La Saga de Van Halen



Avec plus de 80 millions d'albums vendus dans le monde, Van Halen est un poids lourd du hard rock américain. Après quelques années plutôt chaotiques, le groupe revient avec un nouvel album studio : "A different kind of truth". C'est une double surprise : d'abord parce qu'ils n'avaient plus enregistré d'album depuis 14 ans, et aussi parce qu'ils retrouvent leur chanteur originel, le très charismatique David Lee Roth, qui les avait quittés en 1984 ! A cette occasion, Eddie et Alex Van Halen, les deux piliers du groupe qui porte leur nom, sont au micro de Saga pour évoquer quelques épisodes de leur carrière mouvementée.

van halen
van halen



LA SAGA DE VAN HALEN DANS SON INTÉGRALITÉ

"Panama" (CD "1984")

Pour tous les admirateurs de Van Halen, la sortie du CD "A DIFFERENT KIND OF TRUTH" est un double événement, une double surprise. D'abord parce que c'est leur premier album studio depuis "Van Halen III", qui était paru il y a déjà quatorze ans. Ensuite, parce qu'il marque le retour de David Lee Roth, le chanteur original, qui n'avait plus enregistré d'album avec eux depuis "1984", il y a vingt-huit ans !
Hard rock ou heavy metal, pour Alex et Eddie Van Halen, peu importe la définition. Ce qui compte avant tout, c'est la musique.

"Je me moque de savoir si c'est du grunge, du punk, du Van Halen ou quoi que ce soit. Pour moi, c'est du rock. Il y en a du bon, il y en a du mauvais, et c'est le public qui juge.
- Je suis d'accord. Je ne comprends pas qu'on veuille absolument mettre des étiquettes sur la musique. Ou elle est bonne ou elle ne l'est pas. Je ne juge pas un groupe sur l'étiquette. J'aime la chanson ou je ne l'aime pas."

Un jour après sa publication sur i-Tunes, "Tattoo", le premier single extrait de l'album "A different kind of truth", était N°1 des ventes aux Etats-Unis, au Canada, en Finlande et aux Pays-Bas.

"Tattoo" (CD "A different kind of truth")

Entre Van Halen et les Eagles, il y a un point commun. Chaque groupe dans sa catégorie représente le meilleur du rock californien, mais aucun de ses membres d’origine n’a vu le jour dans cet état. Les deux frères Van Halen sont originaires des Pays-Bas : Alex, le batteur, est né le 8 mai 1953 à Amsterdam, et Edward, le guitariste, le 26 janvier 1955 à Nimègue. Leur père, Jan, était musicien dans un orchestre de jazz. Il avait rencontré leur mère, Eugenia, une Eurasienne, lors d'un séjour professionnel en Indonésie. En février 1962, la famille Van Halen décide d'émigrer aux Etats-Unis et s’installe à Pasadena, en Californie. Alex se souvient.

"Notre père était musicien. Et il pensait qu’aux Etats-Unis, ce serait beaucoup plus facile pour lui de jouer la musique qu’il aimait, c’est-à-dire le jazz. Parce que, quand tu as une famille à charge, et cela n’importe quel musicien te le dira, tu es souvent contraint de jouer ce qu’on te propose, que ça te plaise ou non. Et lui nourrissait quatre personnes avec sa clarinette et son saxophone. Alors un jour, il a décidé d’aller en Amérique. On a tout vendu, sauf un piano qu’on a emmené. Voilà l’histoire."

"Ain't talkin' 'bout love" (CD "Van Halen")

Alex et Eddie Van Halen possèdent de solides bases musicales. Leur père leur fait prendre des leçons de piano classique. Adolescents, ils commencent à s’intéresser au rock et se tournent vers des instruments plus appropriés : Eddie choisit la batterie, et Alex, la guitare et le saxophone. Au lycée, ils forment un premier groupe, The Broken Combs, avant d'intervertir leur rôle : Eddie passe à la guitare et Alex à la batterie.
Comme les frères Van Halen, le chanteur David Lee Roth et le bassiste Michael Anthony sont nés loin de la Californie, mêmes s’ils y vivent depuis leur plus jeune âge. David est né le 10 octobre 1955 à Bloomington, dans l’Indiana, et Michael, à Chicago, le 20 juin 1954. Eux aussi ont fait partie de divers groupes durant leurs années de lycée et leurs routes se sont souvent croisées au hasard des fêtes d’étudiants. Un jour de 1973, les quatre musiciens décident d'unir leurs forces. Ecoutons Eddie Van Halen.

"Alex et moi, on avait notre propre groupe : il s’appelait 'Mammoth'. Mike avait aussi son groupe, 'Snake', tout comme David. Le sien s’appelait 'Red Ball Jet'. A l’époque, on venait juste de décrocher notre bac, péniblement d’ailleurs, et on avait donc autour de dix-sept ans. A Pasadena où nous vivions tous les quatre, on était pratiquement les seuls à faire de la musique sérieusement ou, si tu veux, qui avions une idée précise de ce que nous voulions faire de nos vies. C’est comme ça qu’on s’est trouvé. David et Mike avaient dissous leurs groupes et ils étaient à la recherche de musiciens sérieux, comme eux l’étaient. Ils sont tombés sur nous et tout est parti de là. Et quand ils ont rejoint 'Mammoth', on a changé le nom en Van Halen."

"Runnin' with the devil" (CD "Van Halen")

Pendant trois ans, Van Halen va se roder dans le circuit des clubs. Ces trois années de galère, Eddie ne les a pas oubliées.

"Avant de jouer dans les clubs, il a bien fallu essayer d’y entrer. Mais quand on passait une audition dans un club de Hollywood, on nous disait : 'Vous êtes trop 'Pasadena', trop ringards en fait. Et quand on jouait à Pasadena, c’était : 'Vous faites trop 'Hollywood', trop snobs. Donc, personne ne voulait de nous, on ne trouvait pas d’engagement. C’est là qu’on a décidé de faire notre propre pub. On a imprimé des affichettes avec notre photo et notre nom, on a loué une maison et la salle des fêtes du lycée. On a couvert les murs des écoles avec nos prospectus pour attirer du monde à nos shows. Et ça a fini par payer, on a eu de plus en plus de fans. A la fin, les portes des clubs se sont ouvertes d’elles-mêmes. On a percé grâce à notre travail. Personne ne nous a aidés."

Van Halen attirent de plus en plus de monde au point d’assurer les premières parties pour des groupes aussi variés que Santana, Sparks et U.F.O. Ils y gagnent une réputation et Gene Simmons, le bassiste de Kiss, décide de produire leurs premières maquettes. Les maisons de disques, qui jusque-là avaient fait la sourde oreille, doivent se rendre à l’évidence. Ted Templeman vient les voir et les signe chez Warner Brothers. C'est lui qui produit leur premier album, qui est enregistré en à peine trois semaines. Il s'appelle tout simplement “VAN HALEN” et paraît en février 1978. La reprise du classique des Kinks, “You really got me”, leur permet une première incursion dans le Top 40 américain.

"You really got me" (CD "Van Halen")

Sur le premier album de Van Halen, à côté de la reprise de "You really got me", le titre qui marque les esprits, c'est "Eruption". Eddie Van Halen y fait une démonstration flamboyante qui le hisse d'emblée au rang des meilleurs guitaristes. Son solo sur ce titre est d'ailleurs classé N°2 dans la liste des "100 plus grands solos" établie par les lecteurs du magazine "Guitar World". A l'époque, quand il joue "Eruption" sur scène, Eddie reste dos au public, afin de ne pas dévoiler sa technique.

"Eruption" (CD "Van Halen")

Le succès du premier album de Van Halen est suivi d'une tournée mondiale de onze mois, où le groupe ne recule devant aucune extravagance. A Anaheim, en Californie, ils se font parachuter sur scène devant soixante-deux mille fans en délire. Toutes ces folies ont un coût et, comme l’explique Alex, il est bientôt temps de revenir aux réalités.

"On nous a dit : 'Attention, la tournée coûte très cher.' Alors, on est retournés en studio pour faire un nouvel album. On avait pas mal de chansons toutes prêtes en réserve. On les jouait déjà en concert pour voir la réaction du public. Mais aussi pour notre propre satisfaction, pour nous changer de la routine. La conséquence, c’est qu’on était prêts à enregistrer tout de suite. C’était facile parce qu’on était proches, très copains."

L’album “VAN HALEN II” est mis en boite en six jours. Il sort en mars 1979 et se vend à trois millions d’exemplaires, dopé par l’attitude provocatrice et macho du groupe qui se moque ouvertement de la presse bien pensante. Le single “Dance the night away” atteint la quinzième place des charts. Pour son travail sur l’album, le magazine "Guitar Player" consacre Eddie Van Halen “meilleur guitariste de l’année”. C'est une récompense qu’il obtiendra quatre fois de suite.

"Dance the night away" (CD "Van  Halen II")

En mars 1980, c’est toujours Ted Templeman qui produit “WOMEN AND CHILDREN FIRST”. Quand on regarde le classement des singles, le succès du groupe semble marquer le pas. Mais si on consulte les charts consacrés aux albums, on s'aperçoit que la réussite est toujours là. Le troisième album de Van Halen se classe N°6 et se vend mieux que les deux précédents. "And the cradle will rock" sera le seul single tiré de l'album "Woman and children first".

"And the cradle will rock" (CD "Women and children first")

Le 11 avril 1981, Edward Van Halen épouse l’actrice Valerie Bertinelli. L’album “FAIR WARNING” paraît deux semaines plus tard. Certifié disque de platine comme les précédents, il marque une nouvelle progression du groupe. On en extrait quatre singles : "So this is love", "Mean street", "Push comes to shove" et "Unchained".

"Unchained" (CD "Fair warning")

“DIVER DOWN” paraît en avril 1982 et donne deux nouveaux tubes à Van Halen. Ce sont deux reprises : “Dancing in the street” de Martha & The Vandellas, et surtout “Oh, Pretty woman” de Roy Orbison. D’ailleurs, l’album se partage presque équitablement entre reprises et compositions originales. Ce qui ne veut pas dire que le groupe est en panne d'inspiration. Ecoutons les explications de Eddie Van Halen. 

"C’est David et Ted Templeman, notre producteur de l’époque, qui pensaient ainsi : 'Faire une bonne reprise et la partie est déjà à moitié gagnée.' Je n’ai jamais été d’accord avec cette façon de voir et c’est pourquoi je me suis fait construire un studio d’enregistrement, afin de créer ma propre musique. Bien sûr, j’ai fait le maximum pour que ces reprises sonnent comme du Van Halen. J’en ai changé la musique, je l’ai faite mienne, mais je n’y ai pris aucun plaisir. J’ai été en quelque sorte forcé de monter mon studio pour pouvoir faire ma musique."

"(Oh) Pretty woman" (CD "Diver down")

En 1983, Eddie Van Halen est l’invité vedette du mini-album “Star Fleet Project”, le premier travail en solo de son collègue guitariste de Queen,  Brian May. En avril, il participe à l’enregistrement de “Beat it” de Michael Jackson où il assure le solo de guitare. Pour Eddie, c'est une rencontre qui n'a rien d'extraordinaire.

"C’est Michael qui m’a appelé pour me demander si je voulais le faire. J’ai  dit : 'Bien sûr, je n’ai rien de spécial aujourd’hui. - Alors viens au studio'. Tu vois, c’était très simple."

Le sixième album de Van Halen s’appelle “1984”. Il paraît le 9 janvier 1984. C’est un succès énorme qui dépasse le cadre des Etats-Unis pour s’étendre à l’ensemble de la planète. Le 25 février, "Jump" est N°1 outre-Atlantique et va le rester pendant cinq semaines consécutives. C'est le premier N°1 américain de Van Halen. Ecoutons "Jump", précédé du court instrumental qui a donné son titre à l'album, c'est-à-dire "1984".

"1984" + "Jump" (CD "1984")

Grâce à l'album "1984" et au single "Jump", Van Halen est désormais le groupe de hard rock  le plus populaire de la planète. Pourtant, une lourde menace pèse sur son avenir. En mars 85, David Lee Roth fait paraître un mini album, “CRAZY FROM THE HEAT”, où l’on remarque les reprises kitsch de “California girls” et “Just a gigolo”. C’est à ce moment qu’il choisit de quitter Van Halen. Quelques années plus tard, Alex et Eddie évoqueront ce moment délicat de leur carrière.

"Ce qui a toujours tenu le groupe ensemble, c’est la musique. A cette époque, parce que le succès nous accaparait de plus en plus, nous n’avions plus la moindre minute pour savoir ce que pensait l’autre. Apparemment, nous étions quatre copains, mais c’était faux. Ce qui nous attachait, c’était le groupe et ce que nous voulions en faire. Au moment du clash en 84, les gens ont cru que la situation s’était dégradée brutalement, mais le problème était là depuis le début.
- Je pense que le succès avait changé l’un de nous. Alex, Mike et moi, nous étions restés à peu près les mêmes. Parce que nous étions des musiciens et que nous n’étions concernés que par la musique. Quant au quatrième, ça lui était monté à la tête et il est parti."  

David Lee Roth était le parolier, la star de Van Halen, ainsi qu’un habile manipulateur des médias rock. Autant dire qu’il était indispensable et que son départ laisse ses anciens compagnons dans une situation difficile, sinon impossible à résoudre. C'est ce que Alex et Eddie ne lui avaient pas pardonné, à l'époque.

- "Le gros problème, c’est qu’on était en studio en train d’enregistrer ce qui allait devenir '5150'. A la maison, j’ai toutes les chansons chantées par Roth. Il aurait dû se comporter en homme et nous dire franchement : 'Je ne veux pas faire cet album, je veux faire du cinéma', parce que c’était le projet qu’il avait en tête. Mais il a préféré nous faire gaspiller notre temps : on avait passé six mois en studio, et pour rien.
- Il n’a pas été honnête.
- Et c’est pour ça qu’on était écœurés."

"Dancing in the street" (CD "Diver down")

Après le départ de David Lee Roth, Eddie Van Halen pense à un album solo qu'il réaliserait avec plusieurs chanteurs qu’il aime bien comme Joe Cocker ou Phil Collins. Mais ce projet tombe à l’eau lorsque le garagiste d’Eddie lui souffle le nom d’un autre de ses clients, Sammy Hagar. Mais comme le confie Eddie, il n’est pas le premier à y avoir pensé.

"Tu n’es pas obligé de me croire, mais la première fois que nous avons été approchés par Warner Brothers en 77, Ted Templeman était là. Il avait produit Montrose, un groupe dont Sammy Hagar avait fait partie. Quand on a signé chez Warner, Ted nous a dit : 'Les gars, il vous faudrait Sammy Hagar comme chanteur'. Et c’est arrivé dix ans plus tard. C’était sûrement écrit."

Sammy Hagar est né en 1947 à Monterey. Excellent guitariste, compositeur de talent, il est surtout connu pour avoir été le chanteur de Montrose entre 1973 et 1975. Par la suite, il a enregistré une dizaine d’albums solo qui l’ont hissé progressivement vers le sommet des charts. A titre d’exemple, “V.O.A.”, son album de 1984, s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires. Van Halen nouvelle formule s’installe au "5150", le studio qu’Eddie vient d’installer dans sa propriété de Los Angeles. Un album paraît en mars 1986, et il porte le nom de ce studio, “5150”. Pour l’anecdote, "5150" est aussi le code utilisé par la police de New York pour désigner les criminels atteints de troubles mentaux. Quoi qu’il en soit, Sammy Hagar fait une entrée en fanfare puisque l’album est N°1 aux Etats-Unis.

"Why can't this be love" (CD "5150")

DEUXIÈME PARTIE

"Best of both worlds" (CD "5150")

David Lee Roth vient de s'en aller. Il était le premier chanteur, mais aussi la figure emblématique de Van Halen. En juillet 1986, il publie son premier album solo, “EAT 'EM AND SMILE”. C’est un succès, mais qui n'a rien de comparable à celui de ses anciens compagnons. En effet, ceux qui pensaient que son départ sonnerait la mort de Van Halen se sont trompés.
Eddie et Alex, Mike Anthony et le nouveau chanteur, Sammy Hagar, vont aligner les tubes comme jamais ils ne l'avaient fait avec David. Le 27 mai 1988, ils lancent la tournée “Monsters of Rock” avec trois autres géants du hard rock : Dokken, Scorpions et Metallica. Comme nous le rappelle Alex, cette tournée avait été organisée et financée par Van Halen.

"On voulait mettre sur pied une grande fête musicale. Ce qui est regrettable, c’est que ça se soit appelé 'Monsters of rock', les Géants du rock. Mais au départ, c’était le projet d’une autre personne. Il avait capoté et on avait repris l’affaire. C’est nous qui avons tout payé, les groupes, l’éclairage et même la production. Notre but, c’était de donner aux fans une journée complète de musique. Merci Van Halen !"

En juin 1988, Van Halen revient avec un nouvel album, “OU 812”, qui se retrouve en tête des hit-parades en moins d’un mois.

"When it's love" (CD "OU 812")

Van Halen tournent jusqu’en février 1989. Un an plus tard, ils entrent en studio sous la direction du producteur Andy Johns et, au jour le jour, ils élaborent leur nouvel album. Intitulé “FOR UNLAWFUL CARNAL KNOWLEDGE”, il paraît en juin 1991. Comme les deux précédents, il entre directement à la première place des charts américains. Les initiales de “For Unlawful Carnal Knowledge”, forment le mot “F.U.C.K.” Cette provocation à peine déguisée déclenche les foudres des censeurs et donne des arguments à ceux qui voient dans le rock & roll un poison pour la jeunesse américaine. Alex regrette cette provocation, mais pas pour les raisons que l’on croit.

"Dans certains magasins, ils ont même refusé de le vendre et il est aussi paru avec une autre pochette, sans le titre. D’ailleurs, avec le recul, je suis persuadé qu’on aurait dû choisir un autre titre parce que, à cause de cette affaire, on n’a pas parlé de l’essentiel : les chansons qui figurent sur l’album."

"Poundcake" (CD  "For unlawful carnal knowledge")

En février 1993, Van Halen propose son premier album public, un double CD intitulé “LIVE : RIGHT HERE, RIGHT NOW”. On y trouve vingt-quatre titres qui couvrent l’ensemble de leur carrière, même si la période David Lee Roth est à peine évoquée, avec seulement quatre morceaux dont les inévitables “Jump” et “You really got me”. En prime, Van Halen reprend “Won’t get fooled again”, le classique des Who. Et comme Alex tient à le préciser, aucun titre n’a été retouché en studio.

"Ce que je trouve beau dans ce disque, c’est qu’aucune chanson n’a été enregistrée dans le but d’être publiée. On l’avait fait pour notre usage personnel. Et je pense que tu as tendance à jouer différemment quand tu n’as pas de pression, et en particulier sur scène. Le côté abrupt a été conservé. Et ça, on le doit à Andy Johns qui a travaillé avec Led Zeppelin. C’est un magicien de la console. Quand il nous a remis les bandes, on était plus que satisfaits. Il n’y avait rien à retoucher. C’est un album destiné à nos fans : il y a tant de pirates en circulation, et de très, très mauvaise qualité. On a pensé qu’on devait faire quelque chose pour eux. Ils semblent bien l’aimer. Vraiment, c’est Van Halen à son meilleur niveau."

"Won't get fooled again" (CD "Right here, right now")

Un nouvel album de Van Halen, “BALANCE”, sort en janvier 1995. Il a été enregistré dans le studio "5150" d'Eddie Van Halen sous la direction du canadien Bruce Fairbairn dont le travail avec Aerosmith avait fortement impressionné le groupe. Bouleversé  par le décès de leur manager et ami Ed Leffler, les quatre musiciens de Van Halen ont travaillé dans un climat qualifié de “très sérieux”.
Mais cela n'affecte en rien l'impact de leur musique et "Balance", tout comme leurs trois albums studio précédents, est N°1 aux Etats-Unis. Le single "Don't tell me (what love can do)" atteint lui aussi le sommet des charts. C'est un titre qui évoque le pouvoir de l'amour universel, mais qui fait également référence au suicide de Kurt Cobain, le chanteur de Nirvana.

"Don't tell me (what love can do)" (CD "Balance")

La nouvelle tombe brutalement en juin 1996 : Sammy Hagar ne fait plus partie de Van Halen. Dans un communiqué envoyé à la presse, le chanteur affirme avoir été évincé sans raison et se déclare "effondré et poignardé dans le dos". De leur côté, les frères Van Halen déclarent que Sammy s'est exclu de lui-même. Leur relation professionnelle ne fonctionnait plus : il rechignait à tourner et à s'investir dans les nouvelles chansons que le groupe préparait pour son "Best of". Van Halen et Sammy Hagar, c'est donc fini.
Dernier fruit de leur collaboration, le titre "Humans being" figure sur la bande originale du film "Twister" ainsi que sur le "BEST OF, VOLUME 1" que Van Halen publie en novembre 96. Pour l'occasion, le groupe fait une très grosse surprise à son public en lui offrant deux nouveaux titres enregistrés avec .... David Lee Roth. Mais ces retrouvailles inattendues ne durent pas et le retour de David au sein de Van Halen n'est pas encore d'actualité.

"Me wise magic" (CD "Best of, Volume 1")

Pour remplacer Sammy Hagar, Van Halen fait appel à Gary Cherone, l'ancien chanteur du groupe Extreme, dont le tube  "More than words" avait fait le tour du monde en 1991. Cette troisième incarnation de Van Halen publie en mars 1998 un nouvel album baptisé fort logiquement "VAN HALEN III". Par sa couleur sonore, il n'est guère différent des albums qui l'ont précédé. Gary Cherone a une voix très proche de celle de Sammy Hagar et le public y trouve son compte. Mais Gary n'est pas qu'un simple remplaçant et son apport est bien réel, surtout pour les textes, moins simplistes, plus travaillés que ceux de son prédécesseur. On compte aussi beaucoup sur lui en concert, où ses exceptionnelles qualités de showman ont déjà fait leurs preuves avec Extreme.

"Without you" (CD "Van Halen III")

Gary Cherone, le troisième chanteur de Van Halen, quitte le groupe dès le mois de novembre 1999. En mai 2000, Eddie Van Halen annonce qu'il suit un traitement contre le cancer. Deux ans plus tard, alors que le groupe est toujours en sommeil, on assiste à une tournée américaine surprenante qui réunit David Lee Roth et Sammy Hagar, les deux premiers chanteurs de Van Halen qui se partagent équitablement la tête d'affiche. Quelques mois plus tard, Eddie fait savoir qu'il est guéri de son cancer, "des pieds à la tête", précise-t-il.
Au printemps 2004, Van Halen annonce une reprise de ses activités et par la même occasion, le retour dans le groupe du chanteur Sammy Hagar. Dans un premier temps, ils entament une tournée américaine, puis ils publient le double CD "THE BEST OF BOTH WORLDS". C'est une compilation où l'on peut retrouver des extraits de tous leurs albums, sauf le dernier, le "Van Halen III" de 1998. On y a ajouté trois nouveaux titres qui ont été coproduits par Eddie Van Halen et Glen Ballard.

"It's about time" (CD "The Best of Both Worlds")

Le DVD "LIVE WITHOUT A NET" paraît en septembre 2004. Il avait été enregistré lors de leur tournée triomphale de 1986, le "5150 Tour". La tournée d'été 2004 de Van Halen a été un succès économique. Artistiquement, c'est moins évident, en partie à cause d'Eddie, qui s'est présenté ivre sur scène à plusieurs reprises.
Après cette tournée, Sammy Hagar rejoint son groupe The Waboritas, où il retrouve Michael Anthony. Ils tourneront d'ailleurs ensemble en juin 2006 sous le nom de "The Other Half", c'est-à-dire "l'autre moitié", par opposition aux frères Van Halen. Par la suite, avec Chad Smith et Joe Satriani, ils formeront le supergroupe Chickenfoot qui publiera un premier album en septembre 2009. Mais dans l'intervalle, en juin 2006, Eddie Van Halen a annoncé une prochaine tournée et un nouvel album avec David Lee Roth. En même temps, il confirme le départ du bassiste Michael Anthony, qui est remplacé par son propre fils, Wolfgang Van Halen. Wolfgang est né le 16 mars 1991. Il avait commencé à jouer sur scène avec son père et son oncle dès l'âge de 13 ans.

"Runaround" (CD "For unlawful carnal knowledge")

Le 12 Mars 2007, Van Halen est intronisé au Rock 'n' Roll Hall of Fame. Lors de la cérémonie, seuls Sammy Hagar et Michael Anthony sont présents. La situation est cocasse, car ils ne font plus partie du groupe. Pendant ce temps-là, Alex, Eddie et Wolfgang Van Halen continuent de sillonner les routes avec David Lee Roth. Eddie devra toutefois s'arrêter pour une cure de désintoxication, puis pour une opération chirurgicale à la main gauche. Au bout du compte, la tournée se révélera comme la plus lucrative de toute l'histoire du groupe.
Le 17 janvier 2011, Van Halen entrent en studio sous la direction de John Shanks, pour enregistrer leur douzième album. Il s'appelle "A DIFFERENT KIND OF TRUTH". On y trouve plusieurs titres qui avaient été ébauchés dans les années 70. Par exemple "She's the woman", qui figurait en 1976 sur la maquette qui leur avait permis de signer avec Warner.

"She's the woman" (CD "A different kind of truth")

"A DIFFERENT KIND OF TRUTH" est paru sur le label Interscope. On y retrouve cette alchimie très particulière qui en fait un véritable album de Van Halen. Le public pourra juger sur pièces, car le groupe vient de reprendre la route. La nouvelle tournée nord-américaine de Van Halen a commencé hier soir à Louisville, dans le Kentucky. Elle passera par le Canada et se terminera à La Nouvelle-Orléans le 26 juin prochain. Pour l'instant, aucune date européenne n'est annoncée.

"Blood and fire" (CD "A different kind of truth")


DISCOGRAPHIE :

-    "VAN HALEN" (album – 1978)
-    "VAN HALEN II" (album – 1979)
-    "WOMEN AND CHILDREN FIRST" (album – 1980)
-    "FAIR WARNING" (album – 1981)
-    "DIVER DOWN" (album – 1982)
-    "MCMLXXXIV (1984)" (album – 1984)
-    "5150" (album – 1986)
-    "OU812" (album – 1988)
-    "FOR UNLAWFUL CARNAL KNOWLEDGE" (album – 1991)
-    "LIVE : RIGHT HERE, RIGHT NOW" (live album – 1993)
-    "BALANCE" (album – 1995)
-    "BEST OF, VOLUME 1" (compilation – 1996)
-    "VAN HALEN III" (album – 1998)
-    "THE BEST OF BOTH WORLDS" (compilation – 2004)
-    "LIVE WITHOUT A NET" (DVD – 2004)
-    "A DIFFERENT KIND OF TRUTH" (album – 2012)


PARTICIPATIONS :

-    "OVER THE EDGE" ("Violences sur la ville") (BO – 1979)
-    'BETTER OFF DEAD" ("Gagner ou mourir") (BO – 1985)
-    "SPACEBALLS" ("La folle histoire de l'espace") (BO – 1987)
-    "MIGHTY MORPHIN POWER RANGERS : THE MOVIE" (BO – 1995)
-    "TWISTER" (BO – 1996)
-    "LETHAL WEAPON 4" ("L'arme fatale 4") (BO – 1998)
-    "VARSITY BLUES" ("American boys"  (BO – 1999)
-    "DETROIT ROCK CITY" (BO – 1999)
-    "MISSION TO MARS" (BO – 2000)
-    "LITTLE NICKY" (BO – 2000)
-    "HERBIE : FULLY LOADED" ("La coccinelle revient")  (BO – 2005)
-    "SUPERBAD" ("SuperGrave")  (BO – 2007)
-    "ZOMBIELAND" ("Bienvenue à Zombieland") (BO – 2009)
-    "ROAD TO THE MULTIVERSE" (BO – 2009)




VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7771238292
La Saga de Van Halen
La Saga de Van Halen
Avec plus de 80 millions d'albums vendus dans le monde, Van Halen est un poids lourd du hard rock américain. Après quelques années plutôt chaotiques, le groupe revient avec un nouvel album studio : "A different kind of truth". C'est une double surprise : d'abord parce qu'ils n'avaient plus enregistré d'album depuis 14 ans, et aussi parce qu'ils retrouvent leur chanteur originel, le très charismatique David Lee Roth, qui les avait quittés en 1984 ! A cette occasion, Eddie et Alex Van Halen, les deux piliers du groupe qui porte leur nom, sont au micro de Saga pour évoquer quelques épisodes de leur carrière mouvementée.
http://www.rtl.fr/culture/musique/saga-la-saga-de-van-halen-7771238292
2012-02-17 08:01:00
http://media.rtl.fr/cache/CF08ym3IAuqz38cqSUYxGQ/330v220-2/online/image/2012/0214/7743705462_van-halen.jpg