
- "Une équipe de France où des caïds immatures commandent à des gamins apeurés"
- Mondial 2010 : les Bleus battus et éliminés


Jean-Michel Aphatie : Bonjour, Roselyne Bachelot.

Roselyne Bachelot : Bonjour, Jean-Michel Apathie.

Table ronde à l'Elysée hier. Thierry Henry reçu en urgence et à sa demande par le Président de la république cet après-midi. Annonce d'une organisation d'états généraux du football en France. Peut-on dire, Roselyne Bachelot, que le football français se trouve aujourd'hui sous la tutelle du gouvernement ?

Je peux vous dire que c'est pas de gaité de cœur que nous nous occupons de cette affaire. Je veux rappeler que l'organisation de la Coupe du monde était sous la responsabilité et la seule responsabilité de la Fédération de football aussi bien sur le plan financier, l'Etat n'y met pas un sou, que sur le plan de l'organisation, c'est la Fédération de football, le sélectionneur est nommé par eux, le sélectionneur nomme les joueurs.

Et pour dire les choses franchement, de votre point de vue, la Fédération a failli à sa tâche ?

Alors il y a un certain nombre de responsables de ce désastre. Je pèse mes mots. J'ai dit désastre et je continue à l'appeler. Bien entendu, d'abord les joueurs eux-mêmes qui se sont comportés de la façon que tout le monde a vu, et je dois dire que leurs derniers faits, refusant carrément de saluer ou d'être à la rencontre des supporters qui pour certains avaient renoncé à leurs vacances et avaient consacré une grande partie de leurs économies à venir les voir, c'était vraiment intolérable, donc les joueurs, le sélectionneur, qui vraiment n'a pas vraiment été à la hauteur, et bien sûr la FFF qui n'a pas rempli sa mission dans ce domaine.

Dans votre travail de reconstruction du football français, puisque c'est de cela qu'il s'agit, que vous allez entreprendre, le retrait volontaire ou forcé d'Escalettes serait il un signal positif pour vous ?

Ce retrait je ne l'ai pas souhaité, mais je le crois aujourd'hui inéluctable.

C'est dit... inéluctable. Il faut que Jean-Pierre Escalettes parte...

Dans les circonstances actuelles, je crois que chacun doit tirer les leçons de ce qui s'est passé. Le président de la République l'a dit très clairement : les joueurs ne doivent toucher aucune rémunération, primes, participation financière, ça c'est fait. Le sélectionneur, il part. Il va être remplacé, donc je dirais ça aussi c'est fait. Le dernier acteur du désastre, de la bérézina, c'est effectivement la FFF et bien entendu, on ne peut rien demander, puisque vous le savez, le président de la fédération et l'organisme de gouvernance de la fédération relève d'un processus démocratique, et d'ailleurs, le président de la Fédération est un bénévole, il faut le savoir. J'entends quelque fois sur vos antennes des gens demandant quel est le salaire de Jean-Pierre Escalettes. C'est un bénévole issu d'un petit club. C'est sans doute peut être ça d'ailleurs le problème

Vous ne demandez pas son départ, mais votre analyse...

Je pense que son départ est inéluctable.

Donc voilà, c'est dit, c'est répété. A l'Assemblée nationale, vous avez fait une déclaration hier à propos des joueurs qui a beaucoup marqué. L'équipe parle des déclarations menaçantes que vous avez faites, et on va en écouter juste un petit extrait.

Je ne peux que constater le désastre avec une équipe de France où des caïds immatures commandent à des gamins apeurés.

Qui sont les caïds immatures ?

Moi j'ai pas de nom à donner, et je constate simplement

C'est très violent comme formule... Il y a des caids dans l'équipe de France.

Je constate simplement que Jérémy Toulalan a confirmé mes propos et mes analyses, ce qu'il a dit, qu'il aurait voulu ne pas s'associer au mouvement de grève, et qu'il n'a pas été en mesure de le faire.

Mais s'il y a des caïds, il ne faut plus les sélectionner, qu'ils soient dans l'équipe de France.

Exactement.

Mais qui sont-ils ?

Sur tout cela, je note avec intérêt que le Parlement a demandé une commission d'enquête parlementaire. Moi je voulais faire une analyse et mandater une organisation pour le faire... un audit... Mais je relève avec beaucoup d'intérêt que le Parlement souhaite se saisir de cette affaire. Dont acte ! Et je trouve qu'une commission d'enquête ou une mission d'information est vraiment la bonne structure pour mener cette analyse. Et donc il le fera, j'espère... je suis sure d'ailleurs que cette commission d'enquête ou cette mission d'information, auditionnera les joueurs et ils pourront s'exprimer sans peur, sans haine et sans crainte, comme on dit.

Je tente une dernière fois, vous nous donnerez pas le nom des caïds.

Non je vous donnerai pas les noms.

Donc l'idée de l'audit est abandonnée...

Non, je trouve que c'est pas la peine de faire deux choses. il y a une commission d'enquête parlementaire... Vous savez, dans cette affaire, les Français se sont sentis atteints, moi je n'ai jamais autant reçu de mails, de SMS, que sur cette affaire du football. Beaucoup plus que sur la création des agences régionales de santé. D'ailleurs, je le regrette, car c'est une vraie grande réforme que je porte. Donc ce sont les français qui se sont sentis atteints. Je trouve que c'est assez normal et assez logique que ce soient les représentants du peuple français qui mène cette enquête et qui mène cet audit.

Laurent Blanc sera maintenant le nouvel entraineur des bleus. Son salaire est de 100 mille euros par mois. Avez vous quelque chose à dire à propos de ce salaire... 100 mille euros par mois pour le nouvel entraineur des bleus.

C'est un salaire très élevé...

Trop ?

C'est un salaire qui correspond à ce que Laurent Blanc était en droit d'attendre ; et d'ailleurs, il était sollicité par de nombreux clubs internationaux où il aurait gagné en fait beaucoup plus. Et je crois que pour reconstruire l'Equipe de France, il faut une personne de toute première qualité.

On dit que l'argent est le problème quelquefois dans cette Equipe de France.

Il faut un coach... Un sélectionneur de toute première qualité, et Laurent Blanc est cela. Et il a un salaire même inférieur à ce qu'il aurait pu attendre dans un autre club. C'est un homme très sollicité que Laurent Blanc, et il fait vraiment ça avec le désir de sortir l'équipe de France du marasme. Je vais d'ailleurs recevoir Laurent Blanc dans les tout prochains jours pour qu'il me présente la façon dont il va reconstruire cette équipe de France.

On a noté les déclarations de Rama Yade avant la coupe du monde. On a noté qu'elle devait faire des interventions médiatiques, elle les a pas faites, et puis elle a repris la parole. "Le Parisien" dit que le Président a arbitré en sa faveur pour les états généraux et la question je voulais vous poser, c'est si avec Rama Yade, vous faites à la tête des sports français une équipe aussi soudée que les Bleus.

Je fais une équipe très soudée avec Rama Yade. Le président de la République m'a demandé d'assurer la communication pendant cette période de la Coupe du monde, et il m'a demandé de faire seule cette communication, dont acte ; et bien entendu, c'est le ministère des Sports qui va organiser les états généraux du football français et nous serons à la manœuvre toutes les deux bien entendu. Le ministère des Sports a un ministre et une secrétaire d'Etat, les rôles sont parfaitement répartis.

Coach, caïd, inéluctable : c'étaient les mots du jour sur RTL avec Roselyne Bachelot.

Envoyez-vos photos et devenez Témoins RTL
Logo Témoins


Podcast chronique

par Jean-Michel AphatieJournaliste RTL
Suivez Jean-Michel Aphatie sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
5943408758
Roselyne Bachelot : "Le départ de Jean-Pierre Escalettes est inéluctable"
Roselyne Bachelot : "Le départ de Jean-Pierre Escalettes est inéluctable"
La ministre de la Santé et des Sports répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie jeudi matin. Roselyne Bachelot a jugé "inéluctable" le départ de Jean-Pierre Escalettes de la présidence de la Fédération française de football (FFF) après la participation désastreuse des Bleus au Mondial. "Dans les circonstances actuelles, je crois que chacun doit tirer les leçons de ce qui s'est passé (...) Les joueurs ne doivent toucher aucune rémunération, prime... ça, c'est fait", a-t-elle rappelé. Elle a également indiqué qu'elle abandonnait l'idée de mener un audit sur les Bleus puisque "une commission parlementaire veut se saisir de cette affaire".
http://www.rtl.fr/sport/roselyne-bachelot-le-depart-de-jean-pierre-escalettes-est-ineluctable-5943408758
2010-06-24 11:13:00