Quand les vers à soie se transforment en imprimante 3D

REPLAY - Deux jeunes entrepreneuses françaises révolutionnent l'industrie de la soie. Les vers fabriquent directement des accessoires en 3D sans faire de cocons.

>
Innovations Week-end du 17/01/2016. Crédit Image : Maxime Villalonga Crédit Média : Sophie Joussellin Télécharger

L'entreprise Séricyne fondée par deux jeunes femmes - l'une est designeuse, l'autre ingénieur agronome - révolutionne la fabrication de la soie en utilisant un procédé totalement différent.

On a tous appris que le bombyx du mûrier (le ver à soie) fabrique un cocon et que de ce cocon on tire du fil de soie dont on fait ensuite des chaussettes, des chemises, des cravates etc... En tout, il y 6 étapes différentes et fabriquer de la soie de cette façon consomme notamment beaucoup d'eau et d'énergie. Et alors qu'on parle beaucoup du made in France, aujourd'hui près de 98% de la production vient essentiellement d'Asie.

Plus besoin de cocon

Clara Hardy est designeuse et au cours de ses études à la célèbre école Boulle à Paris elle s'est intéressée à la soie et a étudié de très près le bombyx et s'est rendu compte qu'on pouvait zapper l'étape du cocon dans la fabrication de la soie.

Avec de nouveau procédé, le ver à soie va fabriquer directement l'objet qu'on souhaite, un peu comme si on le transformait en imprimante 3D. On choisit ce qu'on veut fabriquer et le ver le fait. Ce procédé permet de créer des objets en 3D comme des cubes ou des chapeaux. On peut faire à côté des traditionnels accessoires vestimentaires, des objets de décoration.

Le procédé de fabrication est tenu secret mais Clara Hardy assure qu'il est totalement naturel. Grâce à sa connaissance du comportement animal du ver à soie, elle amène le ver à faire ce qu'elle veut.

6000 vers au travail chaque mois

En général on utilise plusieurs vers pour fabriquer un accessoire. Un ver ne produit de la soie qu'une fois dans sa vie, pendant une trentaine d'heures seulement. Il fabrique environ 1 km 5 de fil de soie, donc pour créér une demi-sphère de 20 cm de diamètre, une cinquantaine de ver est nécessaire.

ver à soie

On obtient des objets dont la soie n'est pas tissée. Les fils sont en quelque sorte posés les uns à coté des autres. Le produit fini n'a pas le même aspect qu'une soie tissée. Il est moins fluide, un peu moins doux. On l'appelle de la soie conformée.

Clara Hardy et Constance Madaule travaillent avec des enseignes du luxe et elles espèrent relancer l'élevage de vers à soie en France. Elles en "consomment" actuellement 6000 par mois mais ne peuvent travailler que 8 mois par an, d'avril à novembre pendant la saison du mûrier qui est l'unique nourriture du ver à soie.

La rédaction vous recommande
par Sophie JoussellinJournaliste RTL
Suivez Sophie Joussellin sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781086979
Quand les vers à soie se transforment en imprimante 3D
Quand les vers à soie se transforment en imprimante 3D
REPLAY - Deux jeunes entrepreneuses françaises révolutionnent l'industrie de la soie. Les vers fabriquent directement des accessoires en 3D sans faire de cocons.
http://www.rtl.fr/culture/futur/quand-les-vers-a-soie-se-transforment-en-imprimante-3d-7781086979
2016-01-17 08:50:00
http://media.rtl.fr/cache/KkirDjBphuILuWPRFEwBpg/330v220-2/online/image/2015/0907/7779639574_sophie-jousselin.jpg