Les Dossiers de RTL.fr - Claude Chabrol est mort

Claude Chabrol est mort

Claude Chabrol

Claude Chabrol

Hospitalisé depuis quinze jours pour, notamment pour des problèmes respiratoires, le cinéaste Claude Chabrol est décédé dimanche matin à l'âge de 80 ans, a indiqué l'agent du cinéaste chez Artmédia, confirmant l'annonce faite un plus tôt par Christophe Girard, adjoint du maire PS de Paris Bertrand Delanoë. Le réalisateur du "Beau Serge", de "Violette Nozière", de "La Cérémonie" ou encore de "Merci pour le chocolat" était né le 24 juin 1930 à Paris. Il aura croqué les travers de la bourgeoisie de province avec la même gourmandise qu'il mettait à en savourer la cuisine. L'annonce de la disparition de ce géant du cinéma a sucité des réactions du monde culturel et politique.

Ecouter, Voir

Crédit : Stéphane Boudsocq

Crédit : Michel Cohen-Solal

Crédit : Stéphane Boudsocq

Crédit : Michel Cohen-Solal

Crédit : Stéphane Boudsocq

Crédit : Michel Cohen-Solal

Crédit : Stéphane Boudsocq

Claude Chabrol invité de Bernard Poirette, pour la sortie de "La fille coupée en deux" :



Un extrait de "La femme infidèle", sorti en 1968, avec Stéphane Audran :



Un extrait du film "Le beau Serge", sorti en 1957, qui fit de Claude Chabrol une des figures de la Nouvelle Vague :



La bande-annonce de "Merci pour le chocolat", sorti en 2000, avec Isabelle Huppert et Jacques Dutronc



Claude Chabrol, un des créateurs de la Nouvelle Vague

Amoureux de cuisine, de personnages "monstrueux" et de littérature, il symbolise un cinéma "à la française", à la fois psychologique et social, le plus souvent réalisé sur un ton sarcastique.
  
"Son œuvre prolixe et empreinte d'ironie, dissèque sans concession, souvent  avec crudité et férocité, les bassesses et les abjections de l'âme humaine, mais aussi le désespoir des êtres happés par la fatalité et emprisonnés dans des jeux de pouvoir", a dit de lui Véronique Cayla, présidente du Centre national du cinéma (CNC).
  
Chabrol a dépeint avec délectation les travers des notables de province, usant d'une cruauté ironique pour décrire scandales étouffés ou secrets de famille. Ces hypocrisies, destinées à préserver une respectabilité de façade, visiblement l'exaspéraient.
  
Pour le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, Chabrol était un "analyste subtil, drôle et féroce (...) doué d'un regard à la fois malicieux et  foudroyant, il était l'anticonformiste par excellence, un maître de l'ironie".
  
"Nul mieux que lui a su, sur un mode décapant et parfois féroce, mettre en scène l'hypocrisie et la veulerie d'une certaine bourgeoisie", a réagi un de ses prédécesseurs, Jack Lang, à l'annonce de sa disparition.
  
Si ses films ont connu un grands succès populaire, il a en revanche peu été récompensé par "les professionnels de la profession", à l'exception d'un Ours d'or à Berlin en 1959 pour "Les Cousins", le prix Jean Vigo et le grand prix du  Festival de Locarno pour "Le Beau Serge" (1957) et le Louis Delluc en 2000 pour  "Merci pour le chocolat".
  
Mais avant de s'attaquer à sa chronique caustique de la société bourgeoise, il a été à la fin des années 50, avec Jean-Luc Godard et François Truffaut, un des inventeurs de la Nouvelle Vague.
  
"Le Beau Serge" est son premier film et le premier film de quelque importance de la Nouvelle Vague, sorti en 1959, juste avant "A bout de souffle"  de Godard. Des décennies plus tard, Chabrol jugera son film (l'histoire de deux  amis d'enfance aux destins différents) "insupportable".
  
Pour Claude Lelouch, "Chabrol représente à la fois une révolution et une tradition. Un fois consacré, il est revenu à un cinéma de tradition et c'est tout à son honneur".
  
Il cultivait une passion pour les actrices. Ce sont d'ailleurs souvent les femmes qui ont été les véritables héroïnes de ses films.
  
Avec "Violette Nozière" (1978), l'empoisonneuse parricide des années 30, il contribuera à révéler le talent de l'actrice Isabelle Huppert. Claude Chabrol lui confiera le rôle principal dans cinq autres films, dont "Une Affaire de femmes" (1988), "La Cérémonie" (1995) et "Merci pour le chocolat" (2000).
  
Il a partagé sa vie plus de quinze ans avec une de ses comédiennes favorites, Stéphane Audran, de 1964 à 1980. Elle a tourné dans une vingtaine de  ses films et lui a inspiré certains de ses plus beaux personnages (Les Biches, La femme infidèle, Le boucher, Betty, etc.).
  
Chabrol, chez qui Nicolas Sarkozy voyait "de la truculence" et "du Rabelais", affirmait: "La différence entre le gourmet et le gourmand me fait bien rigoler, il faut savoir être les deux!".
  
Pour lui, "Manger et travailler bien, c'était la même chose".

Les principaux films de Claude Chabrol :

Le Beau Serge (1958)
Les Cousins (59)
Les Bonnes femmes (60)
Les Godelureaux (61)
Landru (63)
Les Biches (68)
La Femme infidèle (69)
Que la bête meure (69)
Le Boucher (70)
La Décade prodigieuse (71)
Les Noces rouges (73)
Une Partie de plaisir (75)
Alice ou la Dernière Fugue (77)
Les Liens de sang (78)
Violette Nozière (78)
Le Cheval d'orgueil (80)
Les Fantômes du chapelier (82)
Le Sang des autres (84)
Poulet au vinaigre (85)
Inspecteur Lavardin (86)
Le Cri du hibou (88)
Une Affaire de femmes (88)
Jours tranquilles à Clichy (90)
Docteur M (90)
Madame Bovary (91)
Betty (92)
L'Enfer (94)
La Cérémonie (95)
Rien ne va plus (97)
Merci pour le chocolat (2000, prix Louis-Delluc)
La Fleur du mal (03)
La Demoiselle d'Honneur (04)
L'Ivresse du pouvoir (06)
La Fille coupée en deux (07)
Bellamy (09) 

A la télévision, il avait tourné des épisodes pour des séries comme "Histoires insolites", "Nouvelles de Henry James", "Madame le juge", "Fantomas", "Il était un musicien" ou "Chez Maupassant".

Par ailleurs, Claude Chabrol a souvent joué des petits rôles (à la manière d'Afred Hitchcock) dans ses films, ceux de ses amis ou lorsque, par exemple, son ex-épouse Stéphane Audran tenait un rôle important: dans "Le beau Serge", "Les Bonnes femmes", "Paris nous appartient" (de Jacques Rivette), "Les Biches", "Aussi loin que l'amour" (de Frédéric Rossif), "L'Animal" (de Claude Zidi), "Les Voleurs de la nuit" (de Samuel Fuller), "Je hais les acteurs" (de Gérard Krawczyk), "Jeux d'artifices" (de Virginie Thevenet), "L'Été en pente douce" (de Gérard Krawczyk) ou "Alouette, je te plumerai" (de Pierre Zucca).

Ecoutez aussi :

Mort de Claude Chabrol : ils réagissent sur RTL

Claude Chabrol à travers les Archives de RTL

RESTEZ INFORMÉ !
Voir la dernière newsletter
Vous aimerez aussi

Publicité

Ajouter un commentaire

Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr et pour tous les blogs.

0commentaire

Soyez le premier à réagir à cet article !

27