DSK et Tristane Banon en face à face pendant plus de deux heures

Débarrassé des charges pénales pesant contre lui aux États-Unis, Dominique Strauss-Kahn a été confronté jeudi matin à son accusatrice française, Tristane Banon, qui l'accuse de tentative de viol en 2003. Le face à face a duré près de deux heures et quart. Il s'est déroulé dans un des sièges de la police judiciaire parisienne, dans le XIIIème arrondissement. Selon l'avocat de l'ancien patron du FMI, Me Henri Leclerc, DSK et la jeune romancière ont maintenu leur version des faits lors de cette confrontation.

Ecouter, Voir

Crédit : Jean-Alphonse Richard

Crédit : Jean-Alphonse Richard

Crédit : Jean-Alphonsr Richard

Chacun campe sur ses positions

Arrivé vers 9 heures en voiture, DSK est sorti des locaux de la police judiciaire à pieds peu après 11h30, devant les journalistes tenus à distance de l'autre côté de la rue. Il s'est alors engouffré dans son véhicule, affichant un léger sourire crispé, sans faire de déclaration. Tristane Banon a quitté les lieux sans se montrer aux journalistes.

"DSK est resté sur sa position et elle aussi", a déclaré l'avocat de DSK qui s'est refusé à donner tout autre détail sur cette confrontation d'environ deux heures. Interrogé sur des remords qu'aurait pu exprimer son client, il a répondu : "Il n'a aucune raison de s'excuser".

C'est Tristane Banon qui avait vivement souhaité ce rendez-vous. L'écrivain et journaliste de 32 ans a porté plainte début juillet contre Dominique Strauss-Kahn pour une tentative de viol perpétrée selon elle dans un appartement parisien en février 2003.

Cette confrontation pourrait être le dernier acte d'une enquête préliminaire, ouverte début juillet après la plainte de Tristane Banon. Un rapport doit être remis au parquet de Paris à qui il appartient de décider si la procédure doit se poursuivre. Il pourra estimer que les faits sont prescrits, classer sans suite ou bien confier une information judiciaire à un juge d'instruction.

Le parquet n'a aucun délai pour prendre sa décision. Mais en cas de classement, Tristane Banon a de toute façon prévenu qu'elle poursuivrait son combat judiciaire. Dans ce cas, elle déposerait une autre plainte en se constituant "partie civile", ce qui entraînerait automatiquement la désignation d'un juge d'instruction.

Banon veut la vérité

"Je voudrais qu'il soit en face de moi et qu'il me dise droit dans les yeux que ce sont des faits 'imaginaires'. Je voudrais le voir me dire ça",avait-elle dit jeudi dernier sur RTL, à la veille de la décision du parquet de Paris de confronter DSK à son accusatrice.

Dominique Strauss-Kahn, qui a fait savoir par ses avocats qu'il se tenait prêt à cette confrontation, a qualifié les faits dénoncés par Tristane Banon de "scène imaginaire". Il a d'ailleurs répliqué à son accusatrice par une plainte en dénonciation calomnieuse, dont l'examen devra attendre l'issue des poursuites engagées par l'écrivain.

Dans sa confession télévisée sur TF1 le 18 septembre, DSK avait affirmé qu'"aucune violence" n'avait été portée sur Tristane Banon. "J'ai été entendu comme témoin. J'ai dit la vérité que dans cette rencontre, il n'y avait eu aucun acte d'agression, aucune violence, je n'en dirai pas plus", avait-il dit.

La mère de Tristane Banon, Anne Mansouret, a dit espérer que sa fille "ne se laissera pas impressionner, qu'elle fera face" à DSK.


RESTEZ INFORMÉ !
Voir la dernière newsletter
Vous aimerez aussi

Publicité

Ajouter un commentaire

Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr et pour tous les blogs.

77commentaires
Signaler un abus top patrickkk le 01/10/2011 à 19h34 Pourquoi encore ce sujet ???
Signaler un abus top miss tosca le 30/09/2011 à 18h21 Pouvons-nous avoir encore "un peu" confiance en notre justice? Une enquête va-t-elle être ouverte ou classement?

Le comportement et les mensonges de DSK vont-ils encore une fois lui permettre d'y échapper?

Pas étonnant qu'il ait tout nié (sans oser regarder la plaignante). Ses aveux l'auraient desservi pour le procès au civil aux USA. Il me semble que rien que le fait de se prévaloir d'une immunité quelconque pour se défiler est une preuve qu'il n'est pas si innocent qu'il le prétend.
Signaler un abus top bearnaise64 le 30/09/2011 à 16h11 L'oeil narquois, la démarche chaloupée, la suffisance des puissants qui savent que rien ne peut les atteindre. L'argent et le pouvoir: c'est l'ancien régime! A la différence que cela prétend représenter le petit peuple. Il doit se marrer de savoir que certains y croient!
Signaler un abus top patrickkk le 30/09/2011 à 14h56 17h21 - setori34 - 29/09/11

J'aime beaucoup !!!!
Signaler un abus top Soldical le 30/09/2011 à 12h27 Pauvre jeune femme, face à un pervers obsédé sexuel, qui ne se "rappelle pas" comment il se conduit, et trouve ça "normal", de vouloir "embrasser", une très jeune journaliste qui vient l'interviewer, après l'avoir invitée dans une espèce de garçonnière ?
Il avait fait un pari ? ou quoi ?
Ras le bol de ce type milliardaire et faux-jeton.
Signaler un abus top tania56 le 30/09/2011 à 10h59 je constate que mon commentaire sur la photo de t banon a disparu on la voit en compagnie de 2 journalistes
la main dans son soutien gorge et elle a l'air très satisfaite et qui sait ce qu'elle demandera dans quelques temps puisqu'il lui a fallu 8 ans pour porter plainte juste au moment où il le fallait!!!!!
après ce sera une plainte au civil mais pour quel résultat un peu d'argent peut être ?
Signaler un abus top bru67 le 30/09/2011 à 08h34 STOP!!!!! CA SUFFIT.mesdames et messieurs les journalistes arrêtez de nous bassiner avec cette histoire,CA NOUS REGARDE PAS.Si vous n'avez rien d'autre a vous mettre sous la dents pour remplir vos journaux c'est bien triste!!!!! OCCUPEZ VOUS DE LA FRANCE ?LA VRAIE ET PAS DE CES HISTOIRES DE CULS QUI N'INTERESSE QUE LES VOYEURS.
Signaler un abus top kerbreiz le 30/09/2011 à 07h30 Espérons que pour Tristane BANON, ce face à face traumatisant sera à moyen ou long terme un moyen de catharsis. Je ne crains qu'elle n'en sorte encore plus abîmée. Qu'attendre d'un tel personnage que DSK ? Rien.
D'aucuns disent ne pas comprendre qu'elle ait attendu si longtemps. Avez-vous pensé que lors des faits elle était très jeune (donc vulnérable), influencée par sa mère et non soutenue psychologiquement par les faits découverts aux USA ? Lamemtable histoire de sexe...
Signaler un abus top legio22 le 29/09/2011 à 23h46 En réponse à Tania56: Même une prostituée qui fait commerce de son corps par définition a le droit de dire non et celui qui la force commet un viol,une épouse qui se refuse et qui est forcée est en droit de déposer plainte pour viol.Ce n'est pas la qualité de la femme qui est en cause mais le fait qu'elle ne veuille pas .C'est le minimum de respect du aux femmes.Se moquer de cette fille est méprisable.
Signaler un abus top pierrescailloux le 29/09/2011 à 23h08 69 commentaires ... sans commentaire !!!!!
Voir tous les commentaires
79