Affaire Tapie : Lagarde impliquée "personnellement"

Christine Lagarde les pieds dans le Tapie ! La Cour de Justice de la République (CJR), qui a ouvert une enquête à son encontre dans l'affaire Tapie/Crédit Lyonnais, estime que l'ex-ministre de l'Economie s'est impliquée "personnellement" dans un processus comportant "de nombreuses anomalies et irrégularités", dans les motivations de sa décision du 4 août révélées mercredi par le site Internet Mediapart. En juillet 2008, le tribunal arbitral, juridiction privée, avait condamné le Consortium de Réalisation (CDR), structure publique qui gérait le passif du Crédit Lyonnais, à verser à l'homme d'affaires 285 millions d'euros d'indemnités (400 millions avec les intérêts). Il aurait selon des parlementaires touché au bout du compte plus de 200 millions d'euros. La justice cherche à déterminer le rôle joué par l'ex-patronne de Bercy, aujourd'hui directrice générale du Fonds monétaire international (FMI).

Ecouter, Voir

Crédit : Georges Brenier

Crédit : Jérôme Chapuis

"Le processus qui a conduit (...) à la condamnation du CDR (ndlr: Consortium de Réalisation, structure publique qui gérait le passif du Crédit Lyonnais) au paiement de sommes élevées à la charge des finances publiques comporte de nombreuses anomalies et irrégularités", écrit la commission des requêtes de la CJR dans ses motivations, consultables sur le site mediapart.fr.

L'ex-ministre de l'Economie, aujourd'hui directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), "paraît avoir personnellement concouru aux faits, notamment en donnant des instructions de vote aux représentants de l'Etat dans le conseil d'administration de l'EPFR (Ndlr : Etablissement public de financement et de restructuration, gérant le soutien financier de l'Etat au CDR), voire au président de cet établissement public en sa qualité de membre du conseil d'administration du CDR", conclue-t-elle.

Le 4 août, la commission des requêtes avait donné un avis favorable à l'ouverture d'une enquête sur Christine Lagarde. La commission d'instruction, qui va mener les investigations pour décider si madame Lagarde doit être jugée pour "complicité de faux" et "complicité de détournement de fonds publics", a été officiellement saisie en début de semaine.

.

L'ex-ministre de l'Economie, nommée en juillet à la tête du FMI, est mise en cause pour avoir abandonné la voie judiciaire en 2007 dans un litige concernant la revente d'Adidas en 1993. Il lui est aussi reproché d'avoir renoncé à contester l'arbitrage privé attribuant 285 millions d'euros à Bernard Tapie en 2008.

Une enquête qui tombe mal car même si elle n'envisage pas de démissionner en cas d'enquête, une telle procédure ternirait son début de mandat au FMI à Washington, d'autant qu'elle a succédé à un autre Français, Dominique Strauss-Kahn, contraint au départ après son arrestation pour une tentative de viol présumée sur une femme de chambre à New York en mai.

RESTEZ INFORMÉ !
Voir la dernière newsletter
Vous aimerez aussi

Publicité

Ajouter un commentaire

Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr et pour tous les blogs.

48commentaires
Signaler un abus top pierrescailloux le 18/08/2011 à 23h09 le FMI c'est un truc à nous ? Pour changer on pourrait filer la direction à un chinois par exemple !
Signaler un abus top Ongi le 18/08/2011 à 21h19 Cette caste de gens s'en sort toujours, toujours, toujours. N'ayez aucun doute sur ça.
Signaler un abus top topaze60570111 le 18/08/2011 à 17h34 je porte le même prénom que cet individu mais à la longue cela donne le bourdon
je me demande si compte tenu de la mauvaise publicité que fait ce monsieur avec son prénom et le mien et des millions de Benard à travers le monde je ne vais pas porter plainte contre lui pour préjudice moral
allez c'est une boutade
et si tous les Bernard du monde se tenait la main
Signaler un abus top boris78300 le 18/08/2011 à 13h58 "Il faut en finir avec les années fric" affirmait avec arrogance Christine Lagarde lorsqu'elle faisait payer par les contribuables français le renflouement de l'escroc Tapie.A l'époque,seuls quelques médias et élus courageux s'étaient émus de cette décision inique.
C'est avec la même arrogance que cette ministre indigne avait conseillé aux français de faire du vélo suit à la flambée des carburants.
En attendant,elle est désormais à la tête du FMI pour bons et loyaux services et cette nomination déshonore le pays a
Signaler un abus top cecileavocat49 le 18/08/2011 à 12h50 Une sentence arbitrale a la même valeur qu'une décision de justice, il serait temps de l'accepter.
On ne peut pas continuer de s'interroger sur ce qui aurait du être fait, il est rop tard.
De plus peu importe les sanctions qui pourraient être prononcées contre Mme Lagarde, cela ne remettra pas en cause la décision rendue par le Tribunal Arbitral.
Signaler un abus top tiensdonc le 18/08/2011 à 12h21 Le FMI n'a pas de chance. Il va falloir encore changer de patron. Jamais deux sans trois. Qui sera le prochain à la tête de ce FMI. Tapi qu'il restitue les sommes qui ne lui reviennent pas dans cette histoire et il en sera grandi.
Signaler un abus top GRIBOUILLE69 le 18/08/2011 à 12h08 il vaut mieux un mauvais arrangement qu'un bon procès = c'est bien connu !!

ça sert à quoi de remuer le caca d'y il a 20 ans ???

la france se rend encore plus ridicule à travers le monde avec cette histoire....

elle n'a vraiment pas besoin de ça...pour l'être !
Signaler un abus top caloone le 18/08/2011 à 11h50 La Cour de Justice de la République, l'une des plus hautes instances publiques nationales, a ouvert, de façon neutre et libre, une enquête d'utilité publique. Laissons-la faire son travail. J'admire son personnel, car il travaille de façon neutre et libre, sans implications socio-culturelles et politiques.
Signaler un abus top WHATSNEW le 18/08/2011 à 11h42 "impliquée" veut dire qu'elle a fait tout le nécessaire pour résoudre cette affaire qui lui a été confiée ou ordonnée. PAR QUI ? soit le Premier Ministre, soit le Président.

Que maintenant ça lui retombe sur le nez, veut tout simplement dire qu'il y a un planqué plus haut gradé (comme à l'armée) qui va laisser plonger la lampiste.
Signaler un abus top cecileavocat49 le 18/08/2011 à 11h36 Contrairement à ce qui est avancé le recours à l'Arbitrage est particulièrement courant (notamment en matière de commerce international) et permet de se sortir de situations complexes où la justice "classique" s'embourbe. Si Mme Lagarde n'avait pas eu recours à l'arbitrage il y aurait eu de grandes chances de voir la France condamnée par la CEDH puisque le "délai raisonnable" pour arriver à une solution n'a pas été respecté.

De plus, il est normal que les arbitres soient connus des parties. En effet, le fonctionnement même de l'arbitrage veut que les parties désignent elles-même leurs arbitres. Pourquoi désigner quelqu'un que l'on ne connait pas si on connait un arbitre compétent et reconnu pour cela?

Au lieu de fustiger le recours à l'Arbitrage et le comportement de Mme Lagarde peut être faudrait-il commencer par se souvenir de ce qui est à l'origine de la situation qu'elle a du gérer malgré elle.
Voir tous les commentaires
48