Jack Lang sur RTL : "Xavier Darcos est grillé" (vidéo)

Jack Lang à RTL le 18 novembre 2008

Jack Lang à RTL le 18 novembre 2008

Crédit : La rédaction de RTL

Le député socialiste du Pas-de-Calais répondait mercredi matin aux questions de Jean-Michel Aphatie. Jack Lang a déclaré que le ministre de l'Education était "grillé", "avait perdu son autorité" et cherchait "à survivre encore quelques semaines". Interrogé sur la récente proposition de Xavier Darcos d'installer dans certains établissements des portiques pour détecter d'éventuelles armes, l'ancien ministre de l'Education nationale a ironisé sur "des propos en peau de lapin" d'un "tigre de papier qui cherche à survivre quelques semaines encore".

Ecouter, Voir

Crédit : Jean-Michel Aphatie

Jack Lang invité de RTL (20/05/09)

Crédit : La rédaction de RTL

Ecouter aussi : La réponse de Xavier Darcos à Jack Lang : "Qui se souvient de ce qu'il a fait ?"

Jean-Michel Aphatie : Bonjour, Jack Lang.


Jack Lang : Bonjour.

Ancien ministre de la Culture, on commente beaucoup cette information ce matin sur RTL : des grévistes d'EDF en colère ont coupé le courant sur la Croisette, hier. On peut couper le courant comme ça n'importe où, n'importe comment ?

On peut puisqu'ils y arrivent.

Exactement.

Est-ce heureux ? C'est une manière, en tout cas, pour EDF de propager sa campagne sur les salaires. Faut-il interrompre aussi longuement cette grande fête mondiale du cinéma ? Peut-être y a-t-il d'autres moyens pour se faire entendre ?

Voilà.On hésite toujours à dire que des coupures de courant, tout ça ce n'est pas très légitime. La continuité du service public on croit que c'est important et puis ceux qui en ont la charge, ils coupent.

Oui, la continuité c'est important. Les salaires aussi. Mais enfin, bon que chacun choisisse les méthodes les plus appropriées pour concilier à la fois l'exigence de continuité, le respect des grands événements internationaux et quand même la bataille pour les salaires.

Nous sommes lancés dans la campagne électorale pour les élections européennes, Jack Lang, et cette campagne, je le disais comme ça, nous ennuie. Est-ce qu'elle vous ennuie, vous ?

On ne peut pas dire qu'elle soit exaltante, franchement ce serait être de mauvaise foi. C'est une campagne qui a commencé tard. Je pense que les partis politiques ont tort de retarder sans cesse le début des hostilités, ou en tout cas, des propositions. Bon, je ne veux pas jouer l'ancien combattant. J'ai été le premier directeur de campagne de la première élection au suffrage universel direct, c'était un autre temps, un autre siècle. C'était François Mitterrand. Et pendant un an, nous avons parcouru le pays et nous avons terminé à Paris avec 100.000 (vous entendez, 100.000 !) participants...

On ne le referait pas aujourd'hui !

... sur le pont de l'Alma, en plein cœur de la capitale.

C'était en 1979.

1979... Vous avez bonne mémoire ! Là, je crois que les choses semblent prendre un peu forme. Le Parti socialiste a la chance d'avoir un programme qui est un programme international, je dirais approuvé par les autres partis socialistes.

Il en a de la chance, le Parti socialiste !

Il a de la chance d'appartenir à une grande Histoire.

Ecoutez Martine Aubry en campagne, hier soir. Ecoutez comme elle parlait ; donc c'était un meeting européen... Ecoutez-là ! "Deux ans de Nicolas Sarkozy, c'est un échec économique, social et même un échec sur la sécurité". On ne parle pas forcément d'Europe dans la campagne européenne ?

Oui, c'est toujours ainsi qu'une campagne de ce type a deux versants : un versant national et un versant international. Surtout je trouve qu'on devrait beaucoup plus adresser à la jeunesse, dans les programmes, dans les paroles. Or, l'avenir de l'Europe, c'est la jeunesse. Et les grandes questions qui se posent aujourd'hui notamment en France, c'est la jeunesse. Quel avenir ? Et c'est la jeunesse qui redonnera à l'Europe une âme ; et c'est par la jeunesses qu'on recréera l'espoir, l'imagination et l'enthousiasme. En même temps, ne nous laissons pas impressionner par les sondages du moment. Vous savez, ils se trompent souvent.

Ils ne sont pas bons ?

Ah mais parfois, ils ont raison.

Souvent  ils se trompent.

On fera le point le 7 juin, le jour de l'élection.

La sécurité dans les établissements scolaires reste un problème. Et on a  appris, hier, que Xavier Darcos n'excluait pas d'installer des portiques de sécurité à l'entrée des collèges et des lycées pour contrôler, dit-il, l'entrée des armes. On en est là Jack Lang ?

On en est là. C'est un aveu d'échec. Les violences scolaires qui avaient régressé sous le gouvernement Jospin, et notamment à l'époque où j'étais sous son autorité par des mesures fortes : encadrement des élèves, 100.000 emplois d'assistants d'éducation, de professeurs, par une volonté de restaurer une école du respect, de sanctuariser les établissements scolaires. Depuis lors, malheureusement, l'école est à l'abandon, disons-le. D'abord, on a par une sorte de suppression massive de postes - c'est une hémorragie - privé les établissements scolaires des encadrements humains nécessaires sans lesquels les professeurs eux-mêmes se trouvent en difficulté.

Ce sont ces sous-encadrements, selon vous, qui... ?

Non, ce n'est pas la seule explication. L'autre explication aussi c'est qu'au lieu d'appauvrir l'école de base comme l'a fait monsieur Darcos, et j'espère que le prochain ministre y reviendra, de déstabiliser le lycée, on ne s'est pas intéressé au collège qui est le maillon faible de notre système. Et ces pauvres, la plupart des pauvres adolescents qui sont là sont paumés. Ils ne comprennent pas le sens de ce qu'ils font là. Et on a coupé là aussi les moyens mais surtout on a été incapable de poursuivre les réformes qui avaient été engagées pour le collège.

Pourquoi dites-vous le prochain ministre, Jack Lang ?

Parce que je crois qu'aujourd'hui l'équipe ministérielle est grillée, a perdu son autorité, n'a plus de relations véritables... Le ministre ne peut plus aller dans aucun établissement, sans craindre aussitôt... et un ministre qui ne peut pas se déplacer librement, n'est plus en mesure d'exercer.

Il n'y a que deux qu'il est en poste, il est déjà grillé ?

Ah, on peut griller les choses rapidement, vous savez. Et aujourd'hui, c'est un gâchis, notre système, ce qui s'est produit. Je préconise d'ailleurs que la prochaine fois, c'est peut-être dans un mois, il y ait un seul ministre, qu'on restaure l'unité de ce ministère de la maternelle à l'enseignement supérieur, tant la logique réunit en permanence la maternelle, l'élémentaire, le collège, le lycée et l'enseignement supérieur ; et puis, par ailleurs, qu'on choisisse un ministre.  Que la première qualité soit l'amour de l'école, la passion pour l'école, le respect des maîtres, l'enthousiasme, au lieu de taper comme on le fait en permanence contre les maîtres, contre l'école, qu'on donne à notre Education Nationale, un ministre qui aime l'Education.

On entend votre passion pour l'Ecole, Jack Lang. Vous avez, en tête, le nom d'un nom ministre idéal ?

Ah non, je ne suis pas là pour composer les gouvernements. Si j'ai quelque idée dans la tête si j'étais à la place de Nicolas Sarkozy ; mais je ne vous les livrerai pas.

Vous pourriez faire un ministre de l'Education ?

Sûrement pas. Ecoutez, sûrement pas.

Non, non d'accord. Ok. D'accord.

Mais un mot sur les portiques. En plus ce qu'il annonce là ne relève d'aucune manière sa compétence, ce sont les collectivités locales, régions pour les lycées, conseils généraux pour les Collèges. Alors, c'est une proposition en peau de lapin, si j'ose dire. Et c'est une présentation d'un tigre de papier qui cherche à survivre quelques semaines encore.

Voilà, message transmis à monsieur Darcos, "tigre de papier".Dans l'actualité d'hier, on a appris que le ministère public avait réclamé 100 euros d'amende contre un homme qui à Marseille, pour perturber un contrôle d'identité avait crié : "Sarkozy, je te vois !"

Est-ce vraiment vrai ? J'ai à peine à croire qu'au pays de Rabelais et de Coluche, on ait perdu le sens de la drôlerie, de la dérision... Pourquoi ! Pourquoi ! Fut-il le Président de la République qui est d'ailleurs un homme tout à fait respectable, je ne ne pense pas d'ailleurs, je ne peux pas imaginer que le Président de la République puisse être à l'origine d'une procédure aussi ridicule et dérisoire !

Mais il pourrait l'arrêter s'il le souhaitait peut-être ?

Mais il pourrait, en effet, s'exprimer ; dire : bon, finissons-en avec ces procédures d'un autre temps et je suis assez grand moi-même pour me défendre tout seul !

Carla Bruni-Sarkozy a demandé, lundi, la libération d'Aung San Suu Kyi,l qui est l'opposante principale à la dictature birmane, dans une ettre ouverte au gouvernement de Birmanie. La femme du Président de la République fait-elle quelque chose qui est dans son domaine de compétence quand elle intervient comme ça dans un débat public ?

Le système birman est un système monstrueux et impitoyable. Non ! Moi je me réjouis que Carla  Bruni-Sarkozy fidèle à elle-même - ce n'est pas la première fois dans sa vie, elle a toujours été une combattante des Droits de l'Homme - s'exprime et aujourd'hui avec l'autorité de l'épouse du chef de l'Etat, c'est une très bonne chose qu'elle soit en première ligne. Peut-on aller plus loin ? Faut-il imaginer un boycott économique ? Il faut y travailler. En tout cas, on ne peut pas rester bras croisés devant cette monstruosité.

On lit à ce propos dans les dépêches d'hier que l'actrice Jane Birkin qui est aussi soucieuse du sort d'Aung San Suu Kyi dénonce, elle, l'attitude de Total puisque vous parlez de boycott économique, Jack Lang.

Oui, c'est une question qu'on s'est posé plusieurs fois. Faut-il demander à Total d'interrompre la poursuite de ses investissements ? Mais cela supposerait qu'il y ait une solidarité entre tous les Etats disons qui disposent de tels investissements pour ne plus investir en Birmanie.

Jack Lang, qui n'aime pas les "tigres de papier" - pourtant c'est rigolo, les tigres de papier ! - était l'invité de RTL ce matin. Bonne journée.

RESTEZ INFORMÉ !
Voir la dernière newsletter
Vous aimerez aussi

Publicité

Ajouter un commentaire

Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr et pour tous les blogs.

0commentaire

Soyez le premier à réagir à cet article !

0