Google propose une visite à côté de Fukushima pour sensibiliser les internautes

L'application Google Street View qui permet de se déplacer virtuellement dans des villes du monde entier, propose depuis jeudi 28 mars une visite insolite : les internautes peuvent désormais entrer dans la ville de Namie, proche de la centrale de Fukushima fautive de la catastrophe nucléaire de mars 2011 au Japon.

Une maison en ruine dans le ville de Namie, proche de la centrale de Fukushima au Japon
Crédit : Capture d'écran Google Street View
Une maison en ruine dans le ville de Namie, proche de la centrale de Fukushima au Japon

"Faire comprendre (...) les conséquences du désastre nucléaire"
Afin d'alerter les internautes sur la catastrophe nucléaire de 2011 au Japon (19.000 morts) - causée par l'explosion d'un réacteur d'une centrale de Fukushima, elle-même victime d'une vague géante couplée d'un séisme - Google Street View a mis à disposition du public une visite dans la ville de Namie.

C'est au départ une idée du maire de la commune, Tamotsu Baba. Il a contacté le géant Google. Et lui a demandé de faire venir une équipe de photographes et caméramans pour cartographier la ville afin de faire "comprendre aux générations futures ce que le grand tremblement de terre et le désastre nucléaire ont fait ici", écrit-il sur un blog de Google Japan.

Pendant deux semaines, les techniciens ont sillonné Namie en voiture, sans jamais être sortis de leurs véhicules et équipés de combinaisons protectrices.

Tamotsu Baba poursuit : "il nous faudra encore de longues années et l'aide de beaucoup de gens pour nous relever de cette catastrophe nucléaire. Nous n'abandonnerons jamais l'idée de rentrer chez nous, dans nos maisons".

Namie : ville fantôme du Japon
Habitée autrefois par 21.000 habitants, cette ville proche de la centrale de Fukushima, est désertée depuis le 11 mars 2011. "Le monde bouge, regarde vers l'avenir. Mais ici le temps s'est arrêté" s'émeut Tamotsu Baba.

Les radiations très nocives émises par la centrale Fukushima Daiichi lorsqu'elle a été heurtée par un violent tsunami ne sont toujours pas entièrement dissipées. Ce qui ne permet pas encore aux habitants de revenir dans leur ville d'origine. Même s'ils seront autorisés à partir de lundi à revenir voir les vestiges de leurs maisons, leurs fermes, leurs commerces, seulement une partie de la ville sera ouverte aux habitants et pendant une période assez courte.

On recense encore une radioactivité importante, et qui touche tous les éléments : terre, air, eau.

Diaporama - Namie au Japon, une ville fantôme (Cliquez sur l'image)
Une maison en ruine dans le ville de Namie, proche de la centrale de Fukushima au Japon

par La rédaction numérique de RTL
Suivez La rédaction numérique de RTL sur :
Vous aimerez aussi
Commentaires Avec Bell & Ross

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous