6 min de lecture Beauté

Épilation avant le premier rapport : qu'en pense votre partenaire ?

Vos partenaires accordent-ils autant d'importance que vous à votre pilosité ? Pour savoir si l'épilation pré-(premier) rendez-vous est aussi inévitable que vous le pensez peut-être, nous leur avons posé la question.

Épilation définitive : qu'est ce que c'est ?
Épilation définitive : qu'est ce que c'est ? Crédit : iStock
benjamin pierret
Benjamin Pierret

Il interpelle, il questionne, il fait peur : le poil, grand ennemi des après-midis à la plage et des mini-jupes, qui peuvent valoir des heures de torture au fond de la salle de bain dès qu'il s'agit de montrer un brin d'épiderme. Celui que l’inconscient collectif considère comme un envahisseur malgré son origine on-ne-peut-plus naturelle ne pose pas uniquement problème lorsqu'il s'agit de se découvrir en public. Il prend même une teinte autrement plus menaçante lorsqu'il est question de se dévêtir pour une seule personne. 

Pour beaucoup de filles, l'approche d'une rencontre sexuelle met le malheureux poil au centre de toutes les attentions. L'épilation pré-coïtale, question inévitable pour toutes et passage obligé pour la plupart, semble être devenue une évidence. Surtout lorsqu'on s'apprête à coucher avec une personne pour la première fois. La faute à cinquante ans de publicités et à quelques décennies de cinéma pornographique qui s'acharnent à ne présenter que des femmes aussi glabres que des pré-adolescentes. Et les partenaires sexuel(le)s, dans tout ça ? Les garçons ou les filles que vous êtes amenées à rencontrer accordent-ils autant d'importance aux poils que vous en avez l'impression ? À l'heure où la résistance s'organise, avec certaines filles décidant de colorer leurs poils ou d'arrêter tout bonnement de s'épiler, Girls.fr a décidé de prendre les informations à la source, en posant directement la question à vos potentiels camarades de jeu. Et finalement, la haine du poil n'est (peut-être) pas aussi généralisée qu'on le pense. 

Balthazar*, 25 ans : "Chacun doit être libre"

"La première fois que j'ai couché avec ma copine, elle n'était pas épilée ; ça ne m'a pas choqué. Moi, je ne m'épile pas, mais si elle me le demandait, je le ferais. Ça m'est déjà arrivé de m'épiler le pénis de mon propre chef, parce que c'est plus rigolo d'avoir moins de poils. Mais je m'épile moins souvent que ma copine : ça prend du temps et ça fait mal. Même si je suis conscient que c'est aussi douloureux pour elle. 

À lire aussi
Stencia Yambogaza, photographe qui questionne la beauté avec des inconnu(e)s Portrait
Stencia Yambogaza capture la beauté d'une jeunesse en quête de sens


Il y a des trucs rédhibitoires : des poils sur la moustache ou sous les bras, je ne peux pas. Les jambes, c'est moins dérangeant, même si je préfère qu'elle soit épilée. Pareil pour le pubis : je préfère qu'elle soit intégralement épilée, mais si elle ne l'est pas, c'est pas grave.

Si je devais donner un conseil à une fille, ce serait de faire ce qu'elle veut

Balthazar*
Partager la citation

J'ai du mal à comprendre comment on peut essayer de forcer quelqu'un. On peut évidemment lui faire part de ce qu'on préfère, mais chacun doit être libre de faire ce qu'il ou elle veut. Ça doit être un dialogue. Et puis ce ne sont que des poils, c'est pas décisif. Si je devais donner conseil à une fille qui se prépare à coucher avec un garçon, ce serait de faire ce qu'elle veut. Qu'elle ne prenne pas le porno comme référence : c'est de la fiction. Se dire qu'on doit être aussi épilé qu'une actrice X, c'est comme se dire qu'on doit avoir les cheveux aussi bleus qu'un personnage de manga."

Théo*, 20 ans : "Ça marche dans les deux sens"

"Je préfère qu'elle soit épilée partout. Surtout pour la première fois : c'est agréable de sentir qu'elle s'est faite belle pour nous. Mais ça marche dans les deux sens : pour une première fois avec une fille, je me rase autour du sexe, je me lave, je sens bon. Ça montre que je me suis préparé pour elle. Et si ma partenaire me disait qu'elle aimerait que je me rase les aisselles ou une autre partie du corps, je le ferais.

Quand la relation est un peu plus installée, les choses changent. Si, une fois, elle n'est pas parfaitement épilée parce qu'elle n'a pas eu le temps, c'est pas grave. Mais globalement, pour l'un comme pour l'autre, c'est bien de montrer que tu veux faire plaisir à ton/ta partenaire. Par contre, concernant le pubis, je n'aime pas l'épilation intégrale non plus."

Christine*, 23 ans : "Si c'est une forêt, ça me coupe tout appétit sexuel"

"Je n'aime vraiment pas coucher avec une partenaire sans aucun poil au niveau du maillot, ça donne l'impression d'être face à une petite fille. À l'inverse, si c'est une forêt, ça me coupe tout appétit sexuel. Pour aller dans le détail, je dirais qu'il peut y avoir un peu de poils au niveau du pubis, mais au niveau des lèvres, ça doit être glabre. Je suis intransigeante sur ce point.

Si je couche avec une fille et qu'elle a énormément de poils, il y a deux solutions : soit on ne se revoit plus, soit, si le courant passe bien, on continue à se fréquenter et dans cas-là je lui en parle. Et ça m'ennuie vraiment de leur demander de s'épiler, parce qu'il en va de la liberté de chacun. Mais je suis bloquée : on vit dans une société où le poil est tabou. Partout, on nous montre des femmes parfaitement épilées, et quand on grandit avec ces visions, ça nous conditionne forcément.

Je suis aussi exigeante avec moi-même que je le suis avec les autres

Christine*
Partager la citation

Je suis aussi exigeante avec moi-même que je le suis avec les autres : ça m'est déjà arrivé de mourir d'envie de coucher avec une fille et de ne pas le faire parce que je n'étais pas épilée. Je ne peux pas parler au nom de toute une communauté, mais mon expérience sexuelle me laisse supposer que chez les lesbiennes, le poil est moins pourchassé. Je pense que ça tient au fait que nous vivons une sexualité qui ne rentre pas dans les normes encore imposées par notre société. De fait, certaines d'entre nous semblent vouloir s'affranchir d'autres codes. J'ai aussi remarqué qu'une fille qui a l'habitude de coucher avec des garçons a tendance à plus s'épiler. Je pense qu'elles ont une approche bien plus hétéro-normée de l'acte sexuel : 'je suis la fille, donc je m'épile'"

François*, 23 ans : "Elle dégage dans la seconde"

"Je préfère que ma partenaire soit intégralement épilée, la première fois comme les suivantes. Quand tu ne connais pas la personne, les poils, c'est vraiment dérangeant. Mon ancienne copine s'épilait systématiquement. Si elle ne l'avait pas fait, je lui aurais demandé. Au-delà du 'ticket de métro', c'est déjà trop poilu pour moi. 

Moi, je ne m'épile pas. J'élague pour que ça fasse plus "propre", mais c'est tout. Je sais que c'est une question de culture, qu'on a l'habitude de voir des hommes plus poilus que les femmes, mais c'est comme ça. Je déteste les poils sur le pubis. Et si elle en a sous les bras, elle dégage dans la seconde."

Adrien, 25 ans : "On ne peut pas imposer quoi que ce soit"

"Concernant le poil, je pense être plutôt modéré : je n'y accorde pas une importance primordiale. Bien sûr, je préfère que ça fasse "propre", mais ça ne me dérange pas qu'elle ait des poils. À condition que ce ne soit pas n'importe quoi non plus... Lorsque tu couches avec une fille, tu ne peux pas lui imposer quoi que ce soit. Moi, en tout cas, si on ne me demande pas mon avis je ne me permets pas de faire une réflexion

J'ai parlé d'épilation avec des copines récemment, et j'ai été surpris de constater qu'elles ont toutes l'air de croire que les garçons préfèrent un vagin épilé à 100 %. Moi, ça me dérange quand il n'y a aucun poil. Ça fait soit actrice porno, soit petite fille. Et puis le sexe, c'est quand même supposé être un acte qui ramène à notre condition animale. Si ma partenaire est complètement épilée, ça retire le naturel. 

Par contre, si elle a des poils sur les jambes ou les aisselles, c'est rédhibitoire. Même si je suis conscient que c'est une question de conditionnement et que c'est injuste, je n'y peux rien : je trouve que ça retire une part de féminité. "

*Ces prénoms ont été modifiés

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Beauté Sexe
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785046092
Épilation avant le premier rapport : qu'en pense votre partenaire ?
Épilation avant le premier rapport : qu'en pense votre partenaire ?
Vos partenaires accordent-ils autant d'importance que vous à votre pilosité ? Pour savoir si l'épilation pré-(premier) rendez-vous est aussi inévitable que vous le pensez peut-être, nous leur avons posé la question.
http://www.rtl.fr/girls/love/epilation-avant-le-premier-rapport-qu-en-pense-votre-partenaire-7785046092
2016-09-30 07:15:00
http://media.rtl.fr/cache/_k1C6JxyvYXoxBUXEel90A/330v220-2/online/image/2016/0517/7783263962_epilation-definitive-qu-est-ce-que-c-est.jpg