Le preneur d'otages de Toulouse a été interpellé, les otages sains et sauf

toulouse

toulouse

Fin de la prise d'otages à Toulouse. Depuis 10 heures du matin, un homme retenait des personnes dans une agence de la banque CIC à Toulouse. L'auteur des faits, qui aurait tiré au moins un coup de feu, et qui a retenu un moment jusqu'à quatre personnes, dont le directeur de l'agence, a finalement été interpellé peu avant 17h. Tous les otages ont été délivrés dans l'après-midi. L'homme se réclamerait d'Al Qaïda et avait exigé la présence de l'unité d'élite du RAID, l'unité d'élite de la police qui avait donné l'assaut et tué le "djihadiste" Mohamed Merah en mars dernier. Selon le procureur de la République, "il n'agit pas pour de l'argent mais par conviction religieuse". La rédaction de RTL.fr vous a fait suivre l'évènement au plus proche grâce à un direct commenté.

Ecouter, Voir

Crédit : Patrick Téjéro

Crédit : Patrick Tejero

Crédit : Patrick Téjéro

Crédit : Christophe Ponzio

Fin du direct commenté de RTL.fr - Merci de nous avoir suivi tout au long de cette prise d'otages

19h : François Hollande salue "l'efficacité et le sang-froid" des policiers

18h30 : sur RTL, Patrick Téjéro apporte des informations concernant l'assaut : "Le forcené avait une arme inoffensive type "gomme-cogne" ou flashball. Il a tiré par deux fois sur les policiers qui ont riposté avec une grande précision, le touchant à la main gauche et à la cuisse"

18h : Membre d'Al Qaïda ou "déséquilibré" ? Ce que l'on sait du preneur d'otages de Toulouse
17h50 : Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a salué mercredi "le professionnalisme" des forces de l'ordre et le "sang-froid" des employés retenus sept heures en otage par un forcené dans une agence bancaire de Toulouse.

17h45 : Le jeune homme a d'abord tenté de sortir de la banque avec un otage qu'il menaçait d'une arme. Blessé par le tir d'un policier, il est alors revenu dans la banque à laquelle il a tenté de mettre le feu avant d'être interpellé

17h30 : Un camion de pompiers toutes sirènes hurlantes et encadré par des policiers à moto quitte les lieux.

17h25 : Selon des informations de la chaine BFMTV, le forcené voulait sortir de l'agence bancaire avec un otage lorsque l'assaut a été donné.
17h20 : VIDEOS - Prise d'otages à Toulouse : toutes les images sur RTL.fr

Un périmètre de sécurité installé par les forces de l'ordre a été élargi à la mi-journée de plus de 80 mètres pour éviter que des passants ne se trouvent à portée de tir. Une école primaire a été évacuée et les bus ont été détournés

17h15 : Le forcené a été touché au ventre et est soigné sur place par les pompiers

17h10 : Selon les informations du correspondant de RTL à Toulouse, Patrick Téjéro, le preneur en otages a été blessé de deux balles. Ses jours ne sont pas en danger.

17h02 : "On ne connait pas précisément la gravité des blessures du forcené" explique le correspondant de RTL à Toulouse

17h : sur RTL, Patrick Téjéro explique avec détails l'assaut contre l'agence CIC : "Les policiers progressaient en groupe vers la banque. On a pu entendre trois détonations"

16h58 : Les deux derniers otages libérés, le forcené blessé (sources policières)

16h55 : Le preneur d'otages de Toulouse a été interpellé (source policière)

16h45 : Trois détonations entendues selon un journaliste de l'AFP

16h40 : un périmètre de sécurité installé par les forces de l'ordre a été élargi à la mi-journée de plus de 80 mètres pour éviter que des passants ne se trouvent à portée de tir. Une école primaire a été évacuée et les bus ont été détournés. 

16h35 : DOCUMENT RTL : Le beau-frère du preneur d'otages explique être "étonné de ce qui se passe". "C'est pas quelqu'un de méchant ou de menaçant. C'est quelqu'un d'un peu naïf. L'idée ne vient certainement pas de lui. Il a dû se faire manipuler dans un moment de faiblesse"

16h30 : La peur des riverains - "On revit la même chose qu'il y a trois mois. On était tranquille dans le quartier, mais depuis le problème Mohamed Merah, on est inquiet. Cela recommence, cela commence à me faire peur", confie Maria Gonzalez, une mère de famille de deux enfants qui ne peut pas rentrer chez elle, rue de la Providence. "J'étais venue spécialement ce matin pour aller à ma banque, qui est juste en face du CIC", relate une commerçante du quartier.

16h20 : c'est la seconde prise d'otage à Toulouse en moins d'un mois : le 6 juin dernier à Météo-France, un homme avait retenu un vigile.
16h15 : Une bombe ?  Le procureur de la République a indiqué ignoré quelles armes détenait le preneur d'otages même s'il assure avoir des explosifs. "Il a déclaré qu'il avait des explosifs et des démineurs sont sur place", a-t-on précisé de source policière.

16h10 : sur RTL, le procureur de la République, Michel Valet, lors d'un point de presse explique que le seul message du preneur d'otages est "qu'il n'agit pas pour de l'argent mais par conviction religieuse". "Il y tient beaucoup" a précisé le procureur.

16h05 : sur RTL, Patrick Téjéro explique que les "négociations se passent bien", citant un policier. La soeur du preneur d'otages est sur place, au poste de commandement

16h :  "Il n'est pas très religieux", a  déclaré à l'AFP la soeur du preneur d'otages présumé. "Nous sommes sortis en boîte, nous avons bu de l'alcool", a-t-elle dit. Selon le procureur de la République de Toulouse Michel Valet, le preneur d'otages de Toulouse affirme agir uniquement par "convictions religieuses" et non pour l'argent.

15h55 : "Il n'y a pas eu de second coup de feu", a indiqué le ministère de l'Intérieur. "Un second coup de feu a été entendu", avait auparavant affirmé une source policière.

15h52 : Une autre otage libérée à l'agence CIC de Toulouse (source policière)
L'agence du CIC est située au 72 avenue Camille-Pujol, près de la Côte pavée dans l'est de Toulouse, où le RAID a mis fin le 22 mars à l'équipée sanglante de Mohamed Merah

15h50 : Les otages restant "ont l'air plutôt bien traités", a indiqué une source proche des négociations.

15h45 : Selon le procureur, l'individu, qui est identifié, tient à faire savoir "qu'il n'agit pas du tout pour l'argent, et que ses motivations relèvent de convictions religieuses".

15h40
: Un premier coup de feu avait été tiré peu après 10h au début de la prise d'otages

15h36 : Un deuxième coup de feu entendu dans l'agence CIC de Toulouse

Un policier devant la banque théâtre de la prise d'otages dans le centre de Toulouse

15h35 : Selon le procureur, le preneur d'otages affirme agir par conviction religieuse
.

15h10 : La soeur du preneur d'otages présumé de Toulouse: "Mon frère a la rage" 
"Mon frère, qui a 26 ans, avait été placé à la Ddass quand il était petit, a la rage et a peur du monde extérieur", a-t-elle précisé, interrogée à propos de troubles psychiatriques dont souffrirait son frère.

Prévenue par l'AFP de la présence de son frère dans l'agence bancaire, elle l'a alors appelé sur son portable. "Il n'avait pas l'air d'avoir peur et il avait l'air bien", a-t-elle assuré. De source proche du dossier, on précisait que le preneur d'otages présumé était un "schizophrène" qui pourrait être "en rupture de traitement".

15h : L'auteur de la prise d'otage a des antécédents psychiatriques, a-t-on par ailleurs appris de source proche du dossier.

14h50 : L'homme âgé d'une trentaine d'années se nommerait "Boumaza" et est un schizophrène en rupture de traitement, selon des sources proches du dossier.

14h40 :Un des quatre otages retenus depuis la fin de la matinée dans une agence CIC de Toulouse a été libéré. Il s'agit d'une femme. Le dialogue se poursuit pour libérer les trois autres, à qui les policiers ont amené à manger.

Un périmètre de sécurité installé par les forces de l'ordre a été élargi à la mi-journée de plus de 80 mètres pour éviter que des passants ne se trouvent à portée de tir. Une école primaire a été évacuée et les bus ont été détournés

14h36 - Evacuation - On vient de demander à la directrice et à son adjointe de l'école primaire du Caousou, en face de l'agence du CIC de quitter l'école. En fin de matinée, les parents des élèves de cette école privée ont reçu des textos leur demandant de venir chercher leurs enfants. "La direction de l'école nous a demandé de venir les chercher à l'heure prévue, 11H30", mais en faisant passer les parents par l'arrière, raconte une mère de famille.

14h35 : Une consigne a été donnée à toutes les forces de police qu'aucun policier en tenue ne soit visible du preneur d'otages pour ne pas l'affoler. Seuls les policiers en civils ont l'autorisation de s'approcher de la succursale".

14h30 : Selon une source policière, l'homme qui a pris en otages des employés d'une agence CIC de Toulouse, leur avait demandé de l'argent et n'a pas été pris au sérieux. Selon la même source, il est connu des services de police pour des faits dont la nature n'a pas été précisée. L'individu répond au téléphone, mais ne dit rien sur la situation dans l'établissement bancaire. 

14h10 : Peu avant la prise d'otages, l'homme est entré dans la banque et a demandé de l'argent aux employés avec insistance. Il n'a pas été pris au sérieux, a paru fragile aux employés. Il a alors sorti son arme et pris en otages les employés, a dit la source sur la foi des premiers éléments d'enquête.

14h : l'agence est située au 72 avenue Camille-Pujol, près de la Côte pavée dans l'est de Toulouse, où le RAID a mis fin le 22 mars à l'équipée sanglante de Mohamed Merah.  Le ministre de l'Intérieur "Manuel Valls se tient en permanence informé de l'évolution de la situation", a indiqué la Place Beauvau.

L'agence bancaire CIC situé 72 avenue Camille Pujol, à Toulouse

13h40 : La banque est située dans le quartier de la Côte Pâvée, à 150 mètres du lieu où Mohamed Merah, un jeune homme se réclamant d'Al Qaïda qui avait tué sept personnes à Toulouse et Montauban avant d'être abattu par le Raid en mars dernier.

Toulouse : carte de localisation de la prise d'otage, du domicile de Merah

13h30 : le preneur d'otages se réclamerait d'Al Qaïda et exigerait la présence de l'unité d'élite du RAID.
VIDEO - Le RAID, c'est quoi ?
(Cliquez sur l'image)
Les policiers du RAID : l'organisation, leurs missions et leur équipement

13h30 : L'agence CIC de Toulouse répond au téléphone mais ne dit rien sur la situation dans l'établissement bancaire.
S'exprimant d'un ton très calme, l'employée a confirmé à l'AFP qu'elle se trouvait bien dans l'agence mais s'est refusée à livrer toute information sur la situation à l'intérieur. "Je réponds aux clients de la banque", a-t-elle simplement précisé.

13h : Rappel des faits - L'homme, d'une trentaine d'années mais dont l'identité n'est pas connue, a pénétré dans la banque, une agence CIC située au 72 avenue Camille-Pujol, à 10H10. Il s'y est enfermé avec quatre otages, dont le directeur de la banque. Il a tiré un coup de feu au début de la prise d'otages, mais personne n'aurait été blessé, selon une source policière.

RESTEZ INFORMÉ !
Voir la dernière newsletter
Vous aimerez aussi

Publicité

Ajouter un commentaire

Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr et pour tous les blogs.

77commentaires
Signaler un abus top felipe-2 le 22/06/2012 à 10h44 18h59 - bebichoux - 20/06/12
Comme quoi on peut intervenir efficacement....

Il n'y a pas de quoi se réjouir il est sorti de la banque avec un otage c'était une proie facile pour les pros de la police !
La situation n'étaitt pas la même que Merah .

Ou voyez vous que je me réjouis..vous interprété à votre gré !!!
Cela ne m'empêche pas de penser que pour Mérah, que je ne plaint nullement..On n'a pas voulu le saisir..vivant, c'est tout !!!
Signaler un abus top setori34 le 21/06/2012 à 17h04 On devra lui verser la pension d'invalidité maintenant qu'il est blessé encore une fois on va payer pour un
délinquant VIVE LA FRANCE
Signaler un abus top candide44 le 21/06/2012 à 14h19 Tuquoque, vous avez raison, dans les chaîne des intervenants, il y en a qui ne font pas leur travail, par facilité, par j'men-foutisme, mais aussi par couardise et même par lâcheté. Il y a une certaine catégorie de criminels et de délinquants, même très jeunes, qui ont "l'esprit terroriste" en ce sens qu'ils menacent plus ou moins directement les magistrats et leurs proches ; ceci explique les condamnations "allégées"... le "light" va rester à la mode pour 5 ans, sauf pour les automobilistes...
Signaler un abus top beatnic le 21/06/2012 à 10h35 le raid devrait déménager à toulouse..
plutot que rester à bordeaux..
bordeaux ville de droitte : juppé..
toulouse la gauche: cohen!!
cohen contre les caméra vidéos..
642 caméras non intallées!!
toulouse hors la loi sciemment..
une des villes les moins protégées de france..
merci qui?
Signaler un abus top beatnic le 21/06/2012 à 10h26 ce qui est interressant c'est que le braqueur
a braqué une banque proche du domicile de mérah: 1 km
environ..
le quartier bobo de toulouse..
les bobos doivent savoir que maintenant ils sont en sécurité nulle part..
ils n'hésiteront plus à sortir de leur cité ghetto..
à bon entendeur salut..

Signaler un abus top tuquoque le 21/06/2012 à 10h21 TT le monde parle du Raid,du Gign, chacun mm moi, y va de son couplet. MAIS rien sur les avocats, les juges, les psy connaissant tous la dangerosité du personnage et qui l'ont laissé libre. Et lui ont donné UN PERMIS DE TUER au moment qui lui convenait le mieux.
Il y a du travail pour Taubira : les magistrats,loin d'être infaillibles, doivent être repris en mains. Ils doivent maintenant rendre une justice exemplaire, objective et efficace car ils ont des comptes à rendre aux français.
Signaler un abus top jps66 le 21/06/2012 à 09h11 France, mon beau pays, on est devenu une "base du terrorisme religieux", notre démocratie est mise à mal, face à des individus ne voulant pas s'intégrer, voulant nous imposer leurs manières de vivre et imposant leurs lois, voir ce qui se passe dans les cités de non-droit, cités interdites ou la police n'intervient plus, et laissant des "voyous" faire leurs lois, et la vente de drogues et de vols en toute tranquillité; c'est la défaite de la république et la victoire d'une nouvelle France djihad.
Signaler un abus top OKET le 21/06/2012 à 08h18 Bon je vais moi aussi faire un braquage et ensuite je ferai le "cinglé" j'éviterai la prison et les poursuites de la justice. AH ! non ça ne marchera pas je me prénomme Jean Pierre.
Signaler un abus top felipe-2 le 21/06/2012 à 07h50 18h59 - bebichoux - 20/06/12
Comme quoi on peut intervenir efficacement....

Il n'y a pas de quoi se réjouir il est sorti de la banque avec un otage c'était une proie facile pour les pros de la police !
La situation n'étaitt pas la même que Merah .

Ou voyez vous que je me réjouis..vous interprété à votre gré !!!
Cela ne m'empêche pas de penser que pour Mérah, que je ne plaint nullement..On n'a pas voulu le saisir..vivant, c'est tout !!!
Signaler un abus top shpounz le 21/06/2012 à 07h24 01h09 - felipe-2 - 21/06/12

et le raid devait faire quoi face à un extremiste determiné qui a dit :je cite.....je veux tuer un maximum et je regrette de ne pas l'avoir fait !!

on devait le cueillir avec des un bouquet de fleurs pour le saisir vivant??
personnellement,si j'etais membre du RAID et que je sois accueilli par des balles...je riposte et je ne cherche pas à blesser .......j'aneantis..

profond respect aux forces speciales du RAID....
Voir tous les commentaires

Publicité

Publicité

Publicité

77