Dopage : Yannick Noah dénonce la "potion magique" des Espagnols

"Comment une nation peut-elle du jour au lendemain dominer le sport à ce point ?". Yannick Noah, dans une chronique publiée dans Le Monde daté de samedi, s'interroge sur les performances des sportifs espagnols ces dernières années. Il n'accuse pas directement, mais évoque explicitement le dopage. "Aujourd’hui, le sport c’est un peu comme Astérix aux Jeux olympiques : si tu n’as pas la potion magique, c’est difficile de gagner. Et là, on a l’impression que, comme Obélix, ils sont tombés dans la marmite. Les veinards", écrit-il. L'ancien champion évoque les contrôles positifs récents du cycliste Alberto Contador ou l'affaire Fuentes, qui avait éclaboussé le football ou encore le tennis, et lance un appel. "Arrêtons l’hypocrisie. La meilleure attitude à adopter est d’accepter le dopage. Et tout le monde aura la potion magique"...

Yannick Noah
Yannick Noah

Une domination soudaine

Les Espagnols sont champions du monde et champions d'Europe de football. Le Barça écrase ses concurrents européens. Alberto Contador a remporté trois des cinq derniers Tour de France. Rafael Nadal, actuellement deuxième joueur mondial, a dominé la planète tennis ces trois dernières années. Un titre de champion d'Europe de basket est également venu s'ajouter à l'escarcelle espagnole cet été.

Toutes ces performances, les sportifs de la péninsule les réalisent grâce à des performances physiques aussi impressionnantes que suspectes. Yannick Noah s'interroge : "Quand je traînais encore ma raquette sur les courts, on n’était pas ridicules, loin de là, face à nos amis espagnols. Pareil sur les terrains de foot, les parquets de basket ou les routes du Tour de France", explique t-il. "Aujourd’hui, ils courent plus vite que nous, ils sont beaucoup plus costauds et ne nous laissent que des miettes. A côté d’eux, c’est simple, on a l’air de nains. Qu’est-ce qu’il s’est passé qu’on aurait raté ?". L'Espagne bénéficie t-elle d'une génération hors normes, tous sports confondus ? Une hypothèse à laquelle Yannick Noah ne semble pas adhérer.

"Auraient-ils découvert des techniques et des structures d’entraînement avant-gardistes que personne avant eux n’avait imaginées ? J’ai cherché et je n’ai trouvé aucune de ces innovations répertoriées ou documentées", écrit-il.


Une seule explication : "La potion magique"

L'ancien vainqueur de Roland-Garros en vient alors à la seule explication qui vaille, selon lui. Et il est sans équivoque : "Aujourd’hui, le sport c’est un peu comme Astérix aux Jeux olympiques : si tu n’as pas la potion magique, c’est difficile de gagner. Et là, on a l’impression que, comme Obélix, ils sont tombés dans la marmite".

Il accuse implicitement les autorités du sport espagnol de laxisme. "En Espagne, l’affaire Fuentes, le plus gros scandale de dopage de l’histoire, a fait pschitt", déclare t-il, faisant allusion au démantèlement d'un système de dopage organisé autour de ce docteur. Des personnalités du monde du cyclisme, du football et du tennis avaient alors été mises en cause, sans conséquences. "La plupart des clients espagnols du bon docteur ont été épargnés. Peut-être parce que, là-bas, le sport occupe une place tellement importante que ses héros y sont plus protégés qu’ailleurs".

Yannick Noah conclut en lançant un appel à "arrêter l'hypocrisie" générale. "Il faut bien sûr respecter la présomption d’innocence, mais plus personne n’est dupe". Sa solution : autoriser le recours au dopage. "La meilleure attitude à adopter est d’accepter le dopage. Et tout le monde aura la potion magique". Tant pis s'il y en a encore que cela choque.

par Jérôme MillagouJournaliste RTL
Suivez Jérôme Millagou sur :
Vous aimerez aussi
Commentaires Avec Bell & Ross

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous