Trafic d'armes : verdict mercredi pour un ex-instituteur

Un ex-instituteur accusé de trafic d'armes en lien avec le grand banditisme et le nationalisme corse sera fixé sur son sort mercredi.

Un ex-instituteur accusé de trafic d'armes sera fixé sur son sort mercredi 12 novembre. (Illustration)
Crédit : AFP / FRANCK FIFE
Un ex-instituteur accusé de trafic d'armes sera fixé sur son sort mercredi 12 novembre. (Illustration)

Emmanuel Toschi, ancien instituteur de 49 ans, est jugé avec quatre autres prévenus pour avoir vendu des armes de guerre au grand banditisme et au nationalisme corse. Le procureur a requis à l'audience, fin octobre, neuf ans de prison assortis d'une peine de sûreté des deux tiers à l'encontre de Toschi, estimant que l'ancien enseignant avait agi par "appât du gain" et non "par passion des armes" comme il l'a prétendu.

"Ce dossier, c'est un peu Max et les ferrailleurs", a expliqué Me Philippe Mullot, avocat de Toschi, selon qui le stock d'armes reproché à son client ne serait qu'un vieux matériel de collectionneur amassé durant des années. L'avocat a réclamé la relaxe de son client.

Des liens avec le grand banditisme

L'armurier procédait à la "remilitarisation" (remise en état de marche) d'armes de guerre neutralisées qu'il revendait à des grossistes liés au "milieu". La représentante du ministère public a réclamé 10 ans de prison assortis d'une peine de sûreté des deux tiers à l'encontre de l'un de ces intermédiaires présumés, Jean-Marie Secrettand, 69 ans, accusé d'avoir partie liée avec le grand banditisme.

Une peine de 5 ans de prison a été requise contre le second intermédiaire présumé, Christian Joanenc, 46 ans, un gérant de supérette en Haute-Corse soupçonné d'être en lien avec le milieu du nationalisme. Il avait été interpellé en possession de 10 fusils d'assaut Kalachnikov, d'un pistolet mitrailleur Scorpio et d'un pistolet automatique Walther PPK qu'il venait d'acheter à Emmanuel Toschi.

Une peine de 4 ans dont 1 an avec sursis a été requise contre Jean-Michel Cordonnier, 47 ans, un ami d'enfance de Toschi qui stockait près de 200 armes interdites dont 70% vendues par l'ex-instituteur, et 18 mois à l'encontre de Franck Busalb, 45 ans, chez qui les enquêteurs ont saisi 12 armes non déclarées.

La rédaction vous recommande
par La rédaction numérique de RTL
Suivez La rédaction numérique de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7775277748
Trafic d'armes : verdict mercredi pour un ex-instituteur
Trafic d'armes : verdict mercredi pour un ex-instituteur
Un ex-instituteur accusé de trafic d'armes en lien avec le grand banditisme et le nationalisme corse sera fixé sur son sort mercredi.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/trafic-d-armes-verdict-mercredi-pour-un-ex-instituteur-7775277748
2014-11-11 08:21:22
http://media.rtl.fr/cache/z8OzAQ08L5_Zu02H6r1DYw/330v220-2/online/image/2014/1110/7775265694_le-meurtrier-presume-d-une-prostituee-chinoise-comparait-aux-assises-mercredi-12-novembre-illustration.jpg