La visite de François Hollande en Algérie soulève les passions

François Hollande, président de la République

François Hollande, président de la République

Crédit : AFP / Kenzo Tribouillard

La visite de François Hollande cette semaine en Algérie suscite des passions aussi bien dans l'arène politique que parmi la population, partagées entre haine et amour pour l'ex-puissance coloniale française, mais pleines d'espoir en son actuel président. Les rues d'Alger et de Tlemcen, la grande capitale islamique de l'ouest algérien, se parent de leurs plus beaux atours dans l'attente de sa visite mercredi et jeudi. L'université de Tlemcen réserve au président François Hollande un diplôme Honoris Causa. Ce dernier a atterri sur le sol algérien mercredi à la mi-journée. Accompagné d'une importante délégation, il a été accueilli avec tous les honneurs à sa descente d'avion par son homologue algérien Abdelaziz Bouteflika avec lequel il devait s'entretenir dans l'après-midi.

Ecouter, Voir

Crédit : Isabelle Dath

Crédit : Etienne Baudu

Crédit : Marie-Bénédicte Allaire

Crédit : Isabelle Dath

Pas un jour ne passe sans une déclaration à propos des liens de l'Algérie et de la France, positive ou méfiante, avec l'exigence d'une repentance ou l'évocation d'une "page tournée mais non déchirée". Ces derniers jours, une dizaine de partis politiques, dont quatre islamistes, ont dénoncé "le refus des autorités françaises de reconnaître,  s'excuser et indemniser, matériellement et moralement, les crimes commis par la France coloniale en Algérie". Ils accusent aussi d'"indulgence" les autorités algériennes qui refusent de l'imposer.

Le président Abdelaziz Bouteflika a mis pour sa part l'accent sur l'avenir, tout comme M. Hollande, souhaitant une "relation forte et dynamique avec la France". "Nous devons tirer les enseignements de notre expérience passée pour corriger +dans l'action+ la trajectoire d'une coopération et d'un partenariat toujours perfectible", ajoutait cet ancien combattant de l'indépendance de l'Algérie qui fête cette année ses 50 ans. La question mémorielle sera "inévitable", a cependant rappelé récemment le ministre des Affaires étrangères algérien Mourad Medelci.

Le test se fera peut-être jeudi lors du discours de François Hollande face aux sénateurs et députés algériens, dont un projet de résolution réclamant la repentance reste dans les tiroirs. Le président français est, lui, déterminé à ne pas se laisser "enfermer dans une discussion sans fin sur le passé". Penser à l'avenir: les journaux insistent sur la quinzaine d'accords, dont une "déclaration conjointe" pour une coopération tous azimuts, que les deux chefs d'Etat signeront solennellement, après des mois de négociations. El-Watan y consacre même un volumineux supplément.

Parmi les gros dossiers réglés, l'installation d'une usine Renault, le déblocage opérationnel des cimenteries Lafarge, l'enseignement du français, en perte de vitesse en Algérie. Mais pour la circulation des personnes, les discussions continuent sur un aménagement de l'accord de 1968.

Pendant sa visite, François Hollande rendra hommage au militant indépendantiste algérien Maurice Audin, sur la place éponyme en plein centre d'Alger. Arrêté et torturé en 1957 par les parachutistes français et disparu depuis, sa veuve continue de réclamer la vérité. Elle a indiqué lundi à l'AFP qu'elle recevrait de M. Hollande toutes les archives relatives à cette affaire. Aimé des Algériens, qui avaient salué son élection en mai, M. Hollande visitera le cimetière juif et chrétien algérois de Bologhine (ex-Saint-Eugène) et déposera une gerbe au monument aux martyrs de la guerre d'indépendance sur les hauteurs de la capitale.

Ces sites ont subi ces derniers jours un super lifting. A Alger comme à Tlemcen, la vie a été rendue difficile pour les habitants des quartiers visés, privés de stationnement et de sommeil avec de gros travaux en pleine nuit. Philosophe, l'un d'entre eux remerciait tous ces visiteurs étrangers "sans lesquels ravalements et entretiens des villes seraient indéfiniment reportés".

(AFP)

RESTEZ INFORMÉ !
Voir la dernière newsletter
Vous aimerez aussi

Publicité

Ajouter un commentaire

Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr et pour tous les blogs.

137commentaires
Signaler un abus top josepharmand le 20/12/2012 à 16h39 j'espere que les romains vont s'excuser d'avoir coloniser la gaule pendant 3 siecles
Signaler un abus top opapaul le 20/12/2012 à 09h45 Normal 1er connait bien les drapeaux affichés ; ce sont les mêmes que ceux déployés le soir de son élection à Paris : vert, rouge, avec croissant et cimeterre.
Personne pour siffler la marseillaise, là?
Signaler un abus top vettec4 le 19/12/2012 à 18h55 Lors de l'indépendance il y avait une usine automobile,dont je ne me souviens plus de la marque,qui n'a pas su assumer ,et s'est transformer en fabrique de .....vélos !!!!même résultat !!!!!merci à Mollasson 1er qui continue le boulot commencé par :responsable...... voiture FRANCAISE vous avez dit FRANCAISE ??????
Signaler un abus top janou001 le 19/12/2012 à 18h48 va t-il s'excuser du fait que c'est la gauche (Jules Ferry, Victor Hugo) qui prêchait la colonisation au 19eme siècle? ... et que c'est la droite qui y a mis fin, du moins pour l'algérie, en 1962!
Ah, si l'Histoire n'était pas systématiquement falsifiée par l'EN noyautée par la gauche, on en saurait des choses!Et cette fois, il a pris Sarko one, pourtant si décrié? Il est vrai qu'il l'a fait équiper de seaux à champagne, donc...
Signaler un abus top jlnounours le 19/12/2012 à 18h48 c'est çà françois, va t'excuser pour le fait que nos colons aient construit: des routes, des écoles, des hopitaux,des administrations,qu'ils aient fait de ce pays une oasis fertile, à l'époque l'algérie était non seulement autosuffisante en agriculture, mais elle exportait, regardez ce que ces gugus en ont fait, à part se les rouler, laisser tout se délabrer, importer massivement ce qu'ils sont désormais incapables de produire, à part des gosses, futurs chomeurs qu'ils envoient en métropole
Signaler un abus top Insoumis77 le 19/12/2012 à 18h40 Combien coûte ce déplacement ?
Repentance pour quoi ?
Une lecture que je conseille :
"Un silence d'état"
Les disparus civils européens de la guerre d'Algérie
Auteur Jean Jacques JORDI
Signaler un abus top dametenebra le 19/12/2012 à 17h59 Non mais ça va oui! Que les Algériens râlent dans leur coin sur leur passé! C'était il y a 50 ans, nous jeunes aujourd'hui n'avons pas à nous excuser pour les erreurs de nos grands parents. Il faudrait avancer et ne pas se laisser marcher dessus par ceux qui voudraient uniquement se venger. Rappelons que les erreurs viennent des deux côtés tout de même! Alors qu'est-ce qu'on fait on s'insulte chacun dans son coin? Non, nous ne nous devons plus rien aujourd'hui!
Signaler un abus top caroline0557 le 19/12/2012 à 17h23 Encore un boulevard et des voix pour Le Pen, et Longuet avait raison de faire un bras d'honneur !
Signaler un abus top maladrerie le 19/12/2012 à 17h12 Il me paraît un peu jeune pour s'excuser et se repentir au nom de Français qui ont presque l'age d'être son père.
Signaler un abus top raquettes2 le 19/12/2012 à 16h57 Combien va couter ce déplacement à la France, uniquement pour faire la bise aux Algériens et faire des excuses bidons ????
Voir tous les commentaires
137