Les opposants à "l'Ayraultport" défilent par milliers à Notre-Dame-Des-Landes

Des milliers de personnes défilaient samedi dans le bocage nantais pour manifester contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, cher au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, en présence de têtes d'affiche comme Jean-Luc Mélenchon, Olivier Besancenot ou Eva Joly. Selon la préfecture de Loire-Atlantique, 4.500 personnes étaient réunies dans le cortège en milieu d'après-midi, et 13.500 en comptant l'ensemble des personnes qui se trouvent dans le secteur (40.000 selon les organisateurs). Ils assistaient au début du chantier de reconstruction engagé sur le site par les opposants au projet.

Ecouter, Voir

Crédit : Patrice Gabard

Crédit : Yaël Goosz

Crédit : Nicolas Bauby

Crédit : Olivier Geay

Dans un premier lieu situé en face du Bois de Rohanne, où plusieurs squatteurs anti-aéroport avaient érigé des cabanes dans les arbres avant d'être expulsés mi-octobre, un grand champ a été ouvert pour ce chantier, à l'occasion de la manifestation qui rassemblait des milliers de personnes.

Des cercles de poudre blanche ont été tracés pour ériger un chapiteau géant et des volontaires s'affairaient pour y planter des pieux en métal, puis sa charpente.



Des stands d'information et des crêperies ambulantes se sont mis en place pour réaliser un lieu de réunion festif. Un peu plus loin, au bout d'un long chemin boueux, des dizaines de jeunes militants faisaient la chaîne avec d'immenses planches de contreplaqué qu'ils conduisaient à une clairière en cours de défrichage. Les éléments de la plateforme d'un grand plancher surélevé étaient déjà en place pour poser les contreplaqués.

Construction d'un espace d'accueil aux opposants


Derrière une grande banderole : "Contre l'aéroport et son monde seule la lutte décolle", la manifestation avait commencé à s'ébranler comme prévu après 11h depuis le bourg de Notre-Dame-des-Landes, avant de se diriger vers la "Zad", "Zone d'aménagement différé" dédiée au projet d'aéroport et rebaptisée par ses opposants "Zone à défendre".

Pour l'eurodéputé José Bové, interrogé dans le cortège, "il y a énormément de monde, peut-être 20.000 personnes, peut-être 30.000 (...) en tout cas, ça va être une date qui va marquer". Il a aussi estimé que la position du président François Hollande, vendredi, de soutenir le projet d'aéroport "c'est prendre un énorme risque, parce qu'à mon avis la mobilisation va être massive".



Après un mois d'expulsions et de destructions par les forces de l'ordre de ce qui s'était transformé, en l'espace de trois à quatre ans, en "plus grand squat à ciel ouvert d'Europe" cette manifestation est dédiée à la "réoccupation".
  
La préfecture de Loire-Atlantique a indiqué que la manifestation n'était pas interdite et qu'il n'y aurait pas d'intervention des forces de l'ordre pendant toute sa durée, sauf en cas de dérapage. Néanmoins, "les constructions illégales ont vocation à disparaître", a prévenu dès vendredi le préfet de Loire-Atlantique Christian de Lavernée. Depuis le 16 octobre, les forces de l'ordre ont ainsi assuré la destruction de treize fermes désaffectées et d'une vingtaine de sites sur lesquels des cabanes, au sol ou dans les arbres, avaient été bâties.
    
Familles et activistes : une manifestation bigarée

Quelque 150 "squatters", opposants anti-capitalistes à l'aéroport qui se sont progressivement joints à partir de 2005-2006 à l'opposition historique d'habitants et d'agriculteurs locaux, se sont retrouvés sans abri mais, habitués à vivre dans des conditions spartiates, ils n'ont pas quitté la zone.

Le mélange entre cette population activiste et parfois marginale, et la manifestation "familiale et conviviale" voulue par ses organisateurs, est l'une des principales interrogations sur le déroulement de la manifestation. De même, les personnalités politiques connues comme le co-président du parti de gauche Jean-Luc Mélenchon, l'ancien porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) Olivier Besancenot, ou plus encore les parlementaires Europe Ecologie-Les Verts (EELV) auxquels il est reproché d'avoir passé un accord de gouvernement avec le PS, pourraient essuyer quelques reproches, insultes ou tensions.
  
Toutefois, un premier "tour" dans la zone vendredi des parlementaires EELV s'est passé sans accroc en dépit des craintes.

En l'absence de forces de l'ordre ou d'institutionnels, certains militants radicaux pourraient aussi s'en prendre aux médias, souvent décriés par les anti-aéroports. Les organisateurs de la manifestation ont exprimé le souhait de les accréditer et de limiter leur accès à certains lieux, notamment le chantier de reconstruction.

Le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Votre avis
Info

Notre-Dame-Des-Landes : Jean-Marc Ayrault doit-il retirer son projet d'aéroport ?

.

.

.

Sondage ouvert le 17/11/2012

* sondage à valeur non scientifique Tous les sondages RTL
RESTEZ INFORMÉ !
Voir la dernière newsletter
Vous aimerez aussi

Publicité

Ajouter un commentaire

Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr et pour tous les blogs.

127commentaires
Signaler un abus top Thsy91 le 21/11/2012 à 10h39 Jeff
très bonne analyse que je partage.On peut ajouter Rennes,Vannes,Lorient etc
En plus Nantes est à 2H00 de Paris en TGV !
Signaler un abus top Thsy91 le 21/11/2012 à 10h36 bcas cet aéroport n'est pas pertinent.Si je dois aller dans les pays de Loire,à Nantes,je prends le TGV.En revanche il y a des aéroports en Bretagne comme Rennes ,Vannes ou Lorient qui seraient menaçés à cause de ce projet inepte!
Signaler un abus top ZZTAP le 17/11/2012 à 23h58 VOILA UN GVT qui fait vraiment l unanimite

CONTRE LUI
meme les vers peuvent pas l encadrer
Signaler un abus top Jeff__ le 17/11/2012 à 23h08 Deux choses: Entre ceux qui ne vote plus, ce qui vote blanc et ce qui vote à gauche plus pour voter contre la droite qu'autre chose il ne reste plus beaucoup de 'fans' pour les vrais élus.
Concernant cet aéroport arrêtons de dire n'importe quoi, je ne suis pas écolos, mais l'Ouest est rempli d'aéroport sous exploités, commençons par les remplir ensuite on verra (regarder Angers, aéroport neuf en plus)
Puis pour finir l'austérité c'est pour la France mais pas la Loire Atlantique?
Signaler un abus top bebichoux le 17/11/2012 à 19h34 C'est bizarre quand même quand il n'y a pas beet
km75
pascal62
domlor
pitt18
et leurs amis ne sont pas là ?
beet aurait bien plusieurs pseudos ???
Personne de gauche comme sur m'article dont les syndicats dont n'ont pas eu le dernier mot .
Signaler un abus top LYON696969 le 17/11/2012 à 18h41 CECILE DUFLOT ELLE EST PARTIE EN WEEK-END ELLE AVAIT UN VOL AU DEPART DE ROISSY POUR UN PETIT WEEK-END EN AMOUREUX A VENISE HISTOIRE DE DECOMPRESSER DES DURS FONCTIONS DE MINISTRE CAR LACHER UNE PLACE DE MINISTRE PAS FACILE.......ALLEZ MME DUFLOT DU COURAGE
Signaler un abus top loveless12 le 17/11/2012 à 18h33 Cela vaut un référendum : vote direct de l'ensemble des électeurs d'un Etat ou d'une collectivité locale qui se déterminent sur une proposition de nature législative ou constitutionnelle l'initiative du pouvoir exécutif ou des citoyens, selon les modalités définies par la loi. Les choix possibles étant oui ou non, le projet soumis au vote est soit accepté, soit rejeté. Le référendum permet d'obtenir l'aval du peuple sur les grandes questions de société ou institutionnelles.
Signaler un abus top bcas le 17/11/2012 à 18h31 Jean-Luc Mélenchon, Olivier Besancenot ou Eva Joly,tous écologistes d´un jour c´est beau la nature , ils se sont trompés de destination , leur parcours normal gentil , c´est de la République a la Bastille .
On peut être pour ou contre les sossos , mais cet aéroport est trés important pour toute la région N/S Ouest et on voit bien ou veut en venir ce trio d ´opportunité : promouvoir une reserve naturelle France comme l ´Albanie il y a 40 ans avec comme President du parti unique Mélanchon
Signaler un abus top vdenis.1 le 17/11/2012 à 18h28 j'habite non loin de l'aéroport d'Angers-Marcé qui tourne à bas régime on a prit des centaines d'hectares pour faire quoi?

rien ou pas grand chose il y a quelques zincs qui passe au dessus de la maison et

il y a celui de Rennes et celui de Nantes déjà existant n'est-ce pas suffisant?

avec Paris à 2h30 en TGV
Signaler un abus top giorgione le 17/11/2012 à 18h25 La réindustrialisation, la décentralisation, le développement des régions autres que l'Ile de France, Rhônes Alpes, Alsace et Paca et surtout la création d'emplois, tout ceci ne doit pas être stoppé par des activistes insensés et marginaux manipulés qui ne font que festoyer de manière hystérique le sabotage d'un rebond vital pour tout un chacun, de l'économie.
Voir tous les commentaires

Publicité

Publicité

Publicité

127