Libye : les 42 ans de règne de Kadhafi

Après quatre décennies de gestion autoritaire, le régime de Mouammar Kadhafi s'est s'effondré. Mi-août, les révolutionnaires ont pris le contrôle de la capitale libyenne, Tripoli, redonnant ainsi espoir à tout un peuple assoiffé de liberté et de démocratie. Tour à tour, le dictateur libyen a enfilé le costume militaire, traditionnel et occidental. Retour sur le parcours controversé du "Guide de la Révolution", de sa prise de pouvoir en 1969 à sa chute en 2011.

Ecouter, Voir

Crédit : Pierre Julien

Crédit : Pierre Julien

La rébellion proclame révolue l'époque Kadhafi

Crédit : AFPTV

Enfance et jeunesse

Né dans une famille de Bédouin le 7 juin 1942 dans le désert des Syrtes, Mouammar reçoit une éducation religieuse stricte. Très vite, il s'enquiert des préoccupations politiques et organise ses "premières activités révolutionnaires pratiques". Et pour cause : à l'époque, sa famille lutte contre le pouvoir colonial italien.

Son diplôme de droit en poche, il rentre à l'académie miliaire de Benghazi  en 1963. Un choix qui n'est pas anodin pour celui qui pense que la révolution doit passer par l'armée.

Le coup d'État

En 1966, Mouammar Kadhafi rejoint l'Angleterre afin de suivre un stage de perfectionnement à l'académie militaire de Sandhurst, avant de retourner en Libye où il mène en 1969 un coup d'État, mettant ainsi un terme au régime du roi Idriss et dans le même temps à une monarchie libyenne pro-occidentale.

La République est alors proclamée et Kadhafi s'octroie le grade de colonel qu'il conservera tout au long de sa vie.

A la mort de l'égyptien Nasser en 1970, le colonel s'érige en défenseur du panarabisme. Mais brouillé avec certains pays arabes, Kadhafi se marginalise peu à peu. La même année, il lance la "révolution culturelle" et invite les libyens à chasser les "ennemis de la révolution."

Le terrorisme

En 1976, il met un place un système de gouvernement fondé sur la "théorie de la 3ème voie" défini dans le "Livre Vert". La République Libyenne prend le nom de Jamahiriya, "l'État des masses". En 1977, il exécute, pour la première fois, une trentaine d'opposants.

Devenu "guide de la Révolution de la Libye", Kadhafi décide de renoncer à ses postes administratifs en 1979.

Il mène une politique expansionniste en Afrique et au Maghreb et connait sa première victoire politique et militaire au Tchad 1980. Ce qui inquiète les Occidentaux, notamment Washington qui accuse Kadhafi de favoriser le terrorisme international et en fait  "l'homme à abattre".

Changement de tactique

Avec la crise économique et le fiasco de la révolution, Kadhafi doute quant à la ligne de conduite à adopter. Les attentats de 1988 contre un boeing américain et en 1989 contre un avion français lui sont imputés.

En 1992, le Conseil de sécurité de l'ONU vote un embargo contre la Libye.

Dans les années 90, Kadhafi souhaite redonner à son pays une place de choix dans la diplomatie internationale et livre alors les responsables des deux attentats de1988 et 1989. Et le renversement par les Américain du dictateur Irakien conforte Kadhafi dans cette nouvelle voie diplomatique qui décide de lutter contre le terrorisme aux côtés des Occidentaux et d'abandonner son programme nucléaire.

Le colonel absout, les chefs d'États se pressent en Libye à l'instar de Tony Blair. Quant à Nicolas Sarkozy, en charge du dossier des infirmières Bulgares, il se voit contraint d'accueillir le dictateur en 2007.

Fort de ces "retrouvailles", Kadhafi entend jouer un rôle majeur dans la pacification du monde et la lutte contre la prolifération nucléaire au Moyen-Orient.

Fin du régime

En 2011, pris dans le mouvement de la Révolution de Jasmin, Kadhafi tente de réprimer le soulèvement.

En dépit de ses soutiens et de sa pugnacité, Tripoli tombe aux mains des insurgés. Le régime Kadhafi prend fin.

Cliquez pour voir le diaporama

Mouammar Kadhafi : 42 ans de règne
web-FamilleKadhafi-Q-01

RESTEZ INFORMÉ !
Voir la dernière newsletter
Vous aimerez aussi

Publicité

Ajouter un commentaire

Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr et pour tous les blogs.

3commentaires
Signaler un abus top plcherbourg le 20/10/2011 à 16h44 EXUNIQUE Point d'histoire pour être cardinal il n'était pas besoin d'être prêtre/curé comme vous le dites vulgairement c'était comme dans les armes, les nobles achetaient un titre dans l'armée commandant etc. et enrôlaient ses manants… La révolution française n'a pas été menée par le "curés" ni encore moins par le peuple mais par la petite noblesse et les roturiers lisez Max Gallo. Il a fallu attendre Bonaparte pour instaurer le 1er empire et créer 1 noblesse d’Empire celle des armes.Gaulliste
Signaler un abus top thierry69210 le 20/10/2011 à 16h07 Un dictateur de moins, mais après, si c’est comme en Tunisie et en Egypte, ils sont pas prêts de voir une vraie démocratie
Signaler un abus top exunique le 24/08/2011 à 16h17 Quelle perte pour le cinéma! Je n' irai pas jusqu'à dire que ce clown va nous manquer, mais ce que je crains après la fin de ces dictateurs d' opérette vienne le temps de la caste des religieux qui vont accaparer le pouvoir pour s' attribuer toutes les richesses du pays en défendant hypocritement la 'volonté de Dieu'...comme les curés catholiques en France avant 1789, qui avaient tout, l' argent et les femmes...
Voir tous les commentaires
3