5 min de lecture Cinéma

"Blade Runner 2049" : les 4 questions que le film laisse en suspens

ÉCLAIRAGE - Si l’œuvre de Denis Villeneuve ne manque pas de qualités, elle s’achève en laissant nombre de problématiques irrésolues. Attention, spoilers.

Ryan Gosling dans "Blade Runner 2049"
Ryan Gosling dans "Blade Runner 2049" Crédit : Sony Pictures / Warner Bros. Pictures
Mélissa Chevreuil

Le challenge paraissait impossible à relever. Et pourtant, Denis Villeneuve l’a fait, non sans une certaine maestria. Si certains amateurs de la première heure lui préfèrent le film originel sous la houlette de Ridley Scott, force est de constater les indéniables qualités de son successeur canadien.

Joyaux de poésie et de féerie, puissante claque esthétique : Blade Runner 2049 est un des meilleurs crus de cette fin d’année 2017, en dépit d’un score quelque peu décevant au box-office mondial (86 millions de dollars).

Toutefois, il serait malhonnête d’omettre sciemment quelques vilains petits défauts du métrage déjà présents dans l’œuvre culte sortie en 1982. À l’instar de Blade Runner premier du nom, l’intrigue de Blade Runner 2049 ne manque pas de poser nombre de questions essentielles... sans y apporter aucune réponse.

Petit tour des captivantes problématiques soulevées par le film mais qui resteront, à notre plus grand désarroi, irrésolues. Les amateurs de science-fiction qui n’ont pas encore été voir les exploits de Ryan Gosling en salles l’auront sans doute compris : la suite de cet article ne badinera pas avec les spoilers.

1. Comment a été créé K ?

Si le statut de Répliquant de K est confirmé de bout en bout, ses origines restent en suspens. Principale piste posée par le film : K serait le "jumeau artificiel" d’Ana Stelline (Carla Juri), la fille cachée de Rick Deckard (Harrison Ford) et Rachael (Sean Young). A-t-il été créé dans l’unique dessein de tromper les hommes d’affaires véreux comme Wallace (Jared Leto) ? Ou a-t-il juste hérité des souvenirs bien réels d’Ana par pur hasard ?

À lire aussi
Manu Payet en 2016 Cinéma
Manu Payet : "Les César, on ne peut pas dire non"

Les spectateurs les plus attentifs noteront que jamais K ne compare son ADN avec celui de sa supposée sœur. Or, Deckard a avoué avoir changé les dossiers pour mieux protéger l’existence de sa fille. Rien ne l’empêchait donc d’inventer un jumeau masculin pour mieux brouiller les pistes, conduisant délibérément les autorités dans la mauvaise direction. Une stratégie alors payante puisque Lt Josh (Robin Wright) et K étaient intimement convaincus qu’ils cherchaient un homme.

En parlant du loup, moult théories affirment que Lt Josh serait derrière la création de K. Elle lui confère un respect et une confiance aveugle qui dénotent quelque peu avec sa position hiérarchique. Aussi, quand le Blade Runner lui affirme "s’être occupé" de l’enfant prodigue, elle ne cherche même pas à vérifier l’information ou à connaître plus amplement les détails. Mais si elle est bien l’initiatrice de sa création, alors sa foi semble logique. Elle connaît le Répliquant, ses limites, ses potentialités. Enfin, il ne s’agit là que d’une piste parmi tant d’autres…

2. Deckard est-il un Répliquant ?

Le réalisateur de Sicario l’avait juré et a tenu sa promesse : pas un instant, le film ne laisse entendre que Rick Deckard est un Répliquant… Mais ne fait rien pour démentir les rumeurs, qui persistent depuis le premier volet. Des rumeurs lancées par Ridley Scott lui-même, convaincu qu’il était bien plus cohérent de proposer aux spectateurs un chasseur d’androïdes lui-même robotisé.

Mais contrairement au film des années 80, maintes fois remanié pour converger dans le sens de la théorie de Ridley Scott, la mouture 2017 semble davantage pencher du côté humain de Deckard. Les affres de l’âge ne trompent pas : quand K retrouve la trace du bonhomme bourru, ce dernier est bien mal en point. Incapable d’aligner deux uppercuts sans avoir le souffle coupé, victime d’une légère patte folle lors de ses déplacement : le vieil homme affaibli peine à convaincre qu’il est autre chose qu’humain.

Néanmoins, certains protagonistes restent convaincus de la nature artificielle de l’ancien Blade Runner. Aussi, Luv, fidèle bras droit de Wallace, affirme à Deckard qu’ils retournent "à la maison" lorsqu’ils font route vers les colonies d’outre-monde. Un lieu chargé d’une symbolique toute particulière puisque les Réplicants y travaillaient.

3. L’évolution de Joi était-elle programmée ?

L’alchimie entre K et Joi (Ana de Armas) est si parfaite qu’on oublierait presque que cette dernière n’est qu’une intelligence artificielle programmée pour dire tout ce que son propriétaire souhaite entendre. Toutefois, le spectateur ne peut qu’être troublé par le parcours initiatique de l’IA, qui se découvre au fur et à mesure de l’intrigue, à l’instar de K, pléthore d’émotions et de réflexions propres. Comme lorsqu’elle s’émeut en ressentant la pluie pour la toute première fois.

Indépendante, elle enrôle Mariette pour offrir une nuit de plaisir à son amant de détenteur. C’est encore elle qui, après le coït, ordonne à la fille de joie de mettre les voiles. La prostituée lui rétorquera alors qu’elle est "particulièrement vide", elle qui a pu voir Joi en profondeur grâce à leur expérience de synchronisation atypique. Plus encore, c’est encore et toujours Joi qui rebaptise K "Joe", lui insufflant un zeste supplémentaire d’âme et donc d’humanité.

Le public en est alors sûr : Joi est spéciale et ne fait pas que répondre à une série d’ordres… Jusqu’à cette rencontre romanesque entre K et une publicité holographique géante du programme Joi. La pub interactive tente d’aguicher le Blade Runner avec un dialecte qui ne lui est pas totalement inconnu : c’est un fait, l’hologramme utilise exactement les mêmes expressions que "sa" Joi. Remettant, dès lors, toute personnalisation et humanité du logiciel en question.

Enfin, on ne sait si ce n’est que pour le provoquer, mais Luv (Sylvia Hoeks) interroge à l’envi K pour savoir s’il est "satisfait de leur produit". Espionnant l’officier pour retrouver la planque de Deckard, on peut supposer qu’elle connaissait les attentes affectives du jeune homme sur le bout des doigts.

4. Vers un troisième volet ?

Denis Villeneuve conclut son film avec la rencontre entre Rick Deckard et le médecin Ana Stelline, sa fille miraculeusement née de son idylle avec la Répliquante Rachael. Laissant K giser au sol dans la neige, satisfait d’avoir accompli la mission qu’il s’était lui-même donné... Mais, et après ?

Ana va-t-elle pardonner à son père de l’avoir abandonné ? Ne lui est-il finalement pas aussi étranger que les souvenirs qu’elle fabrique ? Et surtout, quid de Niander Wallace, Némesis de cette suite et Freysa la rebelle ? Tout laisse à croire qu’une guerre entre les deux camps sera le fer de lance d’un troisième film…

D’autant plus que sir Ridley Scott, réalisateur du premier et producteur du second, ne cache plus ses lubies d’univers étendu "à la Star Wars". C'est en tout cas ce qu’il a clairement laissé entendre lors lors d'un entretien avec ING : "Bien sûr qu'il y a toujours quelque chose à raconter. La manière qu'a eu George Lucas de gérer Star Wars est spectaculaire. C'est ce que j'ai essayé de faire avec Alien, en faisant évoluer la franchise, alors qu'au départ, je n'avais pas envie de faire des suites. Et puis j'ai réalisé que c'était stupide." La guerre de la science-fiction au cinéma se profile.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Ryan Gosling Harrison Ford
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790490218
"Blade Runner 2049" : les 4 questions que le film laisse en suspens
"Blade Runner 2049" : les 4 questions que le film laisse en suspens
ÉCLAIRAGE - Si l’œuvre de Denis Villeneuve ne manque pas de qualités, elle s’achève en laissant nombre de problématiques irrésolues. Attention, spoilers.
http://www.rtl.fr/culture/cine-series-jeux-video/blade-runner-2049-les-4-questions-que-le-film-laisse-en-suspens-7790490218
2017-10-12 17:37:36
http://media.rtl.fr/cache/LLHE-DTkd7La_fvcr8oqMQ/330v220-2/online/image/2017/1004/7790362125_ryan-gosling-dans-blade-runner-2049.jpg