3 min de lecture Faits divers

Affaire Kurzawa : le footballeur évoque "une erreur de jeunesse"

L'international français a réagi pour la première fois, dans "Téléfoot" ce dimanche 12 novembre, à l'affaire de la vidéo dans laquelle il critiquait l'entraîneur de l'Équipe de France, Didier Deschamps.

Laywin Kurzawa sous les couleurs de l'équipe de France, le 31 août 2017
Laywin Kurzawa sous les couleurs de l'équipe de France, le 31 août 2017 Crédit : FRANCK FIFE / AFP
104761573555224952563
Clémence Bauduin
et AFP

Layvin Kurzawa sort du silence ce dimanche 12 novembre au sujet de la vidéo dans laquelle il dénigrait le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps. L'arrière gauche évoque dans l'émission Téléfoot, sur TF1, une "erreur de jeunesse" et souligne qu'il entretient une "très bonne relation" avec son coach

"Tout le monde fait des erreurs, j'en ai fait et j'en referai", déclare le Parisien de 25 ans qui revient pour la première fois sur cette affaire remontant au printemps, dans laquelle il a été victime d'un chantage et d'une tentative d'agression. A-t-il parlé de cette affaire avec Didier Deschamps? "Oui oui, il était au courant bien avant", assure Layvin Kurzawa dans Téléfoot

Prévenir son coach avait d'ailleurs été l'un de ses premiers réflexes, lorsque le joueur avait compris qu'il était victime d'un chantage. Tout avait commencé lors d'une banale soirée entre amis à Paris, en mai dernier. Détendu dans un bar à chicha, le défenseur parisien avait étrillé le patron des Bleus, sans imaginer qu'il était alors filmé par l'un des proches qui l'entouraient. 

À lire aussi
Le stade de la Licorne d'Amiens a fait parler de lui plusieurs fois cette saison. Amiens
Un projecteur décroché oblige une tribune du stade de la Licorne a être évacuée

Quelques jours plus tard, il avait reçu un appel d'un des maîtres-chanteurs qui lui demandait 100.000 euros, menaçant de diffuser la vidéo. "Je n'ai pas envie de revenir sur ça. C'est passé, aujourd'hui je suis en sélection, tout se passe bien avec le coach", commente Layvin Kurzawa dans Téléfoot.

La clémence de Didier Deschamps

Didier Deschamps a réagi dans la même émission, estimant qu'il devait "faire en sorte de comprendre tout, d'avoir de l'empathie, d'essayer de (se) mettre à (la) place" de ses joueurs. "Quand il y a quelque chose qui ne me semble pas normal, je leur dis. Ils ont droit à l'erreur, après, c'est à eux de faire attention à ce qu'ils font et ce qu'ils peuvent dire", a-t-il poursuivi, en profitant pour dénoncer "l'agressivité et les mots violents" de l'environnement médiatique. 

"Comme l'a dit Layvin, c'est un être humain. Il a des parents, de la famille, et ces gens-là prennent ça de plein fouet, a poursuivi Didier Deschamps. Ce serait bien qu'il y ait par moments un peu de bienveillance, d'empathie. Ce qui n'empêche pas la critique, la critique sportive - qu'on lui dise qu'il ait mal centré, qu'il peut mieux centrer, c'est une chose. Après, certains mots sont violents. Je ne pense pas que ça ait la place dans un environnement sportif", a commenté le sélectionneur.

Cette affaire de chantage à la vidéo, qui n'est pas la première dans le milieu du football professionnel, avait été rapidement prise très au sérieux. Les enquêteurs de l'Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO), spécialisés dans le grand banditisme, s'étaient saisi du dossier. Comme dans l'affaire de la "sextape" de Mathieu Valbuena, un policier s'était fait passer pour un intermédiaire afin d'établir un contact avec les suspects et de faire croire que les 100.000 euros allaient être payés. Grâce aux écoutes, les malfrats avaient été repérés. Cinq interpellations avaient eu lieu, et les deux principaux protagonistes sont en prison.

"On n'est jamais au top"

Également interrogé sur son geste de célébration d'un but avec le PSG en Ligue des champions, lorsqu'il met un doigt sur la bouche, Layvin Kurzawa ne s'est pas dérobé. "Sur le moment de l'émotion, j'ai fait ce geste-là. Je ne pense pas avoir tué quelqu'un. Je ne le referai pas, mais je ne le regrette pas. (Les joueurs) m'ont tous félicité parce que j'avais mis trois buts, aucun joueur ne m'a parlé de ça. Si, Maxwell (coordinateur sportif du PSG, ndlr) m'a dit 'il faut faire attention'. Je veux avoir une discussion pour lui expliquer un peu. On a passé deux ans dans le même effectif, il a appris à me connaître, et il sait comment je me comporte, comment je suis", affirme le footballeur.

À propos des critiques dont il a été l'objet, notamment après le 0-0 lors du France-Luxembourg du 3 septembre, Layvin Kurzawa réagit également. "Je n'ai pas besoin d'entendre certaines personnes dire 'il a été nul, il ne sait pas centrer'. Je sais quelles sont mes qualités, je sais ce que je dois travailler : je dois tout travailler, en tous les cas. On n'est jamais au top. On peut être à 100% et il y a toujours des choses à travailler".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Layvin Kurzawa Paris Saint-Germain
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790927244
Affaire Kurzawa : le footballeur évoque "une erreur de jeunesse"
Affaire Kurzawa : le footballeur évoque "une erreur de jeunesse"
L'international français a réagi pour la première fois, dans "Téléfoot" ce dimanche 12 novembre, à l'affaire de la vidéo dans laquelle il critiquait l'entraîneur de l'Équipe de France, Didier Deschamps.
http://www.rtl.fr/sport/football/affaire-kurzawa-le-footballeur-evoque-une-erreur-de-jeunesse-7790927244
2017-11-12 17:10:00
http://media.rtl.fr/cache/19w68lng_P32d32cQUuaXQ/330v220-2/online/image/2017/0918/7790136884_laywin-kurzawa-sous-les-couleurs-de-l-equipe-de-france-le-31-aout-2017.jpg