+4,1% : la rentrée universitaire toujours plus chère !

Le texte de Geneviève Fioraso doit être discuté fin mai au Parlement en vue d'une adoption avant fin juillet.

Le texte de Geneviève Fioraso doit être discuté fin mai au Parlement en vue d'une adoption avant fin juillet.

Crédit : AFP Archives / Pierre Andrieu

Comme chaque année, le syndicat étudiant l'Unef évalue le pouvoir d'achat des étudiants. Comme RTL vous le révélait, le coût de la vie étudiante augmente de 4,1% pour la rentrée 2011-2012 (une hausse deux fois supérieure à l'inflation !). Les dépenses obligatoires (frais d'inscription, sécurité sociale étudiante, tickets de resto U) progressent de 4,4% sur un an. Mais les étudiants souffrent d'une flambée des loyers dans le parc locatif privé (+8,9% à Paris et +1,9% en province). Seuls les prix des transports diminuent, car de nombreuses villes offrent désormais des cartes d'abonnement à moitié prix pour les étudiants.

Ecouter, Voir

Crédit : Elizabeth Martichoux et Laurent Bazin

Crédit : Armelle Lévy

Crédit : Cindy Hubert

Emmanuel Zemmour, président de l'Unef, était l'invité de "RTL Midi" (22 août 2011)

Crédit : RTL

L'Unef constate qu'un foyer dont les revenus s'approchent du salaire médian, soit 1280 euros brut pas mois, devra dépenser un tiers de son budget pour financer les études de son enfant. En cinq ans, le nombre d'étudiants issus des familles modestes, inscrits sur les bancs de la fac, est en baisse de 9%.

Les étudiants ne doivent "pas payer" la politique budgétaire visant à préserver la note "AAA" de la dette de la France, a averti lundi le président de l'Unef Emmanuel Zemmour avant les nouvelles annonces budgétaires prévues mercredi par le gouvernement.

Outre le financement du dixième mois de bourse, l'Unef réclame "un gel des dépenses obligatoires pour cette année" (frais d'inscription, repas universitaire, Sécurité sociale étudiante) et "une hausse de 20%" de l'APL (Aide personnalisée au logement) qui, selon Emmanuel Zemmour, "n'a pas été revalorisée une seule fois depuis dix ans".

En juillet, l'Unef avait déploré la hausse de 1,7% du ticket de restauration universitaire (RU), pour payer un repas, passant de 3 à 3,05 euros. Il avait aussi dénoncé les fortes augmentations des frais d'inscription pratiquées par vingt-huit universités qualifiées de "hors la loi" pour l'année 2011-2012.

A quelques semaines de la rentrée universitaire, la course au logement est officiellement lancée ! En France, les places sont chères, et les postulants nombreux. Seuls 10% des étudiants ont la chance d'obtenir une chambre dans la parc public géré par le CROUS. Quitter le nid familial devient donc parfois un job à plein temps. Cindy Hubert a suivi Neissa, étudiante en fac de lettres, dans sa quête du Graal à Paris.

C'est la galère pour se loger, pas seulement pour les étudiants issus des familles modestes, mais aussi pour les jeunes de la classe moyenne.


RESTEZ INFORMÉ !
Voir la dernière newsletter
Vous aimerez aussi

Publicité

Ajouter un commentaire

Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr et pour tous les blogs.

17commentaires
Signaler un abus top inmyhumbleopinion le 22/08/2011 à 19h57 Je suis d'accord avec vous sur ce point. 5 fautes au certif' et c'était recalé. Pas de "tolérance". Quand je pense qu'on a voulu réformer l'orthographe... quelle honte. A force d'être laxiste, on n'a plus de réel niveau. La sélection, sournoise a lieu plus tard. On a pensé avoir des générations de cols blancs (tous Bacheliers !) mais à quel prix. Un sagouin, intellectuel ou manuel fera toujours un travail médiocre. Ce n'est pas une question de Q.I mais de sérieux.

D'ailleurs la passion des francais pour les championnats (meilleurs ouvriers de France, ou émissions télé), montre bien qu'il n'y a pas de désaffection pour les métiers dits manuels.

En revanche le niveau maths en France niveau Bac est assez élevé comparé à celui d'entrée d'université aux USA. Les francais ont encore une réputation d'excellents matheux outre manche (maths fi notamment, pour Londres, on forme d'excellents "quants" des pros de la modélisation du risque financier, et la Bourse en raffole.
Signaler un abus top GRIBOUILLE69 le 22/08/2011 à 18h36 17h28 - inmyhumbleopinion - 22/08/11
====================================
et après on s'étonne des performances allemandes dans le sport ou en économie..il suffit de se ballader en Chine ..à Shanghai par ex. le nombre d'allemands expatriés est impressionnant....allez faire un tour vers Paulaner...mais ce sont des expatriés allemands embauchés par des filiales allemandes en chine...leur formation professionnelle est parfaite...mais c'est la même chose aux pays bas...pays très poche dans l'esprit..pas comme ces français qui partent à l'aventure chercher fortune...en chine.

quand je vois les CV et surtout les lettres de motivations de jeunes diplomés français...bourrés de faute ça fait peur...le bon certif de nos parents avait du bon quand même....



Signaler un abus top inmyhumbleopinion le 22/08/2011 à 17h28 Dans le registre de l'efficacité, en 45 minutes de cours, pas une n'est perdue, pas de chahut. Les activités sportives ou artistiques sont fortement encouragées l'après midi. Attention l'apprentissage allemand est une institution de longue date. Pas forcément comparable avec l'apprentissage francais.
Autre détail qui a son importance. plus de 95% des apprentis sont embauchés. Les 5% restants trouvent sans problème. Les frais de déplacement pour passer des entretiens d'embauche sont systématiquement remboursés sans même avoir à le demander. C'est loin d'être le cas en France ou la ponctualité la plus élémentaire est devenue un luxe.
L'apprentissage s'explique enfin par le très grand nombre de PME (essentiel de l'économie) qui, par tradition ont toujours formé elles mêmes leur personnel sur des métiers pointus.
Saviez vous que le motor Mercedes MTU (motor Turbinen Union), qui doit beaucoup au compte Graff von Zeppelin (aeronef du même nom) a été proposé à la France, qui le refusa.....
Signaler un abus top GRIBOUILLE69 le 22/08/2011 à 17h16 16h20 - inmyhumbleopinion - 22/08/11
============
exact pas obligatoire - mais dans un pays comme l'allemagne il vaut mieux se plier à la majorité...et TOUS les enfants à partir de 10/11 ans font des mini stages en entreprise - qq semaines par an - et chaque année - histoire de découvrir des différents métiers...

la 6ème classique n'est pas obligatoire - pour tous - comme en france ...ils sont dirigigés plus tôt qu'en france vers les métiers manuels recherchés...

il est important de dire aussi que les enfants qui sont dans les écoles professionnelles peuvent sans problème - en fonction des résultats ...terminer à l'université...à 30 ans...

grace à des bourses...d'études remboursables...

en france 100 000 enfants sortent chaque année du sytème scolaires sans diplome ni formation...



Signaler un abus top inmyhumbleopinion le 22/08/2011 à 16h20 l'apprentissage n'est PAS obligatoire en Allemagne. il est effectivement très utilisé (60% des entreprises l'utilisent), mais ce n'est pas une obligation. c'est tout à fait inexact que dire que tous les écoliers allemands passent par l'apprentissage. En revanche la scolarité est mieux organisée qu'en France (début des cours a 7 heures du matin, durée des cours 45 minutes pas de cours l'apres midi). Et personne n'est en retard, avec un pantalon baggy qui tombe dévoilant un caleçon....
Signaler un abus top GRIBOUILLE69 le 22/08/2011 à 14h57 en france les universités croulent sous le nombre s'inscrits ...et les artisans n'arrivent pas à trouver des apprentis...

en allemagne tous les écoliers passent l'apprentissage - TOUS !!!

ils sont ensuite redirigés vers les études généralistes..en fonction de résultats de chacun...

pas tous ne font des études universitaires parceque qu'ils le veulent bien ou parceque pape l'a décidé...

et s'il a le BAC l'étudiant allemand ne peut choisir sa faculté d'inscription ni même sa matière....c'est sa note au BAC..qui décide de la SA ville d'accueil...et de l'année d'inscription....il y a parfois 2 ou 3 ans d'attente avant l'incription à la fac.....alors les étudiants partent à l'étrangers pour travailler dans l'humanitaire et apprendre des langues

ne s'inscrit pas qui veut dans une université allemande..et son diplome a une très grande valeur sur le marche du travail en allemagne..elle est destinée au meilleurs éléments...

la formation par alternance (travail/étude) est une voie royale pour trouver du travail ...depuis Guillaume II...ou même avant....
Signaler un abus top Soldical le 22/08/2011 à 14h41 6 % de revalo, pour les bourses étudiants, c'est pas mal !
4,5 % pour le RSA, en début d'année, ..
Dommage que les patrons ne s' alignent sur ces taux pour l' augmentation des salaires ..!
ça ferait plus de cotisations dans les caisses..(sécu, retraite, et impôts... )
Signaler un abus top inmyhumbleopinion le 22/08/2011 à 14h14 @babouche je suis assez d'accord, ne généralisez pas entre un étudiant de Fac qui s'éclate au macumba (peu d'heures de cours en sociologie) et un étudiant en PCEM1 (médecine) qui réussit dès la 1ere année.. Vous parlez des ainés, des générations précédentes. Elles bénéficiaient de conditions + avantageuses (cout de l'énergie moindre, entrée facile sur le marché du travail - pas de stages esclaves ou d'entreprises avec 80% de stagiaires ; valorisation égale métiers manuels et métiers intellectuels).

Dites vous bien que si les nouvelles générations n'ont pas l'aisance de leurs ainés, cela signifie consommation moindre, incitation à l'expatriation, et aussi pas de prise en charge possible de leurs parents/ grands parents qui vivront de + en + longtemps. Qui aura les moyens de payer les maisons de retraite ? Pas leurs descendants dont le pouvoir d'achat s'effondre.

c'est un maillage entre générations qui s'émiette, une maille se barre, le reste s'effondre.
Signaler un abus top ledeude le 22/08/2011 à 13h26 Il vaut mieu apprendre sur le tas en montant les échelons dans une entreprise, les université regorgent de fainiants bons a rien qui s'y croie, en fait quand ils sont laché dans la vrai vie,on s'apperçoit qu'ils ont tout à réapprendre.
Signaler un abus top GREZILLO le 22/08/2011 à 13h01 Les bourses étudiantes sur critères sociaux sont revalorisées de 6 % pour l’année universitaire 2010-2011, le montant annuel des bourses universitaires sur critères sociaux étant établi en fonction du niveau de ressources du demandeur.

Un arrêté publié au Journal officiel du mercredi 8 septembre 2010 en fixe les montants comme il suit :

1 525 euros au 1er échelon (contre 1 445 euros en 2009-2010),
2 298 euros au 2ème échelon (contre 2 177 euros en 2009-2010),
2 945 euros au 3ème échelon (contre 2 790 euros en 2009-2010),
3 590 euros au 4ème échelon (contre 3 401 euros en 2009-2010),
4 122 euros au 5ème échelon (contre 3 905 euros en 2009-2010),
4 370 euros au 6ème échelon (contre 4 140 euros en 2009-2010).
A noter que ces bourses sont complétées par l’instauration d’un 10ème mois de bourse, dont la mise en place est échelonnée sur 2 rentrées universitaires, un 1er demi-mois étant versé dès le mois de septembre 2010. Les bourses d’enseignement supérieur sur critères sociaux sont accordées aux étudiants confrontés à des difficultés matérielles pour poursuivre des études supérieures. Le droit à bourse sur critères sociaux est limité à 7 ans, sauf exceptions, durant la totalité des études supérieures. Le maintien de la bourse d’une année universitaire sur l’autre est soumis à des conditions de progression dans les études, d’assiduité aux cours et de présence aux examens.

Pour cette même année universitaire, le montant annuel de la bourse de mérite est fixé à 6 102 euros, celui de l’aide au mérite attribuée aux étudiants boursiers à 1 800 euros, celui de l’aide à la mobilité internationale attribuée aux étudiants boursiers à 400 euros et celui du complément de bourse attribué aux étudiants boursiers des académies de Créteil, Paris et Versailles à 153 euros.

Voir tous les commentaires
17