Equipe de France : Lloris peut-il perdre sa place de titulaire ?

Sacré défi que Hugo Lloris s'est imposé en choisissant de signer à Tottenham. Le gardien local, Brad Friedel, fait déjà la loi dans les buts et l'entraîneur du club André Villas-Boas n'a pas assuré que l'ex-Lyonnais serait titulaire dans le "11" type des Spurs. Si d'aventure Hugo Lloris devait cirer le banc, sa place de gardien numéro 1 en équipe de France pourrait se trouver menacée. Cette situation mériterait "réflexion", a en effet expliqué le sélectionneur Didier Deschamps, lundi.

"J'espère que ça se passera bien pour lui"

Tout a commencé samedi, après le match nul de Tottenham contre Norwich (1-1). Ll'entraîneur des Spurs André Villas-Boas avait en effet jeté le trouble. "Brad a démontré qu'il méritait sa place de numéro 1. Évidemment, la concurrence augmente avec l'arrivée de Lloris mais cette place est la sienne, et cela continuera comme ça, parce que c'est un immense gardien".

Recruté pour plus de 10 millions d'euros, Hugo Lloris ne bénéficie a priori d'aucune garantie sur son statut, même s'il est difficile d'imaginer qu'il ait choisi de signer à Tottenham sans garantie de jeu. Brad Friedel, qui a 41 ans, est en effet proche de la fin de sa carrière, mais le niveau de jeu qu'il affiche pourrait retarder l'intronisation de Lloris comme numéro 1, et donc parasiter son aventure en Bleu.

"J'ai vu ce qu'a dit Villas-Boas mais si je le commente, ça va faire un écho de l'autre côté de la Manche", a réagi lundi Didier Deschamps. "En tant que sélectionneur, ses déclarations m'ont surpris. Lloris ne les a pas appréciées."
   
Le sélectionneur a tenu à temporiser, expliquant "ne pas vouloir aujourd'hui se mettre dans cette configuration". "Lloris est concentré sur les deux matches qui viennent (NDLR : contre la Finlande vendredi et la Biélorussie mardi) et j'espère qu'après, ça se passera bien pour lui."

Lloris était le point d'ancrage d'une défense en perpétuel renouvellement

Didier Deschamps aimerait sans aucun doute pouvoir se passer d'un changement de hiérarchie entre les gardiens de l'équipe de France (Lloris, Mandanda et Landreau), au vu du chantier qui l'attend déjà en défense. Tous les titulaires de l'ère Laurent Blanc traversent en effet une mauvaise passe.

A commencer par Mathieu Debuchy. L'avenir en Bleu du Lillois de 27 ans s'était soudainement ouvert à l'Euro, dans la foulée d'un tournoi bien ficelé où ses qualités de contre-attaquant avaient séduit et comblé le vide laissé par Sagna. Patatras, tout s'est refermé deux mois plus tard avec une blessure lors de sa 10e sélection mi-août contre l'Uruguay (0-0). Sorti à la 28e minute, le latéral droit a depuis vu l'émergence du Parisien Jallet. Plus embêtant pour lui, il n'a plus rejoué depuis et n'a pas été appelé dans la dernière liste de Deschamps. D'autant que Sagna finira bien par revenir un jour...

Idem pour la charnière centrale. Adil Rami, titulaire sous l'ère Blanc, est le seul survivant de la charnière centrale qu'il formait avec Mexès. Mais il est à court de forme après sa reprise tardive en Espagne. Il vient seulement de disputer 90 minutes d'un seul trait pour la première fois, lors de la 3ème journée de championnat, conclues par une défaite contre le Barça.

Philippe Mexès, de son côté, peut oublier le maillot de l'équipe de France. Du moins pour le moment. Le week-dernier, il a en effet évolué avec la réserve du Milan AC.

Seule valeur sûre pour le sélectionneur : Patrice Evra, sur le flanc gauche. Le joueur de Manchester United, avec ses 43 sélections, pourrait même briguer le brassard de capitaine si d'aventure Lloris était déchu. Problème : il incarne plus que quiconque les errements du passé sud-africain...

Les 23 sélectionnés

VOUS AIMEREZ AUSSI
Commentaires Avec Bell & Ross

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous