Tsonga et Gasquet, deux exilés fiscaux décorés par le gouvernement Ayrault

Jean-Marc Ayrault a visiblement la mémoire courte. Ou alors, ses collaborateurs ne sont pas très malins. Très critique envers l'acteur Gérard Depardieu, parti se domicilier en Belgique pour échapper à la forte imposition en vigueur en France, le Premier ministre n'a rien trouvé à redire sur le Promotion du Nouvel an de l'Ordre National du mérite, où figure Jo-Wilfried Tsonga et Richard Gasquet, exilés fiscaux en Suisse depuis plusieurs années.

>
Les explications bancales de Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, sur le cas Tsonga Crédit Média : Yael Goosz

"Minable" comme Depardieu ?

Médaille d'argent à Londres en double avec Michael Llodra, Jo-Wilfried Tsonga, comme tous les médaillés tricolores ( et comme son compère Richard Gasquet), figure dans la traditionnelle promotion du nouvel an (Légion d'Honneur et Ordre National du mérite). Jusque là, rien d'anormal sauf que le tennisman réside en Suisse depuis plusieurs années, pour des raisons, à la base, purement fiscales.

Une nomination qui a provoqué une vague d'indignation sur les réseaux sociaux, où l'on se demande comment le gouvernement Ayrault peut décorer quelqu'un qui a fait le choix de quitter la France pour des raisons financières, en pleine affaire Depardieu, qualifié de "minable" par Jean-Marc Ayrault (même si le Premier ministre a démenti avoir utilisé ce mot) en personne.

Les explications bancales de Najat Vallaud-Belkacem

Interrogée jeudi sur la question, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, a tenté de minimiser cette polémique en se lançant dans une explication loin d'être convaincante. "Il faut faire attention au procès d'intention, explique t-elle. Il y a une différence à faire entre les gens qui choisissent d'aller habiter autre part pour mobilité profesionnelle, on en connaît tous, et ceux qui clament haut et fort s'exiler fiscalement pour éviter d'apporter leur contribution au juste effort à fournir en période de crise".

La porte-parole du gouvernement Ayrault, visiblement pas très informée sur le sujet, affirme que "à ma connaissance, Mr Tsonga ne fait pas partie de la deuxième catégorie", ne voyant "aucun motif  de dénoncer un quelconque comportement". "Je pense que c'est au motif de ses grandes qualités sportifs qu'il a été décoré". Car oui, Jo-Wilfried Tsonga habite en Suisse pour découvrir les secrets de la potion magique d'un certain Roger Federer...

Tennismen, un statut particulier

Si Depardieu, Clavier ou encore Bernard Arnault ont eu droit à une petite saillie de la gauche française et des médias, les sportifs, eux, sont passés à travers les gouttes. Pourtant, ils sont nombreux à avoir choisi l'exil fiscal même si le tennismen a un statut un peu particulier puisque il paie des impôts sur ses gains dans les pays où il remporte des matchs (c'est pour cette raison que Nadal ne veut plus aller disputer le Queen's en Angleterre, considérant l'imposition sur ses gains trop élevée). En revanche, les revenus liés à la publicité et autres contrats des équipementiers sont censés être déclarés dans le pays de résidence.

Arnaud Clément (capitaine actuel de l'équipe de France de Coupe Davis), Fabrice Santoro ou Guy Forget (ancien capitaine des Bleus) sont pourtant depuis longtemps partis s’installer en Suisse, à l’instar de Tsonga, Gasquet ou encore de Gaël Monfils.  Le premier a tenté l'aventure avait été Yannick Noah, dans les années 90.

Forget et Noah, les précurseurs


Le gouvernement Ayrault va désormais devoir s'expliquer sur quelque chose qui ne pouvait pas ne pas être su. Récemment (en juin dernier), Yannick Noah et Guy Forget, avaient été auditionnés par une commission d'enquête du Sénat sur l'évasion fiscale. Les deux anciens vainqueurs de la Coupe Davis de tennis essayaient de faire avancer le débat sur les nombreux sportifs français domiciliés à l'étranger pour échapper à une fiscalité jugée trop élevée. L'idée n'était pas de fustiger les sportifs, mais de mieux comprendre.

"En tennis, on a une carrière courte", avait plaidé Guy Forget. "Une dizaine d'année au cours desquelles les joueurs essayent d'optimiser leurs revenus", a-t-il poursuivi, précisant que seuls les 120 meilleurs joueurs du circuit "rentraient dans leurs frais". "On essaye donc de trouver les endroits les plus avantageux, la Floride, Monaco, la Suisse pour optimiser les gains et ne pas connaître la double imposition", avait-il poursuivi.

Interrogé sur son exil en Suisse au début des années 90, Yannick Noah avait lui justifié son choix, opéré au lendemain de sa retraite sportive, "par la peur du lendemain" et a rappelé qu'il était rentré au bout de trois ans. "Aujourd'hui, je gagne mon argent ici grâce au public francais, je paye mes impôts en France", avait-il rappelé avant de lâcher : "Si j'étais une vedette internationale je réagirais différemment. Je ne vais pas conseiller à mon fils (le joueur de basket-ball Joakim Noah, NDLR) qui a fait toute sa carrière aux États-Unis de venir payer ici..."

Un conseil que la jeune génération (Tsonga mais aussi Gasquet et Monfils) a semble-il suivi à la lettre. En attendant, Jo-Wilfried Tsonga reste l'un des sportifs préférés des Français. Mais difficile désormais de l'entendre clamer haut et fort son désir et sa passion de défendre les couleurs tricolores aux JO et en Coupe Davis. On attend la ligne de défense de Jean-Marc Ayrault, qui va devoir sortir une bien belle amortie pour faire oublier sa critique contre "le comportement peu patriotique des exilés fiscaux". Peu patriotique mais efficace.



VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7756522768
Tsonga et Gasquet, deux exilés fiscaux décorés par le gouvernement Ayrault
Tsonga et Gasquet, deux exilés fiscaux décorés par le gouvernement Ayrault
Jean-Marc Ayrault a visiblement la mémoire courte. Ou alors, ses collaborateurs ne sont pas très malins. Très critique envers l'acteur Gérard Depardieu, parti se domicilier en Belgique pour échapper à la forte imposition en vigueur en France, le Premier ministre n'a rien trouvé à redire sur le Promotion du Nouvel an de l'Ordre National du mérite, où figure Jo-Wilfried Tsonga et Richard Gasquet, exilés fiscaux en Suisse depuis plusieurs années.
http://www.rtl.fr/actu/tsonga-et-gasquet-deux-exiles-fiscaux-decores-par-le-gouvernement-ayrault-7756522768
2013-01-03 11:35:00