Une victime de "L'Ecole en bateau" : "J'avais l'impression d'être un objet"

Léonide Kameneff avait lancé ce projet de voiliers école en 1969.

Léonide Kameneff avait lancé ce projet de voiliers école en 1969.

Crédit : AFP / Jacques Demarthon

Aux Assises de Paris, le procès de l'école en bateau se poursuit. Aujourd'hui, c'est au tour des victimes d'être entendues. Et elles décrivent un système parfaitement rodé qui avait débouché sur un véritable harem d'enfants et de pré-ados.

Ecouter, Voir

Crédit : Cindy Hubert

Crédit : Cindy Hubert

Masturbations et fellations avec un enfant
Trente ans après les voyages autour du monde de "l’École en bateau", le fondateur de l'association et trois équipiers sont jugés jusqu'au 22 mars pour les viols de plusieurs enfants qu'ils avaient embarqués dans ce projet d'éducation alternative. Depuis mardi,  le fondateur de "l’École en bateau", ainsi que trois autres accusés, jugés pour viols et atteintes sexuelles sur mineurs, ont été entendus à tour de rôle. Ils ont beaucoup évoqué le climat libertin qui régnait à l'époque ainsi que le flou dans les relations personnelles entre l'encadrement et les élèves.

Ces élèves, justement, ont pu s'exprimer aujourd'hui : masturbations et fellations avec un enfant "quand tout le monde dort", adultes allongés nus "au milieu des enfants" qu'ils "se passent de l'un à l'autre", expliquent-elles. Les adultes avaient chacun leur cercle de préférés pour leurs ébats.
 
"J'avais l'impression d'être un objet", explique Patrice, une victime. Lorsque le président se tourne vers le banc des accusés pour demander à Léonide Kameneff s'il entend la souffrance des victimes, celui-ci se justifie : "Je voulais juste laisser les envies sexuelles des enfants s'exprimer. Visiblement là, je les ai devancées".

RESTEZ INFORMÉ !
Voir la dernière newsletter
Vous aimerez aussi

Publicité

Ajouter un commentaire

Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr et pour tous les blogs.

7commentaires
Signaler un abus top candide44 le 10/03/2013 à 10h57 Ce genre de comportement existe depuis fort longtemps. Dans les années 70, j'ai même vu un sous-directeur d'Institut médico-éducatif, très légèrement condamné pour des viols et attouchements, qui est devenu directeur de colonie de vacances l'année suivante, parce que libéré avec la complicité des institutions judiciaires. Il a évidemment récidivé, et là il a pris le maximum. Mais là encore, sa première condamnation n'avait même pas été évoquée aux Assises...
Signaler un abus top inspecteursarkozy le 09/03/2013 à 10h50 whatsnew

si les gosses n'ont rien dit comment voulez vous qu'on le sache,ce n'est pas 30 ans après qu'il faut s'en inquièter,c'est du n'importe quoi ...........
Signaler un abus top WHATSNEW le 09/03/2013 à 00h43 Quelle horreur ! Comment se fait-il que ce scandale n'ai pas été mis à jour plus tôt ? Pauvres gosses, que des adultes assouvissent leurs bas instincts de détraqués sexuels me répugne.
Signaler un abus top jeanne 01 le 08/03/2013 à 17h06 Ces confessions qui donnent envie de vomir, rappellent ce que disait J. Lang à propos de la sexualité des enfants, qui selon lui, était à découvrir. Cette abomination mériterait la peine de mort, pour avoir souillé ces enfants, les avoir traité comme des objets de leur plaisir, sous prétexte de devancer leur sexualité. Comment peut-on abuser d'enfants innocents et se justifier de la sorte ? Tout ce qu'on leur souhaite, c'est qu'ils servent à leur tour d'objets, en prison.
Signaler un abus top GRIBOUILLE69 le 08/03/2013 à 16h11 tous ces jeunes seraient des menteurs ?

on a du mal à le croire...mais pas les avocats de la défense..qui eu exigent des preuves ...mais lesquelles ? des photos ? des films ??

je pense que si j'étais le père d'une des victimes ce procès serait déjà terminé....et moi derrière les barreaux.



Signaler un abus top inspecteursarkozy le 08/03/2013 à 14h39 et en plus cela risque de se retourner contre eux faute de preuves,je n'arrive pas à piger que l'on puisse porter plainte juste à la limite de ses droits,pour condamner il faut des preuves pas de simples paroles ......
Signaler un abus top beatnic le 08/03/2013 à 14h26 les français sont des dégonflés!!
des centaines de victimes..pendant 25 ans!!
et pas un qui est allé se faire justice lui meme?

ou au minimun couler son bateau pour éviter de nouvelles victimes!!
Voir tous les commentaires

Publicité

Publicité

Publicité

7