iPad Pro, Surface Pro 4 : quelle tablette grand format choisir ?

TEST - L'iPad Pro et le Surface Pro 4 se ressemblent sur le papier mais empruntent des voies différentes à l'usage.

Le Surface Pro 4 et l'iPad Pro, les tablettes polyvalentes de Microsoft et Apple
Crédit : RTLnet
Le Surface Pro 4 et l'iPad Pro, les tablettes polyvalentes de Microsoft et Apple

La sortie en France du Surface Book de Microsoft, un ordinateur portable modulaire dont l'écran détachable peut faire office de tablette tactile, marque le retour de Microsoft sur le terrain de l'innovation. Présenté comme le PC portable ultime par les dirigeants de la société de Redmond, le Surface Book vise clairement les parts de marché du MacBook Pro. 

Ce lancement intervient quelques semaines après celui de du Surface Pro 4, la tablette haut de gamme de Microsoft qui joue elle même sur les plates bandes de l'iPad Pro, la première tablette à écran 13 pouces d'Apple. Sur le papier, les deux produits se ressemblent : elles embarquent un grand écran tactile, peuvent être associées à un clavier pour les transformer en mini ordinateur portable et à un stylet pour réaliser des croquis ou prendre des notes... Jusqu'à leurs grilles tarifaires, qui ne démarrent pas en dessous de 900 euros. 

À l'usage, elles empruntent logiquement des chemins différents en raison du parti pris par les deux constructeurs. Apple a choisi d'équiper l'iPad Pro du logiciel interne des iPhone et des iPad (iOS) quand Microsoft a doté le Surface Pro du dernier Windows 10 pour tablettes, qui permet de retrouver le même écosystème que sur PC avec en plus des fonctions tactiles. Dans quel cas faut-il privilégier l'une ou l'autre ?

L'iPad Pro plus confortable à la maison

Ce qui frappe en premier chez ses deux tablettes, c'est la taille de leur écran. Tant l'iPad Pro que le Surface Pro 4 sont plus difficiles à prendre en main que les tablettes 10 pouces classiques. Il n'est pas question de les utiliser debout et il est compliqué de les caler sur ses genoux lorsqu'ils sont associés à leur clavier.

Avec 12,9 pouces de diagonales (32,7 cm) et 2.732 x 2.048 pixels, l'iPad Pro affiche l'équivalent de deux fois l'interface de l'iPad classique. Il n'a jamais été aussi confortable de surfer sur le web ou de lire un article sur un iPad. En lecture vidéo, il donne l'impression d'être une petite télévision. Ses quatre haut-parleurs connectés couplés à un accéléromètre ne rendent plus nécessaire le port d'un casque pour écouter de la musique ou regarder un film. En revanche, les applications optimisées pour l'iPad Pro sont encore peu nombreuses. Au final, on est moins gêné de repasser à l'iPad classique pour les usages les plus courants (web, mails, réseaux sociaux) que pour lire un quotidien numérique. 

Le Surface Pro 4 affiche un écran plus petit (12,3 pouces) et une résolution de 2.736 x 1.824 pixels. Ses deux haut-parleurs ne font pas le poids face à la tablette d'Apple. Les deux sont très appréciables pour visionner un film au fond du lit, même si la batterie ne permet pas toujours de le terminer. Sur ce plan, la balance penche du côté de l'iPad Pro qui peut tenir 10 heures en utilisation normale et bien plus longtemps en mode veille, quand le Surface Pro peine à dépasser les 8 heures.

Crédit : Microsoft
L'écran du Surface pro 4
Crédit : Apple
L'écran de l'iPad Pro affiche 12,9 pouces de diagonale

L'interface du Surface Pro 4 est plus poussée

Avec l'iPad Pro, c'est l'assurance de retrouver l'ergonomie habituelle des produits mobiles Apple. Les menus sont limpides et les fonctions facilement identifiées, à l'inverse du Surface Pro 4 où le réglage de luminosité n'est pas simple d'accès. À cela s'ajoutent des nouveautés appréciables, comme le partage d'écran qui permet de mettre deux applications côte à côte ou de regarder une vidéo dans une petite fenêtre tout en vaquant à une autre tâche. Mais il n'est pas complètement modulable et pas compatible avec toutes les applications. 

En face, le Surface Pro 4 dispose d'un système d'exploitation d'ordinateur de bureau assorti de gestes intuitifs sur l'écran tactile (pour partager l'écran entre deux applications par exemple). Il se montre d'une plus grande souplesse à l'usage. D'autant qu'il dispose aussi d'un port USB, d'une sortie vidéo et d'un lecteur de carte micro SD pour étendre sa mémoire, quand la connectique de l'iPad Pro se limite à un connecteur lightning et une prise casque.

On regrette qu'Apple n'exploite pas davantage le potentiel de sa tablette. Il n'est par exemple pas possible d'afficher davantage d'icônes sur une page que sur un petit iPad. Il y a juste plus d'espace quand le Surface Pro 4 permet de créer des dossiers.

L'iPad Pro plus créatif, la Surface Pro 4 plus productive

L'écran de l'iPad Pro constitue une surface de travail idéale pour les créatifs et les spécialistes du design. Sa puce A9X à l'architecture 64 bits lui permet d'effectuer des tâches exigeantes, comme le montage de vidéos en 4K ou la composition musicale. La surface tactile se montre précise et réactive dans les nombreuses applications (Adobe Comp CC, Umake, Photoshop Sketch..) disponibles sur l'App Store. Mais malgré son important catalogue, l'iPad Pro permet surtout d'ébaucher des projets qu'il faudra achever sur un ordinateur.

Le choix de logiciels est moins garni chez sa concurrente Microsoft qui dispose tout de même de plusieurs titres de références dans le domaine de la création visuelle ou musicale (Adope Photoshop, Ableton Live) et a surtout l'avantage, du fait de son système d'exploitation, de pouvoir mener un projet de A à Z. Son processeur Intel Core (i5 ou i7 selon la configuration) lui permet aussi de fonctionner sans ralentissements. 

Avantage Apple pour le stylet, Microsoft pour le clavier

Les deux tablettes peuvent être associées à un stylo numérique. L'iPad Pro fonctionne avec l'Apple Pencil, un stylet capable de détecter plusieurs niveaux de pression, qui permet de dessiner comme avec un crayon de papier ou un feutre, de faire des dégradés en inclinant le stylet ou nuancer la largeur des traits. Il trouve également une utilité dans des applications spécialisées, comme celle qui permet aux médecins et étudiants en médecine d'analyser l'anatomie du corps humain en simulant des mouvements et visualisant des opérations. 

Son équivalent pour Surface Pro 4 est moins fluide et offre une moins bonne prise en main malgré davantage de points de pression pris en charge (1.024).

Avec son stylet capable d'interpréter différentes nuances de pression, l'iPad Pro vise notamment les professions créatives
Crédit : Microsoft
Le Surface Pro 4

L'iPad Pro et le Surface Pro 4 peuvent aussi être associées à un clavier intelligent détachable. L'iPad Pro prend une autre dimension associé au "smart keyboard", proposé en option (179 euros). Il devient vite indispensable à la saisie de textes et l'édition de documents mais reste globalement de moindre qualité que le clavier d'un Mac. En revanche, l'absence de trackpad se fait cruellement ressentir dans cette configuration : il faut tapoter sur l'écran pour changer d'application ou déplacer le curseur. 

Grâce à son trackpad, le clavier Type Cover du Surface Pro (150 euros) offre à l'inverse une expérience quasiment similaire à celle d'un ordinateur portable. Sans clavier en revanche, elle est plus compliquée à manier et son clavier virtuel virtuel se révèle peu efficace.

L'iPad pro : une meilleure tablette, le Surface Pro 4 : un PC mobile

Les deux tablettes phares des rivaux américains ne boxent pas dans la même catégorie. Une différence qui se répercute sur leurs prix respectifs. En tant que tablette, l'iPad Pro a pour lui l'expérience utilisateur Apple (des menus plus limpides) transposée sur grand écran et un écosystème applicatif très riche qui fera la différence pour les professions créatives. 

Mais l'interface mobile iOS est vite frustrante au regard de la puissance et du format de l'appareil et l'empêche de se poser en alternative à un ordinateur portable, comme l'avait pourtant suggéré Tim Cook à son lancement. 

Dans ses configurations hautes, le Surface Pro 4 peut pour sa part complètement remplacer un PC, bien aidé par le logiciel Windows 10 et ses applications de productivité. En revanche, son prix élevé (jusqu'à 2.499 euros sans compter le clavier) le met en concurrence avec des ordinateurs portables au rapport qualité/prix supérieur.

La fourchette de prix est large

Le Surface Pro 4 est proposée à 999 euros avec 128 Go de mémoire, 4 Go de RAM et un processeur Intel Core m3 ; à 1.099 euros avec un processeur Intel Core i5 ; à 1.499 euros avec 256 Go de RAM et un processeur Intel Core i5 ; à 1.799 euros avec un processeur Intel Core i7 ; à 1.999 euros avec 16 Go de RAM et un processeur i7 et à 2.449 euros avec 512 Go de RAM et un processeur i7. Le clavier est vendu 149,99 euros. Le stylet est fourni avec la tablette.

L'iPad Pro s'affiche à 919 euros avec 32 Go de stockage et une connexion Wifi ; à 1.099 euros avec 128 Go de mémoire et Wifi et à 1.249 euros avec 128 Go de mémoire, connexion Wifi et 3G/4G. 

La rédaction vous recommande
BenjaminHuepro
par Journaliste RTL
Suivez Benjamin Hue sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781971538
iPad Pro, Surface Pro 4 : quelle tablette grand format choisir ?
iPad Pro, Surface Pro 4 : quelle tablette grand format choisir ?
TEST - L'iPad Pro et le Surface Pro 4 se ressemblent sur le papier mais empruntent des voies différentes à l'usage.
http://www.rtl.fr/culture/futur/ipad-pro-surface-pro-4-quelle-tablette-grand-format-choisir-7781971538
2016-03-03 17:17:54
http://media.rtl.fr/cache/mgRZ9hqq9HCm4qnt-2fi6A/330v220-2/online/image/2016/0303/7782176203_le-surface-pro-4-et-l-ipad-pro-les-tablettes-polyvalentes-de-microsoft-et-apple.jpg